Californie 2020: sauter la clôture à Santa Cruz

Afin de poursuivre dans la veine « essayons de parler de quelque chose de différent même si on a l’impression que c’est foutrement inutile », je vous offre aujourd’hui un autre mini-récit de sortie de course à l’étranger. C’était il y a 6 semaines à peine et pourtant, j’ai l’impression que ça fait une éternité…

*****

Grosse sortie ce matin. Oui madame. Un énorme « 5×4 », soit 5 fois 4 minutes de course, avec une minute de marche entre chaque « intervalle ». Amenez-les, vos ultras ! 😉

Sans blague, je me suis juré d’y aller très progressif, de suivre à la lettre le programme de retour au jeu que m’a fourni Rémi et je n’y dérogerai pas. De toute manière, mon dos me rappelle allègrement qu’il n’est pas prêt à en faire plus. Et je l’avoue bien humblement: mon niveau de forme ne me le permettrait pas non plus !

Nous sommes à Santa Cruz, une jolie ville de taille moyenne qui borde la baie de Monterey, à environ 120 km au sud de San Francisco. Le Natural Bridges State Park est tout près, mais le chemin pour m’y rendre ne m’inspire guère et sachant très bien que nous allons le faire à la marche un peu plus tard (sans compter l’éternité que ma douce y passera pour prendre des photos), je décide plutôt de me diriger vers Moore Creek Preserve, plus au nord. Selon Google Maps, ça semble être un parc avec des sentiers. On verra bien.

Barbara devant un des « Natural Bridges »

Après les 5 minutes de marche réglementaires pour commencer, je me mets au pas de course. Ouille, mon foutu dos !  Ça devrait se réchauffer, juste à prendre ton temps. Patience vieux, patience.

Sur la rue qui mène au parc, on se sent presque en campagne. Les propriétés sont impressionnantes, les terrains, immenses. Le bruit de mes pas éveille l’attention d’une demi-douzaine de chevreuils qui profitent de la tranquillité matinale pour effectuer une incursion dans la civilisation. J’ai beau en voir assez souvent, je m’émerveille toujours quand mon chemin croise celui de ces belles bêtes.

Arrivé au parc, une belle « surprise » m’attend: il s’agit effectivement d’un beau sentier qui parcourt un champ, puis un petit bois un peu plus loin. Je vais faire du single track, yéééé !!!

La montée se passe assez bien, mais la descente, ouf… Non seulement c’est plus dur pour le dos, mais côté technique, j’ai réussi l’exploit d’être encore plus pourri qu’avant !  Bah, peu importe, je m’amuse !  Au point où j’oublie de vérifier mon chrono et dépasse mon « temps ». Je trouve que c’est plutôt bon signe.

Sur le chemin du retour, je constate que déjà la ville a commencé à s’activer un peu plus et que mes amis cervidés ont quitté. Dommage. Les chocs répétés sur l’asphalte me rappellent que le chemin de la guérison sera encore très long. J’avais compris, pas besoin de me faire ch… avec ça…

De retour à notre Airbnb, je compose le code de la serrure pour ouvrir la clôture. Ça ne marche pas. J’essaie à nouveau. Rien. Une autre fois, peut-être ?  Toujours rien. Oui je sais, je suis entêté. C’est une qualité pour  un ultramarathonien, vous savez ?

Ouais, j’espère que notre hôte est là, sinon je suis dedans jusqu’au cou… Mais nous sommes un lundi, mettons que je ne me fais pas trop d’illusions.

Sonne à la porte. Cogne. Sonne une autre fois (entêté, je vous dis). Pas de réponse. Merde.

Ce n’est pas qu’il fasse si froid, mais je ne suis pas habillé pour cette température, moi là !  Surtout que j’ai tout de même produit un peu (je dis bien: un peu) de sueur. Et quelle est la principale fonction de la sueur ?  Hé oui, rafraîchir le corps. Je peux l’attester: à cet instant précis, ça commence à drôlement bien fonctionner !

Je refais donc le tour de la propriété et envisage mes options. Je n’ai évidemment pas mon téléphone sur moi, c’est contre ma religion. Tiens, je vais faire comme dans les films et tenter d’attirer l’attention de Barbara en lançant des cailloux dans les fenêtres.

Dans les films, ils n’ont pas une foutue clôture dans le chemin et les fenêtres sont accessibles. Et c’est que je ne veux rien casser non plus !  Après quelques essais infructueux, j’abandonne l’idée. Pas le choix: va falloir que je saute (littéralement) la clôture !

Plus facile à dire qu’à faire. À son point le plus bas (qui est en forme de « V »), elle est à la hauteur de mon menton. Allez, un petit effort !

Je parviens à me hisser jusqu’au niveau de la taille, mais comment faire pour passer une jambe ?  Déjà que j’étais raide comme une barre de fer durant ma jeunesse, je suis maintenant coureur et j’ai presque 50 ans, alors impossible que je puisse posséder la souplesse nécessaire à un tel mouvement.

(Anecdote: en début d’hiver, alors que je m’apprêtais à aller dégager une de nos premières bordées de neige, Barbara m’a gentiment rappelé de faire attention. « Tu sais, tu approches de la cinquantaine. Il y a beaucoup de gens qui font des crises cardiaques en pelletant… »  Je la ris encore. J’admets que ma forme a diminué cette dernière année, mais pas au point de crever en pelletant !  Merci quand même mon amour de te soucier de moi ! :-))

Je me laisse retomber. Mais comment vais-je pouvoir entrer, bout de viarge ?

J’aperçois un arbre qui surplombe la clôture un peu plus loin. C’est ma dernière chance. J’empoigne la branche qui dépasse et entreprends de grimper. À 10 ans, j’étais trop pissou pour grimper aux arbres et voilà qu’à 50, je m’y mets, C’est le monde à l’envers !

Alors que je tente de me dépêtrer parmi les branches, j’éclate de rire. Non mais, est-ce que j’ai du fun ou je n’en ai pas ?  Dire qu’il y a des gens qui se demandent pourquoi les tout-inclus ne m’intéressent pas…

C’est non sans quelques contorsions et une ou deux égratignures que je parviens à mes fins et aboutis dans la cour arrière, où l’entrée de notre hideout est située. Ma douce me voit entrer hilare, les cheveux remplis de petits cossins.

« Puis, ça a bien été ? »

Ça n’aurait pas pu mieux aller !

(Pour la petite histoire, notre hôte Daniel était en conférence téléphonique pour le travail quand je me suis présenté à sa porte. Il est venu nous voir dès qu’il a pu et s’est confondu en excuses. Ce n’était pas nécessaire, cet homme est tellement sympathique et son hideout était si parfait pour nous que j’aurais été prêt à refaire le manège à tous les jours s’il avait fallu !)

Un lion de mer qui se repose sous le wharf, à Santa Cruz. Une des attractions de cette charmante localité.

 

Un avis sur « Californie 2020: sauter la clôture à Santa Cruz »

  1. Bonjour Frédéric,

    Je ne sais pas trop où vous en êtes à Montréal, mais je peux te dire qu’en France et dans le Grand-Est en particulier, on souffre.
    Plus de 6000 cas dans ma région (5 M d’habitant)
    Dont 1800 cas graves et un paquet de mort.

    Confinement pour les ¾ de la population.
    Je fait partie des entreprises qui continuent à travailler, mais j’ai mis 310 personnes à la maison sur 340.
    Notre chiffre d’affaire quotidien a baissé de 85% depuis vendredi 13 mars.

    En terme de sport, c’est pas glorieux :

    * Ecotrail de Paris reporté le 3 octobre
    * CSP 115 en Espagne, reporté le 17 octobre
    * je ne vois pas bien comment je vais enchainer les deux, initialement il y a avait 5 semaines d’écart !
    * pas de nouvelle de Chamonix (le 26 juin), mais je ne suis pas trop optimiste

    Et je ne te parle pas de l’entrainement :

    * Interdiction de courir à plus de 2 km de chez soi, et ils parlent de réduire la distance à 1 km et d’interdire les sorties de plus de 30 minutes
    * On voit bien que c’est gens-là ne font pas de sport !!
    * J’aurais tendance à penser que je prend moins de risque pour moi et pour les autres à courir seul en forêt plutôt que de faire le hamster à tourner en boucle dans une zone urbanisée. Mais quand je dis ça, on me dit que je n’ai rien compris et que je suis égoïste (je compte sur toi pour le pas me dénoncer, les amendes coûtent chères)
    * Bien sûr il faut courir seul, mais ça c’est plutôt pas un pb…j’ai l’habitude et j’aime bien ma compagnie.

    Bon courage à ton épouse et à toi.
    Pourvu que nous passions cette épreuve sans dommage.

    Quant à la course, on verra à l’automne ou en 2021.

    Didier HUBERT / HUBERT PARTICIPATIONS – Groupe HUBERT
    Président du directoire
    60 Route de Luxembourg – 57100 MANOM (FRANCE)
    Tél : +33 (0)3 82 82 46 66 / Courriel : d-hubert@groupehubert.eu

    [cid:image001.png@01D601ED.588F94D0]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s