Sur la route, entre Hopkinton et Wellesley

Les 5 premiers kilomètres

La course est lancée. On sent une clameur, puis… rien. C’est toujours comme ça que ça se passe dans une grande course. La fébrilité du début, puis le monde attend de pouvoir avancer. On commence en marchant, puis on arrête. On repart, jogge un peu… autre arrêt. Finalement, en haut de la montée menant à la ligne de départ, ça s’éclaircit devant moi et je peux me mettre à courir. Pour les 185 à 200 prochaines minutes, je vais courir sans arrêt. Vaut mieux ne pas y penser…

Le parcours commence par une descente assez abrupte merci. À ma première expérience, fort de mes aptitudes de coureur des bois, je l’avais dévalée à toute vitesse. Cette stratégie s’était avérée payante à Philadelphie quelques mois plus tôt, alors pourquoi pas ici ? Sauf que tous les experts du parcours disent d’éviter de faire ça, alors cette fois-ci, je demeure dans le milieu de la route et suit le rythme de mes compagnons de course.

Le premier kilomètre se fait tout de même rapidement en 4:12 (je crois que j’avais fait 4:11 l’an passé !). Premier problème: le protecteur que je porte au genou droit est déjà descendu. À l’entrainement, je m’arrêterais tout simplement, puis repartirais. Mais ici, pas question. Je réussis à le remonter à peu près en me disant que la course va être longue (par chance, il demeurera finalement en place jusqu’à Boston)…

Suit la première montée et le ton est donné: nous monterons et descendrons sur 42.2 kilomètres. Je m’efforce de demeurer « en dedans », c’est-à-dire de courir sans faire d’effort. J’essaie de me détendre, d’y aller relaxe. Mais en même temps, pas facile car je suis parti avec des coureurs un peu plus rapides que moi. J’ai beau essayer de faire ma course et de ne pas m’occuper des autres, l’effet d’entrainement est toujours là.

Ceci dit, Boston n’est pas propice aux « amitiés » soudaines entre coureurs. Habituellement en course, je me retrouve toujours avec un ou quelques coureurs/coureuses avec qui je fais un petit bout de chemin. Mais ici, à cause du relief, pas moyen. En effet, personne ne fait les côtes de la même façon, que ce soit en montée ou en descente. Ajoutez le contingent de coureurs qui est le plus fort au monde et ça donne une course où on passe son temps à dépasser et à se faire dépasser.

Ma cadence finit par se stabiliser autour de 4:18/km pour un passage en 21:41 aux 5 kilomètres (il y a toujours une erreur sur la Garmin par rapport au parcours officiel; je me fie toujours sur la Garmin pour maintenir ma cadence). J’ai beau vouloir demeurer « en dedans », je suis déjà plus rapide que l’an passé…

Les kilomètres 5 à 15

Depuis le départ, les paysages ruraux et les petites villes de banlieue défilent sous nos yeux. Déjà que les gens de Boston sont plus chaleureux et accueillants que ceux des autres grandes villes américaines, imaginez les campagnes environnantes. L’ambiance est magique, c’est la fête pour tout le monde ici. Le parcours est peut-être difficile, c’est le plus beau que j’ai eu la chance de voir en marathon. Et de loin !

Dans une descente, je sens une panique derrière moi. Je me retourne au moment précis où une fille que je viens à peine de dépasser se retrouve le visage contre le sol. Ouch !  Comme nous sommes en descente, notre vitesse se situe probablement autour de 16-17 km/h, alors l’atterrissage a dû être brutal. Je songe à arrêter pour l’aider, mais nous sommes en marathon, pas en trail, alors je poursuis ma route en espérant qu’elle puisse se relever et reprendre la course (il y a également des équipes médicales un peu partout sur le parcours, au besoin). Je prie également pour que personne n’ait trébuché sur elle.

10e kilomètre: 43:37. Bon, encore un peu rapide, mais je vais bien. Très bien même. Je ne me sens pas totalement « en dedans », mais au moins aussi bien qu’à New York au même moment dans la course, alors pourquoi ne pas continuer ainsi ?

Autour du 12e kilomètre, je décide de prévenir le teen blues en avalant un gel (saveur jet blackberry, j’adore). Qu’est-ce que le teen blues ?  C’est un phénomène que j’ai observé lors de mes longues sorties et de mes marathons. J’ai toujours un down entre les 13e et 16e kilomètres, comme si mon corps me disait: « Ouf, il en reste encore beaucoup ! ».  L’an passé, j’en avais frappé un très solide, au point que je ne m’imaginais pas finir. Est-ce qu’il existe un meilleur moyen qu’un peu de sucre et de caféine pour prévenir ça ?  Jusqu’à ce que j’en trouve un, ce sera celui-là que j’utiliserai. 🙂

Ce petit boost n’aurait peut-être pas été nécessaire car presque immédiatement après, j’entends crier: « Team Hoyt on the left !  Team Hoyt on the left ! ». Ha, Team Hoyt… L’inspiration de millions de coureurs. Il s’agit de leur 32e et dernière présence ici. Ils sont encore là, Dick, 73 ans, poussant son fils handicapé Rick, 52 ans. Il y a quelques années, ils ont fait le parcours en 2h42, un exploit gigantesque. Aujourd’hui, le père Dick n’est plus en mesure de courir, alors c’est en marchant qu’il fait le parcours. Dans la descente où nous les dépassons, il semble avoir de la difficulté à retenir le baby jogger dans lequel est installé son fils. L’admiration que nous éprouvons tous pour cet homme demeure et nous les applaudissons, lui et son fils, alors que nous passons à côté d’eux. Ce fut un privilège de partager le parcours avec vous, monsieur Hoyt.

teamHoyt

Team Hoyt à l’oeuvre. Remarquez les applaudissements…

Nous entrons ensuite dans la charmante municipalité de Natick où on retrouve une enseigne identique à celle installée à l’entrée de Las Vegas et qui dit, bien évidemment, « Welcome to fabulous Natick ». Tout près de l’enseigne, un band et le chanteur, qui semble habillé comme Elvis (je ne suis pas certain, il y a beaucoup de monde) chante le classique « Always on my Mind ».

Traitez-moi que feffi de romantique fini, je m’en fous: j’adore cette chanson. À la fois simple et profonde, elle me touche, que voulez-vous ?  Et tout de suite, mes pensées se retrouvent 27 kilomètres plus loin (j’ai passé les 15k en 1:05:32), à l’arrivée, où Barbara est peut-être déjà rendue. Oui, je pense à toi, mon amour. Tout le temps, même si ça ne parait pas toujours… (Je sais, la chanson est écrite au passé par un gars qui regrette ce qu’il a fait, mais j’ai droit de l’adapter au présent et garder seulement le titre, non ?)

Du kilomètre 15 au demi

La traversée de Natick se poursuit sans anicroche. Progressivement, ma cadence moyenne a monté et est maintenant rendue à 4:21/km, ce qui est une bonne chose. Le gel a fait des merveilles et le teen blues ne s’est jamais manifesté. Je continue à m’hydrater régulièrement, cueillant un verre d’eau à chaque mille et complétant le tout avec mon GU Brew.

Autour du 19e kilomètre, nous arrivons dans Wellesley. Ha, le fameux scream tunnel qui approche !  🙂  Sur les côtés, des spectateurs nous offrent des lingettes humides et après m’être dit que je n’en avais pas besoin, je décide du contraire. Je bifurque donc rapidement et coupe un autre coureur au passage. Oups, erreur de débutant. Je m’excuse et lui explique que je veux me débarbouiller avant de recevoir mon bec. Puis je corrige: avant de recevoir MES becs. Ben là, tant qu’à y être…  🙂  Le gars sourit, mais c’est tout. Je pense qu’il va demeurer du côté gauche de la route une fois rendu sur place.

Plusieurs histoires ont été racontées au sujet du fameux scream tunnel. On dit que les étudiantes de Wellesley College (l’alma mater d’Hillary Clinton, quand même) y crient tellement fort qu’on peut les entendre un mille avant d’arriver à leur hauteur. C’est un petit peu exagéré. Mais on les entend clairement avant d’arriver. Et une fois sur place, le bruit est assourdissant. Les cris des jeunes filles sont perçants, elles doivent avoir un satané mal de gorge le lendemain, c’est comme rien…  Ce petit vidéo donne une excellente idée de l’ambiance qui y règne. 🙂

Je suis à peine arrivé au début du « tunnel » que j’aperçois une jeune asiatique qui tient une pancarte sur laquelle est écrit: « Kiss me, I want my PR ! ». Bon ben, pas le choix, si la demoiselle vise un record personnel, faut que je me dévoue… Je me penche donc pour qu’on échange un baiser simultané sur la joue, mais la petite me surprend en m’enlignant drette sur le kisser, comme on dit (Always on my Mind, Always on my Mind, Always on my Mind…). Ouais, elle va l’avoir, son record personnel à ce rythme-là !  🙂  J’aurais protesté, mais que voulez-vous, pas le temps, j’ai un marathon à courir moi..  😉

Je reprends ma course et m’arrête une autre fois, au hasard. Moi aussi, j’y vais tout de même pour un record personnel. La jeune étudiante, probablement moins attirée par les vieux pépés, me tend la joue. Ouais, bon, pas pour finir de même, alors un peu plus loin, autre arrêt où j’échange un double-joue simultané avec une jolie jeune fille qui était grimpée sur la clôture. Je n’étais tout de même pas pour la décevoir.

Bon, record personnel établi, retour aux vraies affaires. J’échange quelques high fives en m’en allant, puis j’aperçois une pancarte sur laquelle je lis: « Kiss me, I’m single ! ». Pauvre chouette. Je me sacrifie donc, encore une fois. Et ladite célibataire de me tendre… la joue !  Ha ben, tu vas rester seule longtemps toi ! J’aurais dû garder ma « trilogie ». Ça, c’est comme dans les films. Il y a eu trois Godfather, mais quatre Lethal Weapon et quatre Indiana Jones. Et dans les deux cas, le quatrième était de trop. Même chose pour moi à Wellesley. Moi pis ma gentillesse aussi…  😉

Comme l’année dernière, cet intermède m’a fait du bien. Cette tradition, si unique à Boston, met toujours de la bonne humeur dans le peloton. Ça nous sort de notre bulle « route-cadence-hydratation-alimentation ». Maintenant, retour aux choses sérieuses.

En traversant le centre-ville de Wellesley, nous atteignons la mi-parcours. Le chrono me dit 1:32:37. Je trouve (encore) mon temps de passage trop rapide, mais je me sens bien. Pas au top-top-top, mais vraiment bien. Si les 5 prochains kilomètres ne causent pas de dommage, je me sens d’attaque pour les Newton Hills.

Et si j’étais dans un grand jour ?

Advertisements

Boston et son avant-course

Boston et New York ne sont vraiment pas des marathons comme les autres. En effet, en plus de faire partie des World Marathon Majors, ils présentent la particularité d’offrir un départ et une arrivée très éloignés l’un de l’autre géographiquement. Ceci amène son lot d’inconvénients et nécessite une logistique hors du commun pour transporter un immense contingent de coureurs vers le lieu du départ. Et qui dit logistique complexe dit… délais. J’en ai parlé abondamment par le passé.

Ainsi donc, malgré un départ à 10h, il est autour de 5h30 quand je me présente à la station de métro située tout près de l’appartement que nous avons loué dans Cambridge. Comme d’habitude, j’ai prévu tous les retards possibles et imaginables et comme d’habitude, tout se passe rondement. Je vois 5:44 sur la montre d’un autre coureur quand nous arrivons à la station Park, d’où les autobus qui nous amèneront à Hopkinton partiront. Merde. Je vais partir avec les premiers autobus, ce qui signifie que je vais sécher au froid encore plus longtemps une fois rendu là-bas…

Le parc Boston Common est bigrement tranquille pour un matin de marathon. Des bénévoles commencent à s’activer tranquillement, un café à la main, et c’est à peu près tout. On nous annonçait une sécurité accrue, je ne vois pas grand chose de différent de l’an passé. En tout cas, rien à voir avec la folie de New York et ses milliers de policiers.

Je fais le tri de mes affaires, puis passe au dépôt des sacs. Car oui, on peut laisser un sac contenant des vêtements de rechange en consigne ici. La jeune bénévole me demande de lui montrer mon dossard. J’ai toutes les misères du monde à le faire parce que pour me protéger du froid (il fait 3 ou 4 degrés), je porte mon chandail laid et un imperméable jetable par dessus mon t-shirt de course. « I swear I have a bid » que je lui dis en riant. Ce ne sera pas la dernière fois de la journée où je peinerai à montrer mon dossard.

Après une pause-pipi, je me dirige vers les autobus. Les accès sont très contrôlés, pas moyen d’en approcher sans son dossard (la difficulté à le déterrer sous mes couches de vêtement ajoutant évidemment aux délais) . On finit par nous diriger vers l’un des monstres jaunes. Tout comme à l’école secondaire, les premiers qui entrent s’assoient soit devant, soit derrière, comme si les bancs du milieu étaient radioactifs. Je choisis l’arrière, comme si je faisais partie des hots de l’école. Je me dis que c’est là que j’ai la meilleure chance d’être seul sur mon banc. Car vous savez, une heure en autobus jaune, avec de l’espace pour les jambes conçu pour accommoder des enfants… En tout cas, j’espère sincèrement pour le gars du banc d’à côté qu’il sera seul: c’est un mastodonte (pour la course, on s’entend). Il fait au moins 6’4 » et tape le 225 livres, c’est certain. Son dossard dans les 6600 (comme moi) m’indique qu’il « vaut » 3h06. Je n’en reviens pas…

Quand le convoi s’ébranle, l’autobus n’est même pas complet, ce qui fait que nous, les tannants à l’arrière, sommes seuls sur nos bancs. Indice que le monde fait partie de la première vague, il n’y a qu’une seule femme à bord. Je jase un peu avec les autres. Celui devant, un jeune, vient de Minneapolis. Il en sera à son 2e Boston. Un autre vient de Vancouver. Il nous raconte qu’il était inscrit à New York en 2012 et que c’est à l’aéroport qu’il a appris que le marathon avait été annulé. Vancouver ?  Minneapolis ?  Et moi qui demeure à 5 heures de route et ne veux pas revenir ici parce que je n’aime pas attendre au froid… Serais-je plaignard ?  Ou chiâleux peut-être ?  Pas nécessaire de me répondre. 😉

Rapidement, les conversations s’arrêtent et tout le monde retourne dans sa bulle. Je somnole durant une bonne partie du trajet. Comme nous approchons d’Hopkinton, je remarque que notre autobus ne fait plus partie d’un convoi. Arrivé près de la Middle School où est situé le village des athlètes, il ne tourne pas. Les gens commencent à s’inquiéter. Quoi, vous êtes vraiment pressés de sortir du confort pour aller vous les geler ?  Il ne retournera pas en ville avec nous, vous savez…

Finalement, après quelques détours, on nous dépose à l’avant de l’école. Encore là, rien de spécial côté sécurité. J’ai bien remarqué quelques soldats supplémentaires sur la rue principale, mais personne pour nous fouiller en débarquant comme à New York. Il y a aussi un chien renifleur, mais il ne semble pas trop s’énerver. Boston et sa banlieue, c’est relaxe. Il n’y a pas meilleure façon de faire un pied-de-nez aux terroristes.

Je ne sais pas si j’ai fait 10 pas qu’un photographe m’arrête. Bon, va encore falloir faire du défrichage de dossard…

fredAvantDepart1

On prend la pose pendant qu’on a encore le sourire ! 🙂

On nous annonce qu’il est 7h25. Je dois trouver un endroit pour m’installer au soleil et à l’abri du vent. Tiens, un arbre au soleil qui est entouré de terre. Ce sera parfait: le sol sera moins humide et je risque moins de grelotter. Mon plan est de demeurer au village jusqu’à 8h30 environ, puis de me rendre tranquillement au centre-ville (façon de parler). J’assisterai aux départs des fauteuils roulants, des femmes et tout le reste, puis attendrai le mien sans me presser.

Mon super-plan est rapidement bousillé. Un bénévole s’approche de moi et me demande gentiment d’entrer dans le village (mon arbre est situé juste de l’autre côté de la clôture). Je proteste un peu, il me répond qu’il est désolé, mais s’il laisse un coureur à l’extérieur, il devra en laisser 2, 5, 10, …

Je ne lui en veux pas, je comprends très bien qu’au niveau de la logistique, de la gestion des coureurs, ils n’ont pas le choix d’agir ainsi. Mais j’avoue que je suis vraiment irrité par cet incident. On nous enferme à l’intérieur d’une clôture comme si on était du bétail. Je cours en bonne partie à cause du sentiment de liberté que ça me procure. Et là, je vais me retrouver entassé avec mes semblables, au froid et à l’humidité, pendant des heures (ok, j’exagère; de trèèès longues minutes). Vivement les courses en trail, bout de viarge !

Je me trouve un spot et commence l’attente. Tout autour, les autres font de même. Pour tuer le temps, je mange un peu, question de ne pas manquer de jus durant la course. L’animation est très présente, comme l’an passé. Ils ont d’ailleurs un don: se mettre à parler durant les meilleures chansons. C’est immanquable.

Puis arrive le moment. Juste au ton que prend l’animateur, je sais qu’il va parler des attentats de 2013. Il nomme les victimes, une à une, puis demande un moment de silence. Des Japonais tout près continuent de jacasser comme s’ils n’avaient rien compris. Un gars leur lâche un « TCHIIIIT !!! » bien senti. Le message passe instantanément.

Une fois le silence bien installé, je me mets à penser à ce qui s’est passé il y a 12 mois. Les explosions. La fumée. Le chaos. L’émotion m’envahit, mes inspirations et expirations deviennent saccadées. Les premiers sanglots se préparaient à sortir à l’instant où l’animateur nous remercie. Une larme coule sur ma joue et je songe au ridicule de ma frustration d’avoir à attendre le départ ici. Ces gens aimeraient bien pouvoir être là pour attendre à ta place, du con.

À 9h05, on appelle les coureurs des 3 premiers corrals de la première vague. Puis les corrals 4 à 6. Enfin, les 7 à 9 (je suis dans le 7). C’est dans cet ordre que nous nous rendrons au départ, situé à 1 km de là. Bien que les instructions qui nous été données depuis le début soient contraignantes, j’avoue que la méthode fonctionne bien et la circulation en direction du départ se fera avec beaucoup de fluidité.

Comme le mercure a grimpé considérablement depuis notre arrivée, je laisse mon imperméable,  mes vieux pantalons en coton ouaté ainsi que ma tuque du Marathon de Magog sur place. J’avoue que celle-là me fait un peu mal au coeur, elle n’aura servi qu’aujourd’hui. Que voulez-vous, on ne peut pas faire ramener des vêtements à l’arrivée…

La rue principale d’Hopkinton est totalement fermée à la circulation, nous permettant, nous coureurs, de nous rendre tranquillement vers le départ. À chaque année, les gens de cette petite ville voient leur univers complètement chamboulé. Et pourtant, ils sont souriants. Ils nous souhaitent bonne chance, nous offrent à boire et à manger. Évidemment, je ne peux manquer la pancarte sur laquelle il est écrit: « Beer, donuts and cigarettes ». Hé oui, des gens trinquent déjà à cette heure matinale. Privé de houblon depuis plus d’une semaine (c’est un exploit pour moi), je fais semblant d’être hypnotisé et me dirige vers eux, déclenchant quelques fous rires.

Dernière pause-pipi (il fallait évidemment que je me retrouve dans la file qui n’avançait pas), puis j’enlève mon horrible chandail. Celui-là ne me manquera pas. Quand je le donne à la préposée, je lui dis: « It was my ugliest sweater ! » en feignant de pleurer. Ha, sac à blagues que je suis !  Je me demande combien de personnes l’ont sortie, cette niaiserie-là…  Elle a tout de même la politesse de rire. À moins que ce soit mon accent qui la fasse rire ?

Bon, c’est quoi ça ?  Un ventre qui gargouille ?  Moi qui avais trop mangé l’année dernière, ne me serais-je pas assez nourri cette fois-ci ?  Merde, tu parles d’un beau tata… Mais ai-je vraiment faim ?  J’ai toujours mes en-cas, soient un gel au beurre d’arachides et ma Power Bar coupée en morceaux. Pour me rassurer, je fouille dans mes poches et trouve… ce qui ressemble à une bouse de vache enveloppée dans un ziploc. Le chocolat a ramolli et les morceaux ont «fusionné» pour donner un look pas trop appétissant à ma bouffe de secours. Bon, je ne suis pas tellement bien placé bon jouer au difficile, alors je vais faire avec !

L’animateur nous demande de nous tourner vers le drapeau le plus proche parce qu’ils vont maintenant faire jouer l’hymne national. Ha les Américains et leur patriotisme… Le corps droit, la casquette sur le coeur, alouette. Par respect, j’arrête de bouger et attends. Il est tout de même beau, leur hymne national. Pour le drapeau, j’ai laissé faire. Remarquez, il y en a partout, alors peu importe comment on se place…

Une fois le tout terminé, on nous présente les principaux coureurs d’élite qui prendront part au marathon en même temps que nous. Bien sûr, ce sont les coureurs américains qui sont nommés en premier, le golden boy Ryan Hall passant même avant Meb Keflezighi, qui a pourtant un palmarès beaucoup plus étoffé. Mais que voulez-vous, ce n’est pas un «vrai», il est né en Afrique…  Pourtant, en théorie, Ryan Hall ne devrait même pas être là vu qu’il n’a pas complété de marathon depuis les qualifications olympiques de 2012. Sur ces bases, il n’est donc pas qualifié, comme nous tous. Bon, je sais, les élites n’ont pas à se qualifier (certains font de Boston leur premier marathon, alors…).

Le directeur de course s’adresse ensuite à nous. Le ton qu’il utilise est très motivant, il nous dit presque de «tuer» le parcours pour gagner l’arrivée. Inspirant.

Au niveau où je me trouve dans le peloton, il y a un petit magasin de sport. Et devant ledit magasin, une jeune fille court sur un tapis roulant. Et sur l’écran dudit tapis roulant, on voit défiler un chemin de campagne. C’est certainement le parcours du marathon qu’elle est en train de faire. Je ne sais pas pourquoi, je trouve ça un peu bizarre comme coup de pub… Non mais, je m’en câl…-tu moi de ton tapis roulant ?  Je cours dehors, moi !  Je demeure tout de même fasciné…

Le départ va bientôt être donné. Je songe à ma préparation. Les côtes à répétition, les longues sorties au mont St-Bruno. Je connais maintenant mieux le parcours, je ne le sous-estime plus. Je me sens confiant, mais pas arrogant. Je n’ai pas d’objectif de temps précis, mais quelque chose sous les 3h10 me ferait bien plaisir. Si mes genoux pouvaient tenir le coup…

Puis je me rends compte d’une chose: je n’ai pas froid, l’air s’étant beaucoup réchauffé. Mauvais signe. Ne pas avoir froid avant le départ d’un marathon signifie qu’on aura chaud plus loin. Hum…

Espèce de parcours de mes deux…

Pourtant, je le savais. Durant toute la première moitié de la course, je ne cessais de me répéter « Reste en dedans, reste en dedans… ». Rien à faire, je suis passé au demi autour de 1:32:30. Avant même les Newton Hills, la première crampe s’est manifestée. J’ai réussi à limiter les dégâts (je commence à être habitué !) pour terminer en 3:11:02. Troisième meilleur temps à vie, mon meilleur pour un marathon au printemps. Je suis donc tout de même assez satisfait.

Mais espèce de parcours de mes deux, il m’a encore joué un vilain tour…

On se reconnecte plus tard.

La longue journée

DC’est la même chose à chaque fois: l’avant-veille d’un marathon aux USA, une très longue journée nous attend. Hier n’a pas fait exception.

Comme c’est maintenant notre habitude, nous sommes partis tôt. Et pour la première fois depuis Philadelphie en 2012, nous étions seuls, Barbara et moi. Tout s’est vraiment bien passé sur la route. Et c’est à peine si nous avons dû attendre aux frontières. Comme l’année dernière, nous avons dîné dans la très jolie ville de Concord, NH. Le seul bouchon de circulation sur lequel nous sommes tombés s’est présenté à nous après que nous ayons quitté l’autoroute. Mais à part ça…

En arrivant, il y a toujours un petit stress. Est-ce que l’appartement va être prêt ?  Est-ce qu’ils ont bien eu notre réservation ?  Est-ce que seulement il existe ?  On entend tellement d’histoires de monde qui font des réservations par Internet et qui se font avoir…

Toutes nos craintes sont tombées quand nous avons vu les femmes de ménage à l’œuvre (nous étions évidemment en avance). Le temps de comprendre les restrictions et permis de stationnement dans la rue et d’aller faire un brin d’épicerie, notre petit nid pour les 4 prochains jours était prêt.

Ok, mettons que l’endroit est vieillot. Et il y a quelques messages pas trop rassurants d’inscrits sur les murs, comme celui nous demandant de laisser couler un filet d’eau si la température extérieure descend sous le point de congélation. Il y a aussi que la porte d’entrée donne directement sur le lit et que l’oreiller supplémentaire est orné d’une trace dont la couleur et la forme quasi-circulaire ne laissent aucun doute quant à son origine… virile, si on peut dire. Comme il n’y a pas de taie supplémentaire pour recouvrir ledit oreiller, il est resté dans son placard pour la nuit…

Pour le reste, rien à redire. Le quartier est à la fois tranquille et animé, avec des bistrots tout près. Nous l’avons exploré un peu en nous rendant au métro avec l’expo-marathon comme destination.

Rendus en ville, au lieu de transférer à Park pour nous rendre au Hynes Convention Center, nous sommes débarqués, question de marcher un peu. Après avoir traversé Boston Common et le Boston Public Garden (deux parcs rappelant le parc Lafontaine à Montréal), nous avons descendu Boylston.

Les trottoirs étaient bondés. Rarement pouvait-on marcher côte à côte. Les terrasses aussi étaient remplies, la température étant parfaite. À tous les 10 pas, une bière en fût me faisait de l’œil. Quelle torture !

Heureusement, la rue était fermée à la circulation automobile autour de la ligne d’arrivée du Marathon, ça nous a permis d’avancer plus librement. Barbara était fébrile, n’ayant jamais pu l’approcher l’an passé. Il y avait beaucoup de monde. plusieurs se faisant photographier. Nous n’avons évidemment pas fait exception. Tant qu’à être là…

J’ai cherché du regard où avaient bien pu exploser les satanées bombes, mais rien n’a été mis en évidence pour nous rappeler leur existence. Et c’est bien ainsi. Pas nécessaire de donner une publicité supplémentaire aux enfoirés qui ont fait ça. Les hommages aux victimes, ils peuvent très bien se faire ailleurs.

Nous sommes ensuite parvenus au Convention Center. Premier signe de l’augmentation de la sécurité: mon sac à été fouillé à l’entrée. Bof, moins pire qu’à New York où nous étions passés par le détecteur de métal…

La récupération du précieux dossard s’est super bien passée, la bénévole attitrée à mon groupe de numéros semblant aussi occupée qu’un réparateur Maytag. Même chose pour le t-shirt, qui est d’un beau bleu, beaucoup plus sobre que le jaune pétant de l’an passé.

Quant à l’expo-marathon… Pas tellement mon style, je dirais. Trop, beaucoup trop de monde. Et comble de malheur, j’avais des emplettes à faire. On se marchait déjà sur les pieds dans la boutique Adidas, mais quand nous en sommes sortis… L’enfer. Pas moyen d’avancer, c’était jammé partout. Je ne sais pas pourquoi, mais on dirait que les kiosques Power Bar sont toujours les moins bien fichus. Des employés à la limite de l’impolitesse, des produits dont la date de péremption est passée (au Marathon de Boston, à la quantité de clients qui passent, avouez qu’il faut le faire !), de la confusion dans les prix… Pas fort.

J’avais aussi besoin « d’arm warmers » parce que j’avais oublié les miens à la maison. J’en ai trouvé: des jaunes, roses, verts, mauves… Noir, vous connaissez ?  Ha pis de la schnoutte, je gèlerai  !

À mesure que les achats s’accumulaient, le poids des sacs où ils s’empilaient faisaient évidemment de même. Essayer d’avancer dans la foule avec des sacs pleins qui pèsent une tonne et prennent toute la place. Grrr !  Au kiosque GU, encore des prix extraordinaires sur les gels et le GU Brew. Une fois ces achats effectués, je ne pensais qu’à une chose: SORTIR !  Pus capable de voir plein de monde, de me faire bousculer, d’essayer de me faufiler.

Nous n’étions pas au bout de nos peines: il fallait reprendre le métro. Le premier qui est passé débordait presque. Je n’avais pas vu une voiture de métro si remplie depuis mon séjour au Japon. Nous avons décidé d’attendre le suivant… qui était tout aussi plein.

Je ne sais pas si c’est à ce moment-là que j’ai décidé que ce serait mon dernier Boston… Toujours est-il qu’il était 20h quand nous avons enfin pu nous asseoir à l’appartement et manger.

Je n’ai pas eu besoin d’une berceuse pour m’endormir. Ce soir par contre…

 

Le tapering, version Fred

Jeudi 10 avril. Je suis dans le Vieux-Port, en face du Centre des Sciences, l’endroit d’où je m’élance habituellement quand je cours le soir pour retourner à mon auto, garée à St-Lambert. La température est (enfin) douce, alors je suis habillé en court. Comme Boston n’est que dans 11 jours, je suis théoriquement en tapering. Je dois donc essayer d’y aller plutôt relaxe. Vu que j’espère (je dis bien: j’espère) tenir une cadence moyenne de 4:25/km en course, quelque chose autour de 4:20 serait correct pour les 14 km que j’ai au programme (je sais, tous les experts diront que je vais trop vite, mais c’est comme ça que je m’entraine, bon !). Me connaissant, je vais plutôt me « contenter » de 4:15…

En partant, c’est vent de face. Rapidement, j’ai le souffle assez court. Suis-je parti trop vite ?  Suis-je en train d’en faire trop ?  Bof, le vent dans la face, c’est toujours difficile de toute façon, alors je dois être correct. Le premier kilomètre sonne: 4:11. Shit, pas mal trop vite. Relaxe bonhomme, relaxe !  Je fais ensuite la petite rue devant l’horrible usine Five Roses, puis passe sous l’autoroute Bonaventure en slalomant. Deuxième kilomètre en 4:16. Ok, c’est mieux.

Piste cyclable menant au parc Jean-Drapeau. J’ai maintenant le vent dans le dos. Ma Garmin est toujours fuckée dans ce coin-là, alors pas moyen d’avoir une véritable idée de ma cadence. Troisième bip: 4:12. Comment ça, 4:12 ?  Avec le vent dans le dos, de la façon que j’appuie, je devrais être un peu plus rapide, non ?  Je passe devant Habitat 67 (je devrais m’arrêter de temps en temps pour l’admirer, celui-là), puis monte sur le pont de la Concorde. Quatrième kilomètre en 4:14. Tab… !  Déjà, je ne pense plus à relaxer. J’essaie de me raisonner: « Il y avait une petite montée, c’est normal que ce soit un petit peu plus lent… ». Rien à faire, je me dis qu’avec les efforts que je produis, le vent dans le dos, je devrais être plus rapide.

Mon cinquième kilomètre se fait en 4:09. Ok, c’est mieux. Je descends sur le circuit et me dirige vert l’est. Arrivé sur l’île Ste-Hélène, j’entame le tour de l’Isle. Habituellement, je le fais 3 fois, mais comme je suis en tapering, je n’en ferai que 2, un dans chaque sens.

Montée abrupte vers le pont Jacques-Cartier. Les efforts des derniers mois semblent payer car je la sens plus facile que d’habitude. J’arrive en haut un peu essoufflé, mais je suis bien. Ok, je suis en tapering (je suis en tapering, je suis en tapering…) , je vais prendre ça relaxe pour la descente. Mais c’est ma dernière occasion ou à peu près de travailler ma technique… Je me penche donc vers l’avant et entame la descente presque à fond, tâchant de faire mouliner les jambes rapidement et que le contact des pieds avec le sol se fasse sous mon bassin. Pas évident…

Je termine la descente, me rends jusqu’au Hélène-de-Champlain (qui est en rénovation depuis une éternité), puis fais demi-tour. Relaxe bonhomme, relaxe…

J’attaque la côte que je viens à peine de descendre, question de retourner vers le pont. Elle n’est pas tellement abrupte, mais elle est relativement longue (selon les standards de la course sur route, on s’entend) et me fait énormément penser à la fameuse Heartbreak Hill. Plus haut, devant moi, un gars se dirige vers le pont à vélo. Il tourne un braquet minuscule et n’avance pas, alors qu’est-ce qui me passe par la tête ?  L’idée d’arriver sur le tablier avant lui, bien évidemment !

J’ai maintenant un objectif, on fera du tapering plus tard. J’accélère, gardant le vélo en point de mire. Je gagne du terrain, je vais plus rapidement que lui, c’est évident. Ha ha, je vais l’avoir, lalalère !  Je le rejoins et le dépasse à une cinquantaine de mètres du tablier. Même pas difficile. Tiens toi !

Coup d’oeil à la moyenne: 4:14. Compte tenu des côtes, c’est trop rapide. Mais le pont est là, il m’attend…  C’est que je cours toujours très bien sur le pont Jacques-Cartier, je ne sais pas pourquoi. Contre toute logique, j’enclenche donc la vitesse supérieure. Bout plat, petite montée et longue descente vers la rive sud. Une fois rendu à St-Lambert, toute idée de retenir mes élans s’est envolée. Comme on dit, l’enfer est pavé de bonnes intentions. J’enchaine les kilomètres autour de 4 minutes, faisant fi de la raison. Rendu près du but, après 14 kilomètres, je m’arrête finalement. Moyenne globale: 4:10/km.

Durant mon retour au calme, la raison me rattrape enfin. Pourquoi tu es allé si vite, du con ?

Note: j’y suis allé plus relaxe cette semaine… mais jamais assez. Je suis vraiment incorrigible.

 

C’était une belle journée

La température était fraiche, juste comme il faut. Il faisait un beau soleil et les vents étaient légers. Des conditions idéales pour la course, quoi.

J’avais perdu mon combat contre le parcours par décision partagée: au 34e kilomètre, j’avais été assailli par des crampes. Je ruminais à ça, paisiblement allongé dans le bain. Qu’est-ce que j’aurais pu faire de différent ?  Comment allais-je attaquer ce parcours accidenté la prochaine fois ?  Est-ce qu’il y aurait seulement une prochaine fois ?  J’avais déjà mon ticket pour l’année suivante, mais est-ce que ça me tentait vraiment ?

Puis LA nouvelle est arrivée à nous. Incrédulité. Stupeur. Consternation. Les images montrant l’aire d’arrivée étaient terrifiantes, d’une horreur sans nom. On venait de s’en prendre à mon sport. On venait de s’en prendre à ma communauté. J’étais passé à quelques mètres des bombes, j’aurais pu faire partie des victimes.  On nous avait attaqués. Nous, les coureurs.

Du coup, comme des millions de mes semblables à travers le monde, j’ai perdu mon innocence. Notre monde ne serait plus jamais pareil. Ha, les conversations et rigolades d’avant et d’après-course seraient toujours de mise. Après l’arrivée, je féliciterais et recevrais des félicitations de la part des autres coureurs, comme avant. Mais nous aurons toujours ÇA en arrière-pensée.

Ça s’est passé le 15 avril 2013, il y a un an. Jamais je n’oublierai.

Quand c’est trop sérieux…

Traditionnelle répétition générale ce matin: 25 km au rythme visé pour Boston, pas d’arrêt sauf en cas de « force majeure » (genre Charlotte qui veut dire bonjour à son « papa » adoré). Tout s’est bien passé: du 4:21/km de moyenne (5-6 secondes plus vite que visé, mais bon…), aucun arrêt. Au lendemain d’une sortie tempo de 15 km et d’un souper arrosé, c’était plutôt satisfaisant comme sortie. Maintenant, plus que deux sorties avec côtes/intervalles cette semaine et ensuite, le vrai tapering. Ça augure bien. Mais ça augurait bien l’an passé aussi, alors…

Ce n’est toutefois pas de ça dont je veux vous entretenir aujourd’hui. Je veux plutôt parler de la petite dernière des courses en sentiers de la Belle Province, l’Ultra Trail du Mont Albert (UTMA). Organisé dans le Parc national de la Gaspésie et associé à la Fédération Internationale de Skyrunning, cet événement offre quatre épreuves: le kilomètre vertical (5 km), le Skyrace (22 km), le Skymarathon du Mont Jacques-Cartier (42.2 km) et l’épreuve-reine, l’ultra, d’une longueur de 100 km.

Dès que l’internaute arrive sur le site de l’événement, le professionnalisme de l’organisation transpire. Tout est clair, bien défini. L’horaire de la fin de semaine de course est disponible et détaillé. La description des épreuves, l’information sur l’hébergement, les indications pour se rendre, les règlements, tout est là.

Toutefois, je ne vais peut-être pas me faire des amis avec ce qui suit et ma cote de gars qui fait la promotion de la course en sentiers risque de prendre une tendance bear, mais… maudit que ces gens-là se prennent (ou semblent se prendre) au sérieux !

Attention: je ne dis pas qu’il est mauvais d’être sérieux quand on organise une course en sentiers, bien au contraire. Les gens qui organisent l’Ultimate XC St-Donat ou  l’UT Harricana font ça sérieusement. Mais ils n’oublient pas que le plaisir prime sur tout. Le squelette installé dans les marécages du Vietnam l’an passé, ça venait de gens qui se prenaient au sérieux d’après vous ?  Et que dire des règlements de l’Harricana qui stipulent que « l’esprit de camaraderie est obligatoire » et « prenez le temps de rire et d’observer la nature » ?

Pour moi, c’est ça la course en sentiers. Or, que retrouve-t-on sur le site de l’UTMA ?  Des règlements plus stricts que ceux du Marathon de Boston !  On utilise des mots pompeux comme « jury », « lutte contre le dopage » ou « droit d’image ». Franchement…

On indique également qu’en cas de « force majeure » amenant l’annulation de la course, les frais d’inscription seront remboursés à 50%. Déjà que ce n’est pas tellement fort, ajoutez à ça que les frais de service et de transaction de carte de crédit ne seront pas remboursés, ça ne donne pas tellement envie de s’inscrire…

Mais vous savez ce qui est le plus drôle dans tout ça ?  Car oui, c’est tellement sérieux que ça en est drôle… Parmi le forces majeures, on cite les conditions météo et les catastrophes naturelles (ce qui est bien correct), mais aussi, les événements politiques majeurs tels que la guerre, la révolution et les attentats !  En Gaspésie !  Une révolution en Gaspésie !!!  Come on

C’est sans compter le prix exorbitant demandé pour l’inscription. Pour l’ultra, c’est 250 $ en « pré-vente », puis 275 $ à partir du 14 avril et ensuite, 300 $ en juin. Pour vous donner une idée, le Vermont 100 demande 250 $ quand on veut participer, autant pour les coureurs du 100 km que pour ceux qui font le 100 milles. C’est donc comparable, vous me direz.

Heu, pas vraiment… Au VT100, 18 stations de ravitaillement sont offertes aux participants du 100 km. Au mont Albert ? Un grand total de 3. Et comme le parcours est de type aller-retour, l’organisation en montera 2: une autre du 25e kilomètre, l’autre au point de demi-tour. Sans oublier qu’évidemment, comme la course au mont Albert se déroule dans un parc de la Sépaq, chacun doit en plus assumer des frais d’accès au parc pour la journée.

Bref, je trouve le tout très dispendieux pour ce qui est fourni aux participants. Et je ne vois vraiment pas ce qui pourrait justifier un tel coût d’inscription, désolé. J’ai bien hâte de voir de quoi ça va avoir l’air au niveau participation.