Essais et erreurs

Ha le Québec et ses changements de températures…  C’est assez incroyable: pas plus tard que dimanche dernier, j’ai dû composer avec le froid et aujourd’hui, c’était écrasant, au point où j’ai fait une saucette dans la piscine dès mon réveil. Cinq petites journées pour passer d’un extrême à l’autre (pour la saison, on s’entend).

Comme la chaleur semblait vouloir se montrer le bout du nez hier matin, j’ai décidé de faire un test. Car c’est une règle établie en course à pied: ne jamais essayer en compétition ce qu’on n’a pas testé à l’entrainement. L’occasion était idéale: 30 km de prévus dans les sentiers du Mont Royal, température et humidité à la hausse, pourquoi ne pas en profiter pour essayer une nouvelle méthode d’hydratation ?

Car voyez-vous, depuis que j’ai découvert les sentiers, à chaque fois que je vais en terrain accidenté, c’est avec mon Camelbak sur le dos. Sauf que ça a certains inconvénients: c’est lourd, particulièrement au début, c’est un peu chaud et à chaque fois que je fais une course de plus de 30 km, j’en suis quitte pour un mal d’épaules. J’ai réussi à l’endurer pour 50 milles, mais pour 100 ?  Oubliez ça !

Or, à observer les autres coureurs au Vermont 50, à voir les photos de plusieurs ultras et aussi à lire des récits de courses, j’ai remarqué que la grande majorité des ultrarunners courent avec une bouteille à la main. Cette façon de faire comporte plusieurs avantages: plus grande liberté de mouvement, meilleure aération du corps et rapidité au moment du remplissage.

Étant de constitution plutôt frêle pour un homme (5’10 », 150 livres, la plupart concentrées dans les jambes), je doutais avoir la force nécessaire pour tenir une bouteille remplie d’eau « naturellement » en courant. Mais bon, il fallait bien que j’essaie. De plus, je ne peux pas courir seulement à l’eau, ça me prend du Gatorade ou un de ses dérivés. Parce que l’eau, au bout d’un certain temps, pas capable… Ça fait que je suis également parti avec ma ceinture d’hydratation remplie de Gatorade à la taille avec l’idée d’alterner les deux.

En partant, j’ai vite constaté que je me sentais plus léger. Bon point. Mais dès la première montée, premier problème. C’est que la plupart de montées en sentiers, surtout celles que j’emprunte, sont plutôt abruptes, alors je les fais en marchant. En fait, c’est plus du power hiking: je me penche vers l’avant et avance à grands pas en accentuant le mouvement de mes bras. Cette façon de faire plutôt efficace m’a permis de dépasser bien des concurrents au Vermont 50 et m’a aussi valu quelques « Great pace ! » au passage, alors ça ne doit pas être si mal.

Sauf qu’avec un poids supplémentaire dans une main, j’étais tout désynchronisé dans mon mouvement de bras. J’avais beau essayer de me remettre en phase, rien à faire. J’ai fini par balancer seulement le bras avec la main libre, ce qui est moins efficace comme façon de faire.

Autre problème: quand la bouteille commence à se vider, le liquide bouge dedans, faisant déplacer le poids de l’eau d’une extrémité à l’autre. Je suppose que ça ne dérange pas les gars plus costauds ou qu’on finit par s’habituer, mais bon, ça me gossait un peu.

La cerise sur le sundae ?  Elle est arrivée quand une des bouteilles de ma ceinture d’hydratation s’est mise dans la tête qu’elle n’aimait pas les descentes trop cahoteuses ou trop rapides et a décidé d’appuyer sur le bouton du siège éjectable. Après trois fois, j’ai laissé échapper un juron qui a probablement été entendu jusqu’à Ste-Anne-de-Bellevue. Je me voyais être obligé d’arrêter à tout bout de champ sur les sentiers menant à St-Donat et disons que cette vision ne me faisait pas vraiment plaisir.

Je me suis mis à faire les descentes sur les talons, question de ne plus perdre des morceaux. Je me retenais carrément en descendant, ce qui n’est vraiment pas la chose à faire. Au bout d’un certain temps, je me suis mis à courir avec la bouteille récalcitrante dans une main et la bouteille d’eau dans l’autre. C’était mieux, mais je n’étais pas à l’aise.

J’ai fini par un peu m’habituer, mais j’ai constaté que j’allais plus lentement que d’habitude. Ok, il faisait plus chaud, mais ça n’expliquait pas tout. Je n’étais vraisemblablement pas à l’aise avec quelque chose dans les mains, je préfère définitivement avoir les mains totalement libres.

Quand j’ai parlé de ça à ma douce au souper, je lui ai dit que ça me gossait un peu, que si tout le monde courait avec une bouteille à la main, il devait bien y avoir une raison. Elle m’a répondu que ce ne serait pas la première fois que je serais différent des autres (je suis un des très rares, particulièrement à mon niveau, à faire des courses sur route avec une ceinture d’hydratation) et que si je préférais le Camelbak, pourquoi pas ?

En effet, pourquoi pas ?

Mais il y a bien d’autres trucs qu’il me reste à essayer. Après plusieurs essais et erreurs, peut-être trouverai-je la combinaison idéale. Mais je doute que ce soit d’ici la fin juin…

Advertisements

Coupe DIX30: un petit peu en retard sur la nouvelle

Je me suis dit que tant qu’à être en retard dans les nouvelles, aussi bien prendre mon temps pour commenter, n’est-ce pas ?  En effet, ce n’est que la semaine dernière que j’ai appris que la Coupe DIX30 n’aurait pas lieu cette année. Pourtant, la nouvelle était sortie depuis deux semaines, mais que voulez-vous…

C’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai lu le communiqué explicatif d’Éric Fournier, l’organisateur de cette série de courses. Pas besoin d’avoir suivi beaucoup de cours en psychologie pour sentir la déception et l’amertume de cet homme qui a mis beaucoup de temps et d’énergie dans ce projet, et le tout bénévolement. Quand quelqu’un démarre quelque chose, travaille fort, y croit et que finalement, ça ne marche pas (ou pas assez comme dans ce cas-ci), ça me fait toujours un petit pincement au coeur. J’ai toujours pensé que c’était une simple question de justice: quand on travaille fort, on devrait toujours être récompensé.

Cette série d’événements a tout de même reçu son lot de récompenses. Elle a entre autres été nommée “Événement de l’année” en 2011 par la Fédération québécoise d’athlétisme. Ce n’est pas rien… Quand on jetait un coup d’œil au site Web, on voyait que le tout était organisé de manière très professionnelle, avec des parcours certifiés, ce qui est loin d’être le cas partout ailleurs. Des efforts avaient été mis sur le développement de l’élite, tout en permettant une participation facilement accessible aux courses pour les coureurs récréatifs. Par contre, l’exigence d’un engagement de la part de l’élite a probablement nui à la série. En effet, “bloquer” un minimum de trois dimanches à un coureur de haut niveau, c’est beaucoup. Mais ça, c’est facile à dire par après…

Sauf que je me suis senti interpellé à quelques endroits dans ce communiqué et j’aimerais commenter. Tout d’abord, monsieur Fournier aurait souhaité une plus grande participation (entre 300 et 400 coureurs supplémentaires !) de la part des gens de la rive sud. En tant que résident de cette région, j’ai songé à m’inscrire à une ou deux épreuves au fil des années. Ça se déroulait près de chez nous, ça aurait été facile pour moi de m’y rendre. Sauf qu’il y avait un problème: moi, me taper une course en plein été, dans le stationnement et les rues du DIX30, ça ne me disait strictement rien (je sais qu’il y en avait ailleurs aussi, mais là n’est pas mon point). L’été, c’est la saison des BBQ et on n’a pas toujours le goût de se priver le samedi soir parce qu’on a un 10k dans la canicule le dimanche matin. Dans ma tête, les dimanches d’été, c’est pour faire la longue course relaxe, pas pour courir un 10k à fond la caisse sous le soleil de plomb.

Autre point où j’ai accroché: quand il énumère tous les genres d’événements auxquels les coureurs débutants sont confrontés. Il estime que ces nouveaux-venus ne savent pas où donner de la tête. Je peux comprendre la frustration d’un “puriste” pour qui la course à pied, c’est avant tout les 5 km, 10 km, demi-marathon et marathon sur route. Sauf qu’on n’est plus dans les années 80. Lors de ce premier boom de la course à pied, il n’y avait que ces épreuves dites “classiques” offertes aux coureurs et qu’est-ce qui est arrivé ?  Les gens ont commencé à trouver ça ennuyant et cessé d’aimer courir. Soudainement, le nombre de courses organisées s’est mis à diminuer dramatiquement. Peut-être qu’avec un plus vaste choix, la pratique de ce sport ne connaitra pas le creux qu’elle a connu dans les années 90, qui sait ?  En ce qui me concerne, j’aime beaucoup alterner route et sentiers. Est-ce mal ?  J’ai fait le Marathon de Montréal à 5 reprises (ouais, je me suis tapé la maudite rue des Carrières 5 fois !!!) et bien honnêtement, j’en ai soupé, malgré qu’ils aient modifié le parcours. Si l’option des ultras n’existait pas, est-ce que je serais aussi motivé de continuer aujourd’hui ?  Pas certain.

Mais là où je me suis senti visé, c’est quand il “dénonce” les coureurs qui pratiquent ce sport depuis seulement 3 ou 4 ans et qui deviennent entraineurs, blogueurs, conférenciers, […]. C’est évidemment le mot “blogueurs” qui m’a fait sursauter. Ouin chose, et puis après ? Ça ne faisait pas 6 ans que je courais quand j’ai commencé à écrire ce blogue, est-ce que ça fait de moi un taré pour autant ?  Je n’ai aucune prétention autre que raconter ce que je vis à la course et dire ce qui fonctionne et ne fonctionne pas pour moi. Quand je dis par exemple que je ne suis pas d’accord avec les méthodes d’un entraineur, c’est seulement mon opinion, rien de plus. Elle est basée sur des faits, j’essaie (je dis bien: j’essaie) de monter une argumentation qui se tient, mais ça demeure mon humble opinion. Je n’ai aucune formation en médecine, en éducation physique ou en nutrition. Je fais juste parler de mes expériences et c’est tout. Si la lecture de ce blogue incite les gens à vouloir se dépasser, que ce soit en se mettant à la course ou en envisageant un premier ultra, je ne vois vraiment pas ce qu’il y a de mal à ça. Et je ne vois surtout pas le rapport avec le fait qu’il ait été obligé de mettre la clé dans la porte de son organisation.

Ceci dit, je mets toutes ces frustrations exprimées sur le compte de l’amertume. Je voudrais souhaiter la meilleure des chances à monsieur Fournier dans ses projets futurs. Et si j’étais l’organisateur d’un événement de course à pied, je le contacterais dans les plus brefs délais car une expérience comme celle qu’il a su développer avec la coupe DIX30, c’est inestimable.

Fallait vraiment vouloir… encore

La pluie n’avait jamais vraiment cessé depuis vendredi. Le genre de pluie qui donnait l’impression qu’elle allait tomber jusqu’à la fin des temps. Mais que voulez-vous, quand on se fixe des objectifs, on n’est pas pour se laisser arrêter par un petit peu de mauvais temps, n’est-ce pas ? Hier donc, 16 km dans les sentiers boueux de la voie maritime et aujourd’hui, le jackpot: la distance d’un marathon au mont St-Bruno.

J’ai regardé les prévisions horaires en me levant, espérant qu’un dégagement puisse se pointer le nez durant la matinée. Mes espoirs furent vite anéantis: des probabilités de précipitations dans les 80-90% pour tout l’avant-midi. Fallait vraiment vouloir. Et dire que les chanceux à Ottawa ne recevaient rien de tout ça…

Avec la pluie qui tombait et une température de 6 degrés, le terme « réchauffement » prenait tout son sens. Mais je ne me suis pas trop enfargé dans les fleurs du tapis pour cette partie avant de commencer à courir: j’étais en train de congeler sur place et voulait juste me mettre en route.

Je croyais bien que je serais seul sur la montagne. Hé bien non. J’ai croisé quelques promeneux qui prenaient toute la place avec leurs giga-parapluie et plusieurs « braves » (j’entends d’ici mon amie Maryse plutôt parler de « mongols »), dont un gars qui semblait faire comme moi: s’entrainer pour une longue distance. Il avait un Camelbak sur le dos tout comme moi et je l’ai croisé à au moins quatre reprises. À la fin, on ne se souriait même plus et on semblait se demander ce qu’on foutait là… C’est qu’à un moment donné, je me suis vraiment posé des questions sur mon état mental. Il tombait des cordes et je commençais à avoir froid. Pour une fois que l’infinie quantité de linge amené « au cas où » allait servir…

Une fois ravitaillé (on gèle encore plus vite quand on a l’estomac vide) et changé à la station d’aide « Toyota Corolla 1998 beige », tout allait beaucoup mieux. Jusqu’à ce que je me tape pour une deuxième fois la montée vers le centre de ski. En fait, la montée s’est bien déroulée, mais la descente… Comme c’était glissant avec les feuilles et les roches, j’y allais prudemment. Une fois rendu en bas, j’ai un peu ouvert les gaz sans me rendre compte que les lacets de mon soulier droit étaient sortis de leur petite pochette protectrice.

Un ultrarunner qui s’enfarge dans ses lacets…. Pathétique. En moins de deux, je me suis (littéralement) retrouvé face contre terre. Après avoir évidemment arrêté mon chrono (il n’y a rien à faire, c’est un réflexe) et vérifié que personne ne m’avait vu (un autre réflexe), j’ai fait le tour des dégâts. Le genou gauche avait mangé le coup et saignait. Mes mains étaient écorchées un peu, mais sans plus. Quelques éraflures aussi sur la cuisse et le coude, rien de grave. Je me suis demandé ce que j’allais faire. 31 km au GPS, retourner à la maison ou pas ?  Nah, je pouvais continuer…

Pendant que je me rendais au lac tout près pour me débarbouiller, je ne pouvais m’enlever de la tête l’image de sieur Sylvain de Guérette qui s’était foutu de ma gueule quand il m’avait rejoint après que je me sois planté au mont St-Hilaire l’an passé. Et j’avais envie de rire… Je m’imaginais, le beau tata, m’enfarger dans mes lacets de bottines. Ça devait être comique à voir. C’est toujours drôle, quelqu’un qui tombe, non ?

Puis j’ai regardé l’heure: 11h30. Maggie, sa blonde, était fort probablement sur la fin de son demi à Ottawa. Je me suis demandé comment elle allait, surtout qu’elle avait fait les 2 et 10 km la veille… C’est donc en lui envoyant des ondes positives que j’ai couru les 3-4 kilomètres suivants, encore plus dans la montée vers la tour de télécom. Je ne sais pas si elle les a reçues ou si elle m’en a envoyées, mais mes 11 deniers kilomètres se sont vraiment bien déroulés.

À mon arrivée à la maison, après une petite douche (j’en avais un petit peu besoin), je me suis garroché sur les résultats, question de voir comment ça s’était passé pour tous et chacuns. Je ne nommerai pas tout le monde ici, il y en aurait beaucoup et je risquerais d’en oublier (et des perdre des followers !  ;-)), mais on dirait que ça s’est bien passé pour Maggie qui a fracassé son record personnel sur la distance. Félicitations !

Je voudrais aussi dire un gros bravo à tous pour vos performances et vos efforts. Dites-vous que quelque part dans le bois, sous la pluie, un « mongol » pensait à vous et vous enviait un peu.

Vas-tu à Ottawa en fin de semaine ?

Cette question-là, je dois l’avoir entendue dix fois hier, alors que j’étais en visite dans mon ancien département pour le travail. Non, je n’y serai pas, et ça me fait un peu bizarre. Comme il y a deux ans, quand nous étions en voyage à Paris. Imaginez, au moment du départ du Marathon d’Ottawa, nous étions en visite au château de Versailles (probablement l’endroit le plus surévalué que j’ai jamais vu). Il faisait très chaud, le soleil cognant sans merci sur nos têtes. Je n’ai pas pu m’empêcher de glisser à Barbara que j’espérais que la température était plus fraiche autour de la rivière des Outaouais, sinon mes amis allaient souffrir. Hé oui, j’étais à Versailles et je pensais à un marathon. Ma douce était un petit peu découragée…

Il faut dire que le Marathon d’Ottawa, c’est quelque chose. Le plus grand rendez-vous de course à pied au pays, rien de moins. 42000 coureurs au total des épreuves qui sont étalées sur deux jours: les 2, 5 et 10 km le samedi en fin d’après-midi; puis le demi et le marathon le dimanche matin.

Et fait remarquable (j’en ai déjà parlé), le 10 km et le marathon ont la cote “argent” de la Fédération internationale d’athlétisme. Comme les parcours sont très peu accidentés, ça permet d’attirer des coureurs de très haut niveau. Bon an mal an, le vainqueur du 10 km est un marathonien faisant partie de l’élite mondiale qui vient au pays en préparation pour une autre course. Le marathon n’est pas en reste, le vainqueur de l’an passé ayant terminé dans les 2h09. On est loin du 2h37 de Toronto…  Je crois honnêtement que si la course se déroulait en Europe, le contingent de coureurs présents serait probablement du niveau de Rome, Paris, Rotterdam ou Francfort. Pas les Majors, mais presque.

J’ai beaucoup parlé l’an passé de la grande qualité de l’organisation et de l’implication de la population dans ce marathon. Mon point de vue était basé sur mes autres expériences passées, soient Montréal et Mississauga. Maintenant que j’ai ajouté Philadelphie et Boston à ma liste, un fait demeure: Ottawa, c’est la grande classe. Bien évidemment, Boston, ça demeure Boston. Mais en ce qui concerne Philadelphie, notre marathon national n’a rien à lui envier. D’ailleurs, le lendemain de la course là-bas en novembre dernier, alors que nous faisions le tour de la ville en double-decker, le guide a demandé qui avait couru le marathon la veille. Nous sommes deux à avoir levé la main. Après m’avoir demandé combien de marathons j’avais courus (il ne semblait pas croire qu’il était possible de courir 9 marathons dans sa vie…), il m’a demandé si Philadelphie était mon préféré. Je n’ai pas été capable de lui mentir, malgré le fait que je venais de faire la course de ma vie. Que voulez-vous…

Mais bon, j’ai décidé de passer mon tour cette année, préférant conserver une charge d’entrainement plus élevée en vue de St-Donat. J’aurais bien pu le faire comme un entrainement, c’est d’ailleurs la distance que je compte faire dimanche (en sentiers, par contre). Mais je me connais: quand une compétition se pointe, je suis incapable de la prendre à la légère et je me serais fait un petit deux-trois semaines de tapering avant. Compétitif le monsieur ?  Un petit peu, surtout avec lui-même…

Plusieurs amis et connaissances seront toutefois sur place et c’est avec beaucoup d’intérêt que je vais suivre leurs performances. Je vous souhaite à tous beaucoup de succès et surtout, beaucoup de plaisir !

Je m’en voudrais de conclure sans une pensée pour ceux qui se sont entrainés tout l’hiver en vue de cet événement et qui ne pourront pas y être parce qu’ils sont sur la liste des blessés. À ceux-là, je sais très bien que des phrases comme « Il va y avoir d’autres courses » ne vous apporteront aucun réconfort, alors je vous dis seulement que je comprends et compatis avec vous. Je vous souhaite de revenir le plus rapidement possible dans notre merveilleux monde.

Un an déjà !

Tout a commencé en 2007, après mon premier marathon. Cette expérience avait tellement été extraordinaire pour moi que je voulais en garder un souvenir. Alors je me suis installé à mon ordinateur et ai pondu un récit que je prévoyais relire de temps en temps. Une fois terminé, je l’ai distribué à mes parents et amis, question de partager avec eux ce que j’avais vécu et peut-être leur donner l’idée de se lancer dans l’aventure eux aussi. Ou les aider à s’endormir le soir. 😉 Certains ne l’ont probablement pas lu, d’autres ont aimé au point de me suggérer de soumettre le tout à un éditeur.

Ça m’a encouragé et poussé à continuer. Et au fil des courses, les récits se sont mis à allonger, à devenir de plus en plus détaillés. Publier le tout ?  Je n’y croyais pas vraiment. Il y a plein de gens qui ont beaucoup plus de talent que moi de ce côté et qui ne seront jamais publiés. Mais quand mon grand chum Steph m’a parlé de partir un blogue, ça a allumé quelque chose…

Ça m’a pris du temps avant de me lancer, mais il y a un an, je le faisais et le premier billet sur “Le dernier kilomètre” paraissait. Pas très à l’aise avec la conception de sites Web et surtout pas très porté vers la techno (bizarre pour un ingénieur électrique, je sais), je suis demeuré conservateur avec le look  de l’ensemble et me suis concentré sur mes deux passions: la course et l’écriture.

Au fil des semaines, des mois, j’ai pu partager avec vous le quotidien d’un coureur ordinaire, ce qui le pousse à continuer malgré l’évidence qu’il n’aspirera jamais aux grands honneurs. Au cours des douze derniers mois, j’ai parlé des nombreuses joies que la pratique de la course à pied m’a apportées, de mes quelques déceptions et des vives émotions ressenties. Mes trois meilleurs marathons et mon premier ultra, je les ai vécus avec vous, chers lecteurs. Tout comme ma blessure à l’ischio-jambier et évidemment, les attentats de Boston…

Ce blogue m’a aussi permis d’entrer en contact avec des gens avec qui j’ai pu avoir des échanges parfois instructifs, parfois drôles, mais toujours très intéressants. 160 articles plus tard (en fait, 159 car il y en a un qui a été l’œuvre de mon ami Sylvain), le goût de poursuivre est là plus que jamais, autant la course que l’écriture. Vous êtes de plus en plus nombreux à me lire, à me suivre, et ça me fait chaud au coeur. Un gros merci à tous et au plaisir de se reparler bientôt !

Une bonne décision de la part du Boston Athletic Association

Je sais, je suis un peu en retard sur la nouvelle: ce n’est qu’aujourd’hui que j’ai appris que le Boston Athletic Association (l’organisme responsable du Marathon de Boston) avait officiellement décidé de réinviter les coureurs qui n’avaient pas pu terminer le Marathon suite aux événements que l’on sait.

On ne peut qu’applaudir cette décision qui favorisera les pauvres coureurs qui ont été arrêtés à un mille de l’arrivée, sans savoir pourquoi, et qui ont dû vivre dans l’inquiétude en tentant d’éviter de succomber à la panique, endurer le froid, la déshydratation, la faim, etc. Ces personnes auront la priorité lors de l’inscription pour l’édition 2014 et pourront enfin vivre ce que c’est, courir sur Boylston Street avec l’arrivée en vue, les milliers de spectateurs autour tout en se disant « Ça y est, j’ai fait Boston ! ».

Petit bémol cependant. Dans le communiqué, il est précisé que pour être considérés, les coureurs devront avoir été au départ (ça va de soit !) et avoir franchi au moins la moitié du parcours sans pouvoir terminer. Le problème que je vois dans cette règle, c’est que certains qui ont abandonné avant l’arrêt de la course pourraient se faufiler. Pour éviter ça, il faudrait à tout le moins que les coureurs qui faisaient partie de la première vague ne puissent se prévaloir de ce privilège. Car entendons-nous bien, il fallait avoir couru un marathon en environ 3h16 ou mieux pour pouvoir faire partie de cette première vague. Les bombes ayant explosé 4h39 après le premier départ, je doute fort qu’il restait encore de ces compétiteurs sur le parcours à ce moment-là. Si oui, ils devaient être à l’agonie… ou ils avaient triché pour faire partie de la course.

Pour ce qui est de la quantité totale de personnes qui seront admises pour le Marathon, l’organisation n’a pas encore décidé si elle sera augmentée ou non. Peut-être qu’il sera plus difficile pour les autres coureurs de faire partie de la course et ce serait bien dommage, mais en ce qui me concerne, c’était la décision à prendre.

Un gros bravo au B.A.A. !

Le numéro deux

Dès qu’elle va lire les premières lignes de ce billet, je sens que ma douce va rouler les yeux en soupirant, puis se tourner vers moi et me dire tout doucement: “Dis-moi que tu n’as pas écrit là-dessus…”.

Hé oui mon amour, j’en ai déjà glissé un mot, mais aujourd’hui, j’aborde le sujet de front. Peut-être suis-je dans les derniers relents de ma phase anale ou je ne sais pas trop, mais il fallait bien que j’en parle un jour tellement ça a influencé mes entrainements. Je parle bien sûr du numéro deux, du human waste ou pour être plus clair, de caca. Pourquoi ?  Parce que quand j’avais ce problème, j’aurais bien aimé trouver un endroit où on en parlait. Je ne pouvais pas croire que j’étais le seul au monde à devoir composer avec ça. Alors si ça peut aider quelqu’un…

Les non-sportifs ou ceux qui ne souffrent pas de ce mal vraiment désagréable trouvent ça très comique et multiplient les blagues faciles à ce sujet. Mais quand ça nous empêche de pratiquer notre sport préféré, on la trouve moins drôle. Pendant des années, j’ai été affligé par la diarrhée du coureur. Ça a même commencé avant que je me mette à la course: j’étais pris avec la version cycliste de ce fléau. Dès que je faisais plus de 40-50 km à vélo, ou bien je devais m’arrêter en chemin, ou bien je revenais rapidement à la maison. Dans les meilleurs cas, ça me prenait quelques heures après mon arrivée. Mais c’était immanquable, ça m’arrivait à chaque fois.

J’en ai glissé un mot à mon voisin, fervent cyclotouriste et il m’a suggéré que ça pouvait être un problème de déshydratation. Hum, pas bête… Je me faisais un “honneur” de boire peu quand je faisais du vélo, me contentant de quelques gorgées seulement quand j’avais soif, ce qui n’était pas tellement intelligent. Lors d’une randonnée d’une centaine de kilomètres faite en sa compagnie, j’ai bu à chaque fois qu’il buvait et magie magie, aucun problème intestinal. Coïncidence ?  Lors de mes sorties subséquentes à vélo, j’ai appliqué le même principe et je n’ai plus jamais eu de problèmes de ce côté.

Quand je me suis mis à la course, je n’ai pas pris de chance, je me suis immédiatement procuré une ceinture d’hydratation. Et la plus grosse, celle à 6 bouteilles. Jamais je ne pars courir sans une telle ceinture (j’en suis à ma troisième) ou un Camelbak. Ça me surprend à chaque fois de constater la très grande quantité de coureurs qui pratiquent ce sport sans le moindre accessoire pour l’hydratation. Comment font-ils ?   Même en course, malgré les nombreux points d’eau, j’ai toujours ma ceinture. C’est la meilleure façon de savoir ce que j’ingurgite. Au demi Scotia Bank, on m’a déjà “servi” de l’eau du robinet: j’ai eu l’impression d’avaler une tasse de chlore.

Ceci dit, malgré ce que je considérais être une très bonne discipline côté hydratation, mes problèmes intestinaux se sont rapidement chargés de me rappeler qu’ils étaient bien vivants. Habituellement, quand ça me prenait, c’était après une quarantaine de minutes de course. Mais ça arrivait que ça prenne plus de temps. Ou moins. Mon record ?  3 kilomètres, soit à peine 13 minutes. Par un jour de grande canicule, je suis parti en me disant que je ferais un petit 7 km. Après 3, je cherchais désespérément une toilette. Car à peu près tous les coureurs vont vous le confirmer: ils savent où sont les endroits stratégiques dans un rayon de 10-15 km de chez eux. En été, avec l’ouverture des blocs sanitaires dans les parcs publics, c’est plus facile. Mais en hiver…

Moi qui étais un anti-cellulaire, j’avoue bien candidement que ma diarrhée du coureur est la raison principale pour laquelle je m’en suis procuré un. Je ne compte plus le nombre de fois où ma tendre moitié est accourue pour venir cueillir son mari désespéré. Et que dire des endroits hétéroclites où j’ai dû me résigner à laisser aller la pression ?  Dans un boisé près de Métis-sur-Mer, dans une toilette perdue du sous-sol d’un building municipal de Baie-St-Paul (elle ne semblait pas avoir d’eau), dans les toilettes d’une aire de pique-nique abandonnée à Niagara Falls… Embêtant vous dites ?

J’ai fait quelques recherches, mais n’ai pas trouvé grand chose sur le sujet à l’époque (Kmag a publié un article très instructif dans son numéro du printemps, ça m’aurait été bien utile !). Des discussions sur un forum et c’est à peu près tout. Pourtant, je me répétais que je n’étais certainement pas le seul à souffrir, parce que c’est vraiment le bon mot pour décrire ce que je vivais…  Si le grand Lasse Viren avait été foudroyé en plein marathon des Jeux de Moscou en 1980, il devait bien y en avoir d’autres, non ?  Étions-nous les seuls au monde ?

Ma mère m’a suggéré un produit naturel, une espèce de pilule de “charbon” qu’elle disait. Pour elle, ça faisait des miracles. Je l’ai essayée. À ma deuxième sortie sous l’influence de cette pilule, retour obligé à la maison. Ma mère a insisté pour que j’essaie encore, mais pour moi, ça ne pouvait pas marcher: si une fois ça n’avait pas fait le travail, comment pourrais-je m’y fier ?

Puis, un jour où elle avait (encore) été obligée de venir me chercher en vitesse, Barbara m’a fait part d’une grande observation: “As-tu remarqué que ça t’arrive presque toujours le samedi, et jamais quand tu cours le soir ?”.  Heu, ha oui ?  Vrai que ça ne m’était jamais arrivé en compétition (Dieu merci !). Mais le samedi… Et le matin ?  Qu’est-ce qui se passait de spécial les samedis matins ?

Premièrement, fatigue accumulée de la semaine. J’avais d’ailleurs remarqué que lorsque j’étais en vacances, ces troubles disparaissaient. Et deuxièmement, le déjeuner. Il y avait forcément quelque chose qui ne fonctionnait pas au déjeuner. Je ne bois pas de café, alors ce n’était pas ça. J’ai essayé de remplacer le jus d’oranges par du lait. Et vice-versa. Toujours le même résultat. Les rôties (des bonnes vielles toasts) ont été remplacées par des bagels, plus faciles à digérer. Je suis passé au beurre d’arachides naturel. J’ai coupé tous les fruits riches en fibres au déjeuner pour me tourner vers les bananes et le yogourt qui, selon mes souvenirs d’une visite chez le médecin durant mon enfance, aidaient dans les cas de diarrhée. Les confitures ?  Coupées. Et à la fin, le lait a été enlevé à son tour, pour être remplacé par de l’eau.

Eureka !  J’ai finalement réussi à trouver une combinaison presque parfaite. Je dis “presque” parce que ça m’est encore arrivé récemment, pour la première fois depuis plus d’un an. J’ai toutefois mis la faute sur un dîner dans un restaurant asiatique la veille. Heureusement, je n’avais pas perdu mes réflexes et avais identifié un endroit approprié sur mon trajet, au cas où…

Vous devinez les complications qu’un tel “régime alimentaire” peut amener lorsque je fais des courses à l’extérieur… Déjeuner au resto ?  Vraiment pas question (à Niagara…). Alors nous devons trimballer le nécessaire pour que je puisse nourrir mon corps capricieux convenablement. Trainer le grille-pain dans un hôtel du centre-ville de Philadelphie, ça faisait un peu bizarre…

Ceci dit, j’ai réussi à trouver une combinaison qui fonctionne pour moi. Malheureusement, nous sommes tous différents, alors je suggère à ceux qui sont pris avec un tel va-vite du (et qui veulent s’en débarrasser !) de faire des tests et peut-être réussirez-vous comme moi à trouver une combinaison qui fera que vous pourrez courir l’esprit en paix. Croyez-moi, c’est très agréable !