Le jour où j’ai aimé l’hiver

Après quelques jours de pause, faute de temps, je suis enfin de retour. 🙂  Pour parler de l’incroyable, mais vrai. Car c’est arrivé: l’espace d’une journée, j’ai aimé l’hiver ! Oui oui, je le jure ! Comme quoi, je ne suis pas une cause totalement désespérée…

Je vous raconte. C’était samedi. Nous avions un souper-gang-du-secondaire au chalet de mon ami Louis, au lac Nicolet. Mes parents habitent à une quinzaine de kilomètres de là, alors l’occasion était rêvée pour qu’on fasse un coup double: visite chez mes parents et souper avec les amis. Mais je ne pouvais faire autrement, il fallait que j’y aille pour le tour du chapeau: ajouter une belle sortie à tout ça. Avec les montagnes et les chemins de terre des environs, il m’était tout simplement impossible de passer à côté d’une si belle occasion.

Ainsi donc, samedi matin, je suis sorti à l’extérieur. Il tombait une petite neige, le vent était relativement calme, la température, autour de -1 ou -2 degrés, était bien correcte. Arrivé au bout de l’entrée de cour de mes parents, j’avais deux choix: par la droite, c’était 15 km pour me rendre chez Louis. Par la gauche, c’était 33 ou 34. J’avais mon Camelbak chargé de 2 litres de Gatorade, avec des bretzels et des barres énergétiques en bonus. Quelle direction j’allais prendre d’après vous ?

Je suis (bien sûr) parti vers la gauche, en prenant bien soin de ne pas aller trop vite. Mais bon, ça descendait un peu et c’était sur l’asphalte, alors… Après 2 km, première grande descente vers la rivière Nicolet. J’ai pu m’y rassurer un peu: je n’avais pas trop perdu de mes habiletés en descente. Et rendu à la rivière, qu’est-ce qui se présentait à moi ?  La première montée de la journée. À 13%. Comme elle était sur l’asphalte, j’ai pu la faire en courant, mais j’y ai laissé pas mal d’énergie. Sauf que je m’en foutais: j’allais bientôt prendre mon premier rang de campagne.

Quand j’ai emprunté ledit rang, la joie que j’anticipais s’est concrétisée. Le sol était enneigé, oui, mais fort praticable car la neige était bien tapée. Le vent ?  Dans la figure, mais ce n’était pas grave. J’avais une vue magnifique sur les collines et montagnes environnantes. Je courais dans le milieu du chemin parce que j’avais ni plus ni moins la route pour moi tout seul. Pour m’accompagner, le bruit régulier de mes pas (et le flouche-flouche du Camelbak), le vent, la petite neige, ma respiration. Et c’était tout.

J’ai avalé les petites bosses sans me presser. Les montées étaient parfois difficiles à cause de la neige et je devais demeurer prudent dans les descentes, n’étant jamais certain de la surface. Je retrouvais (enfin) les sensations qu’on a quand on court en sentiers. Je ne sais pas trop comment décrire, c’est comme… différent. Un détachement presque total du temps, un sentiment de liberté, de synergie avec la nature. Ce n’est pas sur les pistes cyclables ou sur le bord des rues qu’on retrouve ça…

Arrivé sur la « route » 257 menant au mont Ham, je pensais bien avoir à composer avec plus de circulation. Sur les 7-8 km de ce tronçon, j’ai croisé un grand total de… trois véhicules tout-terrain. Des autos ? Zéro, niet, nada. Au 14e kilomètre, je me suis arrêté pour engloutir un gel au beurre d’arachides et j’ai pris mon temps pour respirer l’air pur. Et c’est là que ça m’a frappé: à cet instant précis, je n’aimais pas l’hiver, je l’adorais. Oui, moi, j’adorais l’hiver.

Par après, j’ai passé devant le mont Ham, endroit où je me promets bien de revenir une fois la neige fondue. Rendu à St-Joseph-de-Ham-Sud (le nom du village est définitivement plus long à lire que le temps que ça prend pour le traverser), j’ai pris la direction du lac Nicolet, par un chemin que je faisais pour la première fois de ma vie.

Avant de prendre le chemin et retomber dans la campagne proprement dite, je suis passé devant l’ancienne école du village. J’avoue avoir été un peu sidéré de constater qu’il y en avait déjà eu une. Je me demande bien quel illuminé a eu la merveilleuse idée d’investir de l’argent public pour construire une école dans un village aussi minuscule… Et surtout, quel est le zouf qui a approuvé ça ! Parce qu’à voir la grandeur, la population entière aurait certainement pu y suivre des cours… tout en étant 10 ou 15 par classe ! Enfin…

Aujourd’hui, à voir le nombre d’antennes paraboliques sur les murs, on dirait bien que le tout a été transformé en appartements ou maison de chambres. Autre question: pourquoi aller vivre en appartement à St-Joseph-de-Ham-Sud ?!?

Bon, retour à mon petit chemin. Montées et descentes bien raisonnables ont commencé à se succéder, toujours à mon grand bonheur. La neige et les arbres qui en étaient chargés étouffaient les bruits, me faisant croire que j’étais seul au monde. Jusqu’à ce que le klaxon d’un SUV me ramène temporairement sur terre. Un peu plus loin, trois représentants de la race canine sont sortis dudit SUV pour venir à ma rencontre. Comme j’adore les chiens, je ne les crains aucunement, alors malgré leur côté un peu bavard, ils se sont laissés amadouer.

Ça me faisait tout drôle, avancer à la découverte dans un endroit totalement inconnu (une première depuis le Vermont 50). À un moment donné, j’ai vu le lac sur ma gauche et les chalets ont commencé à faire leur apparition. Ma promenade achevait. Rendu au bout du lac, avant de prendre le chemin menant à destination, j’ai été sorti de mon rêve. Stationnées sur le côté de la « route », une dizaine de motoneiges. Merde, dans le genre gâcher le paysage… Ce que je peux détester les engins à moteur !   En plus, une odeur de cigare empiétait sur l’air pur de la campagne.  Quand je suis passé devant les motoneigistes, il y en avait effectivement un qui tétait un barreau de chaise comme un bébé tète le sein de sa mère. Pathétique. La moitié du troupeau m’a regardé passer, ayant l’air de se demander d’où je venais. Sur le coup, ils n’étaient pas loin de me rappeler le comportement de certains bovins quand je passe devant eux en courant. Ne manquait que les beuglements.

Évidemment, après avoir passé mon chemin, il a fallu que tout ce « beau » monde décide de suivre le même parcours que moi… Heureusement, ces machins modernes sont moins bruyants (et moins puants) que leurs ancêtres à deux temps.

Puis j’ai aperçu au loin une maman qui prenait une petite marche avec son bébé dans un traineau. C’était Julie, la conjointe de Louis, et la petite Léa, 5 mois. Quand Julie m’a vu arriver, elle s’est mise à m’encourager, comme en compétition. Mon sourire, disparu suite à l’épisode des motoneiges, est revenu aussitôt.

Une bien belle journée…

Advertisements

Le Marathon de Tokyo

La saison des grands marathons débutera ce dimanche avec le Marathon de Tokyo, premier des World Marathon Majors à être disputé cette année.

Quels sont les autres ?  Boston en avril, Londres aussi en avril, Berlin en septembre, Chicago en octobre et New York en novembre. Des points sont attribués aux 5 premiers, autant chez les femmes que chez les hommes, lors de chacune de ces courses sur une période de deux ans. Celui et celle qui terminent au premier rang empochent un beau boni de 500000 $. De quoi se motiver, non (j’aime mieux ne pas penser à Scott Gomez qui va faire 10 fois plus en restant tranquillement chez lui…) ?  Les résultats des marathons des Championnats du Monde et des Jeux olympiques sont également comptabilisés dans ces classements, mais ne sont toutefois pas considérés comme faisant partie des Majors.

Depuis 2000, j’avoue avoir un fort penchant pour le Japon. À l’époque, j’y ai passé 6 semaines dans le cadre du travail et j’ai tout simplement adoré l’expérience. La réserve, le respect mutuel et l’altruisme des Japonais m’ont séduit. J’ai énormément apprécié pouvoir me promener dans les rues à toute heure, sans jamais éprouver le moindre soupçon de crainte. Car pour ce peuple, l’honneur est beaucoup plus important que  tout l’argent du monde. Et commettre un acte criminel, c’est se déshonorer. On ne peut pas dire que tout le monde pense de la même façon par ici. Enfin…

La très grande propreté des villes est un autre aspect qui m’a frappé. L’hôtel où j’habitais était situé à Yokohama, en banlieue de Tokyo. Ok, ça fait bizarre de décrire la deuxième plus grande ville d’un pays aussi peuplé comme étant une banlieue, mais bon… Toujours est-il que nous étions à peine à 30 minutes de LA grande ville, alors je suis allé y faire un tour à quelques reprises. À mon grand étonnement, Tokyo est très peu polluée, moins que Montréal à mon avis. Il y a beaucoup de grands espaces verts où on peut se promener en toute tranquillité. C’est vrai qu’ailleurs en ville, ça grouille de partout et il y a toujours plein de monde. Je me sentais exactement comme le personnage de Bill Murray dans Lost in Translation: perdu, complètement en dehors de mon élément. Mais j’ai adoré.

Sauf que le Japon, ça se vit, ça se ressent. Ça ne se visite pas vraiment. À part le mont Fuji, il n’y a pas grand chose à voir côté touristique. Pas de Statue de la Liberté, de Grande Muraille, de Tour Eiffel, de Colisée, de Golden Gate Bridge, etc. Et en plus d’être très loin, le coût de la vie y est très élevé.

C’est la raison pour laquelle malheureusement, le Marathon de Tokyo ne fait pas partie de ma bucket list des marathons à faire: le jeu n’en vaut tout simplement pas la chandelle. J’ai bien d’autres endroits à voir dans le cadre d’une course avant de retourner là-bas. Dommage.

Ça ne m’empêchera toutefois pas de suivre à distance ce qui se passera dans les rues de cette ville qui devrait servir de modèle à toutes les grandes cités sur cette terre.

Marathon de New York: ça prend du temps…

Je ne sais pas trop ce qu’ils font, mais il me semble que ça prend du temps. Si je n’étais pas si poli, je dirais que ça niaise…

Comme je l’ai déjà raconté, parce que je n’avais pas été pigé trois années de suite à la loterie pour avoir le droit de participer au Marathon de New York, j’avais théoriquement mon entrée garantie pour l’épreuve de 2013. Sauf que suite à l’ouragan Sandy, l’édition 2012 a été annulée et tout a été chamboulé

Le comité organisateur, et c’est bien normal, a donné la priorité aux malheureux qui étaient inscrits pour 2012 et qui se sont vus refuser par Dame Nature la joie de vivre cette expérience. Ces personnes avaient jusqu’au 25 janvier pour se prévaloir de leur droit. Ensuite, en fonction du nombre de réponses positives, les critères d’admission pour 2013 seraient révisés.

Ça fait presque un mois et toujours rien sur le site web (site qui est d’ailleurs plutôt moche) de l’événement. Ils font quoi, au juste ?  Est-ce si long de compter le nombre de gens qui ont décidé de se reprendre un an plus tard et d’ajuster le tout en conséquence ?

À mon humble avis, ceux comme moi qui ont été refusés trois fois d’affilée auront une entrée garantie pour 2014… s’ils participent à une quatrième loterie et qu’ils sont refusés encore une fois. Je vais donc payer les 8 ou 10$ que ça coûte encore cette année, même si je sais que je ne serai vraisemblablement pas choisi. Je ne suis pas pour lâcher si près du but !

Et aussi, je dois l’avouer, c’est plus facile que de réussir 1h23 sur un demi (!) ou 2h50 sur un marathon (!!!) pour me qualifier…

Félicitations à tous et à toutes !

Finalement, le vent n’a pas été aussi pire que prévu hier matin (hier soir par contre…). Mais il faisait froid et pendant que je faisais ma longue sortie dominicale, j’ai eu une petite pensée pour tous ceux qui faisaient de la compétition par de telles conditions. Wow, vous avez toute mon admiration !

J’avais déjà parlé du demi-marathon hypothermique samedi. Il a été remporté par Pîerre-Luc Goulet avec un temps de 1:21:19. Dans des conditions parfaites, je ne peux même pas rêver pouvoir approcher un tel temps, alors par une journée semblable… Sans compter la surface sur laquelle les coureurs devaient évoluer, qui était probablement très loin d’être idéale. Définitivement qu’il y a des gens doués, il n’y a pas à dire.

Il y avait aussi une autre course d’importance dans la région métropolitaine: le défi hivernal de l’Île -Bizard, première étape du Circuit de course à pied du Grand Montréal. Parlant de gens doués, Terry Gehl y a brillé encore une fois. Classé meilleur coureur au Canada chez les Maîtres (c’est une façon polie de catégoriser les gens comme moi qui ont dépassé 40 ans), monsieur Gehl a remporté le 5 km pour ensuite terminer en 4e position sur 10 km (je ne sais pas dans quel ordre étaient disputées les courses, mais définitivement pas en même temps !). Tout un exploit !

Mais l’exploit du jour, il revient à tous ceux qui se sont d’abord inscrits à ces compétitions, puis se sont donnés la peine de se rendre sur place pour y participer. Le grand nombre de coureurs présents à ces deux événements de la fin de semaine nous démontre hors de tout doute que la course à pied est un sport en santé au Québec. Et pendant que ces gens courent, ils se tiennent loin de la maladie et des hôpitaux.

Alors, toutes mes félicitations à tous et à toutes !  🙂

Le demi-marathon hypothermique

Avant de commencer, un petit mot à la personne qui s’est retrouvée sur mon blogue en faisant la recherche suivante: « Est-ce que Richard Garneau mesurait 7 pieds ? ». Disons que je l’ai trouvée assez drôle merci !  🙂  La réponse: non. C’était un grand monsieur, dans tous les sens du terme, mais il ne mesurait tout de même « que » 6 pieds et 4 pouces…

Bon, le vif du sujet maintenant: le demi-marathon hypothermique qui aura lieu demain matin au parc Jean-Drapeau. J’ai déjà amplement parlé du Badwater 135 qui me fascine tant. Hé bien, ça pourrait peut-être sembler bizzare, mais le demi hypothermique me fascine également. Car tout comme l’autre, j’avoue avoir un peu peur de cette épreuve. Bon, j’exagère un peu, mais pas tant que ça.

Quand j’ai commencé à courir, j’avais identifié cette course comme candidate principale pour en faire mon premier demi-marathon. Puis je m’étais blessé en jouant au hockey cosom et j’avais passé mon tour, attendant le demi Scotia Bank en avril. Ensuite, à chaque année, je me trouvais une excuse pour ne pas participer: trop de travail, trop de neige, trop de vent, trop froid (c’est le demi-marathon hypothermique, du con…). Trop de n’importe quoi, en fait.

La vérité est que l’incertitude face à cette course me rend mal à l’aise. On ne sait pas quoi la surface aura l’air et surtout, quelle température il fera. Bien sûr que je n’ai pas peur de la distance dans le froid, le vent et la neige, j’en fais autant sinon plus à tous les dimanches que le bon Dieu amène. Mais je ne sais pas, on dirait que je ne me fais pas à l’idée de rester dehors à geler plusieurs minutes avant le départ. Ou demeurer à l’intérieur avec mon linge de course d’hiver sur le dos, avoir chaud au point de transpirer, puis congeler en mettant le pied à l’extérieur. En hiver, j’aime bien m’échauffer à l’intérieur, enfiler mes vêtements de course, marcher/jogger jusqu’au bout de la rue et partir tout de suite. Pas attendre.

En vérité, si je veux être franc avec moi-même, j’ai peur de ne pas être en mesure de « performer ». Ma raison sait que c’est normal d’aller moins vite dans de telles conditions avant le début de la saison de course, mais mon coeur ne veut rien savoir d’avoir un « mauvais » temps sur un demi. Oui, je le sais, c’est nono…

Donc, encore cette année, comme je ne serai pas lapin de cadence, je passerai mon tour. Et comme à chaque année, c’est avec cette course-là en arrière-pensée que je ferai ma longue sortie demain.

À regarder la météo, c’est encore plus certain que je vais y penser: on prévoit autour de -13 degrés avec un fort vent du nord-ouest pour la matinée. Ouch. Quand il vente, il vente encore plus au parc Jean-Drapeau. La situation géographique (en plein milieu du fleuve, terrain plat) rend les îles Ste-Hélène et Notre-Dame très vulnérables. Pour m’y être entrainé très souvent en plus d’y avoir disputé plusieurs épreuves, j’en sais quelque chose. En fait, je ne sais pas pourquoi, mais j’ai l’impression que le vent est humide en hiver dans ce coin-là…  J’en ai des frissons juste à y penser. Brrr !!!

Donc, si ça peut aider les participants à la course de demain, un petit conseil: identifiez avant le départ la provenance du vent. Comme le parcours est constitué de 3 boucles de 7 km, le dieu Éole vous aidra et vous nuira en alternance. Alors essayez d’avoir des compagnons de route pour les bouts où il vous sera défavorable, question de partager le « travail ». D’après moi, la section qui longe le bassin olympique va être terriblement difficile et la petite montée après les puits, à l’extrémité ouest du circuit Gilles-Villeneuve, infernale. Mais quand on s’y attend, on dirait que c’est moins pire…

En terminant, je voudrais souhaiter la meilleure des chances à tous les participants. Je vous souhaite d’avoir beaucoup, beaucoup de plaisir. Et sachez que vous avez toute mon admiration !  🙂

Courir ferait vieillir ?!? Nah…

Dimanche dernier, j’étais à mon ordi, à compléter mon dernier “post”. Je regardais en l’air à la recherche d’une formulation qui avait le moindrement d’allure pour bien exprimer ma pensée. Mon regard s’est arrêté sur la photo d’un jeune homme.

Le “jeune” en question, c’était moi à l’arrivée de mon premier marathon en 2007. À l’époque, j’avais fait l’achat des photos officielles et c’est sur la 5×7 que nous avons décidé d’encadrer avec mon dossard que mes yeux se sont arrêtés. D’ordinaire, c’est en se regardant sur des photos récentes qu’on se rend compte qu’on vieillit. Mais là, je voyais bien que j’avais l’air pas mal plus jeune dans ce temps-là, même si ça fait à peine 5 ans et demi. Hum…

Après avoir complété mon texte, j’ai fait un peu de cyber-flânage. Je me suis retrouvé sur YouTube et suis tombé sur ceci. Un superbe petit vidéo, bien réalisé, sur la dernière édition du Badwater 135. Cette épreuve me fascine et me fascinera toujours. Plusieurs en rêvent, mais moi, pas vraiment. La chaleur extrême, un parcours (qui semble) monotone et un coût prohibitif pour y participer font que j’ai beaucoup d’autres courses à faire avant de faire celle-là. Mais je ne peux pas m’empêcher d’être fasciné…

À un moment donné, on voit passer à l’écran les vétérans de cette pure folie qui apportent leur grain de sel. J’ai évidemment reconnu Dean Karnazes, beaucoup moins flamboyant que les images de lui qu’on voit un peu partout. Puis Pam Reed, qui a même déjà gagné là-bas en battant tous les hommes.  Une chose m’a frappé: je savais qu’elle était début-cinquantaine, mais la dame qui est apparue à l’écran semblait avoir au moins 60 ans.

J’ai regardé à nouveau la photo du “jeune homme”. Double hum… Ma femme et ma mère auraient-elles raison après tout ?  Est-ce que la course ultra-distance pourrait causer vieillissement prématuré chez ceux qui en font la pratique ?

Pour en avoir le coeur net, j’ai essayé de trouver des “pièces à conviction”, soient des exemples d’athlètes qui courent des ultramarathons depuis des années.  En observant leurs photos, j’allais bien voir s’ils semblaient plus vieux que leur âge…

Premier “cas”: madame Pam Reed. Sur ce cliché pris en 2011, elle avait 50 ans.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pam Reed

Ici, le fameux Dean Karnazes, qui allait avoir 50 ans au moment où il a pris la pose.

DeanKarnazes

Dean Karnazes

Le grand Scott Jurek, 39 ans ici.

SAMSUNG DIGITAL CAMERA

Scott Jurek

Finalement, Debbie Livingston, que j’ai rencontrée au Vermont 50. Bien qu’inconnue, je sais qu’elle a une cinquantaine d’ultramarathons à son actif, alors ça donne une bonne idée. Elle avait 37 ans sur cette photo.

DebbieLivingston

Debbie Livingston

Mon opinion ?  Définitivement que les dames semblent plus vieilles que leur âge. Quand aux deux hommes, s’ils ont vieilli prématurément, ça ne saute pas aux yeux (bien que je soupçonne Karnazes d’avoir légèrement altéré la couleur de ses cheveux…). Je dirais même que Jurek est pas mal bien conservé pour un gars qui va taper la quarantaine. Vous ne trouvez pas qu’il a presque l’air d’un adolescent ?

J’ai fait quelques recherches sur le sujet et à part un forum où la question était discutée, je n’ai rien trouvé qui apportait des preuves d’un vieillissement prématuré qui aurait été causé par l’abus des longues distances. Il faut dire qu’une étude sur ce sujet serait très compliquée à mener car plusieurs autres paramètres entrent en ligne de compte quand vient le temps d’évaluer les causes du vieillissement d’une personne: la génétique, l’environnement, le stress, la maladie, etc.

Il y a aussi une différence entre avoir l’air plus vieux et vieillir réellement. Par exemple,  il est bien connu que les gens plus gras nous semblent souvent plus jeunes, pour la simple et bonne raison que leur visage est plus rond et que leurs rides paraissent moins, sinon pas du tout. Pourtant, je ne gagerais pas que leur espérance de vie soit supérieure à celle des gens minces. Et bien évidemment, les ultramarathoniens sont rarement gras… De plus, les longues heures passées à l’extérieur, parfois par temps froid, souvent par temps chaud et au soleil, doivent certainement entrer en ligne de compte si on pense vieillissement de la peau. Or, qu’est-ce qu’on regarde pour évaluer l’âge d’une personne ?  Son visage, soit la partie du corps d’un coureur la plus exposée aux intempéries.

Mon avis au final ?  Les êtres humains sont tous différents. Selon moi, certaines personnes pourraient souffrir à long terme de faire des ultra-distances alors que d’autres vont en bénéficier. Pour certains, courir 10 et 15 km par semaine serait mauvais alors que pour d’autres, en faire 200 ne leur ferait que du bien. La seule façon d’avoir une bonne idée des effets positifs/négatifs de la course très longue distance sur le corps serait de faire une expérience sur plusieurs années avec des couples de jumeaux identiques: une moitié du couple ferait de la course ultra-distance et l’autre moitié vivrait une vie plus “normale”.  Essayez de trouver des volontaires, maintenant…  🙂

Donc, comme rien n’est prouvé, je vais continuer de faire ce que j’aime et advienne que pourra.  Au pire, ma tendre moitié héritera plus tôt et pourra ensuite s’enfuir avec un petit jeune !  😉

D’une cheville à l’autre

Contrairement à ce que Springsteen chantait, nous ne sommes peut-être pas nés pour courir après tout… Mais non, je blague. J’ai lu avec beaucoup d’attention le livre Born to Run de Christopher McDougall et ce dernier m’a confirmé que l’être humain est génétiquement programmé pour courir. Sauf qu’il faut le faire correctement, sinon les blessures…

Il faut croire que je ne le fais pas tout à fait comme il le faudrait parce que depuis Philadelphie, mon ischio-jambier droit m’embêtait. Pour le protéger, je me suis mis à porter un bandage autour du mollet droit. Conséquence: ledit mollet s’est mis à mal travailler et mon pied droit cognait lourdement au sol. Des « tocs » successifs à chaque emjambée, ce n’est pas nécessairement le genre de musique qu’un coureur aime entendre quand il s’entraine. À un moment donné, ces chocs répétés finissaient par engourdir la cheville. Et qu’est-ce que je faisais pour essayer de régler ça ? Je compensais par la jambe gauche.

Ça fait qu’hier soir, j’ai senti revenir en force ma vieille blessure au tendon de la cheville gauche, subie l’année passée. En fait, elle ne revient pas vraiment en force, mais disons qu’elle fait sentir sa présence, un peu comme il y a 12 mois.

Le point positif dans tout ça ?  Ça m’a forcé à ralentir la cadence pour ma longue sortie de 27 km ce matin. Ça et la neige, bien évidemment. Pendant plus de deux heures, j’ai porté attention à ma cheville et c’est avec un certain soulagement que je n’ai constaté aucune détérioration supplémentaire en arrivant. Ouf !

J’ai tout de même pu apprécier une autre superbe journée d’hiver pour la course, comme dimanche dernier. Un beau soleil, température froide, mais loin d’être glaciale, vent calme. Le sol ?  Ouais, enneigé et glissant par endroits, mais j’ai connu pire. Pas mal pire. Bien honnêtement, la neige n’a pas été un si gros problème pour courir cet hiver.

À un moment donné, je longeais la « frontière » entre la ville et la réserve de Kahnawake. Chemin faisant, je n’ai pas pu m’empêcher de songer aux déboires du sénateur Patrick Brazeau. Oui, je sais, Kahnawake est une réserve mohawk alors que Brazeau est un Algonquin, mais bon… Je me disais que cet homme avait une chance unique de devenir un modèle, une inspiration pour son peuple. Mais non, il a choisi d’abuser bêtement du système en faisant de fausses déclarations et ne se présentant pas en chambre. Mais le pire, c’est qu’il est un homme foncièrement violent (je ne m’étendrai pas sur les charges qui ont été retenues contre lui), qui a probablement eu énormément de mal à se remettre émotivement de la râclée que Justin Trudeau lui a infligée dans le ring.

Bref, il a des problèmes. Je me suis alors demandé: et s’il canalisait ses énergies vers autre chose chose que le karaté ou la boxe, peut-être qu’il serait plus en paix avec lui-même, non ? Si je pense à la course en disant ça ?  Bien sûr.  Attention, comprenez-moi bien ici: je ne veux aucunement sous-entendre que le karaté et la boxe transforment les gens qui les pratiquent en être violents une fois sortis du gymnase. Bien au contraire, ces sports requièrent une discipline hors norme et apprenent le respect de l’adversaire à ceux qui les pratiquent. Ils ne rendent pas les gens violents.

Mais quand quelqu’un a des pulsions violentes à la base, peut-être qu’il devrait au moins essayer autre chose. Courir ou faire du ski de fond pendant des heures dans le superbe parc de la Gatineau ferait fort probablement un plus grand bien au sénateur Brazeau que de taper sur un sac de sable. Et à la longue, lui, son entourage et peut-être même son peuple tout entier en sortiraient gagnants.

Je sais, j’ai fait du coq à l’âne aujourd’hui. Un peu comme mon mal qui est passé d’une cheville à l’autre, je suis passé d’un sujet à un autre. Ce sont des choses qui arrivent…