Les suites d’un abandon

Luc, t’as besoin de bénévoles ?

« Hey Freeeed, comment ça va ? ». Je l’avais vu passer au 38e kilomètre, je m’étais dit que j’essaierais de le voir après l’arrivée pour lui annoncer mon retrait du 50 km 5 Peaks d’Orford dont il est l’organisateur. Si je n’étais pas foutu de faire plus de 4 kilomètres après une semaine sans courir, il était hors de question d’en envisager 50 trois semaines plus tard. Dans le meilleur des cas, je pourrais reprendre le collier cette fin de semaine-là.

J’ai perçu de la tristesse sur son visage quand je lui ai résumé ma mésaventure. Entre coureurs, on se comprend. On sait c’est quoi, être privés de notre drogue. « Ha, on a toujours besoin de bons bénévoles… Je vais te mettre en charge de surveiller les toilettes, tiens ! ». J’ai éclaté de rire. Il me fait toujours rire. Vous devriez lire ses info-lettres pour sa course : du bonbon.

J’avoue que ça me faisait bizarre de déambuler dans une aire de retrouvailles après une course après avoir dû l’abandonner. On voit tous ces coureurs radieux, avec leur médaille de finisher au cou… On se sent… comment dirais-je ?  Pas à sa place. Comme si on n’avait pas du tout d’affaire à être là.

Au moins, j’étais vraiment, mais vraiment heureux pour ma sœur. Me connaissant, j’avais peur que le fait d’être blessé me rende d’une humeur massacrante et que je devienne le casseux-de-party de son premier marathon. Mais non, j’étais si heureux pour elle. Et c’était tellement beau de voir la fierté de Christian et de mes parents. Vraiment, un beau moment passé en famille.

J’appréhendais également le long retour en voiture. Deux heures seul avec moi-même, deux heures pour tout ressasser. Encore là, rien à signaler. Ce n’est pas comme s’arrêter durant un ultra parce qu’on n’en peut plus ou qu’on n’a plus le goût. Dans ce temps-là, on se dit qu’on aurait pu faire ceci, dû faire cela, etc. Ce n’était pas le cas. J’étais blessé, je ne pouvais pas poursuivre, point à la ligne.

J’ai plutôt dressé mon plan pour les prochaines semaines. En plus du 50k d’Orford, j’allais devoir me retirer de la Course des 7, où j’étais supposé être lapin de cadence, et du Vermont 100. J’avais une blessure de fatigue, il n’était pas question que j’essaie de me faire un 100 miles plutôt roulant dans un délai si court.

Mais il fallait surtout que je soigne. Et ça, ce serait l’affaire d’Annie-Claude, la physio qui a réglé mon problème d’ischio.

Faut croire que je ne suis pas le seul à la trouver bonne parce que j’ai dû attendre au vendredi pour avoir un rendez-vous. Verdict : déchirure de grade 1 (ça a l’air qu’il y en a 3), pronostic de deux autres semaines sur les lignes de côté. Définitivement que j’avais bien fait de déclarer forfait pour mes courses !

Finalement, après une semaine où j’ai été un patient modèle (c’est-à-dire que j’ai fait tous les exercices prescrits et ce, sans en faire trop), j’ai eu la permission de reprendre. Ok, « reprendre », façon de parler: 15 minutes en mode 2/1 (2 minutes de course pour 1 minute de marche), mais bon. En fait, ça fait un beau prétexte pour se rendre l’épicerie qui coin. Demain, ce sera 20 pleines minutes. Hou la la…

Ceci dit, c’est peut-être psychologique, mais depuis que je me suis fait cette micro-sortie hier, il me semble que le mollet va mieux. Comme si la reprise avait aidé la guérison. Oui je sais, c’est dans ma tête…

Il y a une affaire que je retiens dans cette histoire-là (mis à part le fait qu’il ne faut jamais présumer de son « invincibilité ») : demander des conseils à d’autres coureurs, lire des publications, aller voir sur les forums de discussions, ça donne une bonne idée. Mais il n’y a jamais rien qui va égaler l’avis un professionnel. Lui, il nous voit, nous tâte, constate quels mouvements on peut faire ou ne pas faire. Des blessures, il en voit à longueur de journée et elles sont toutes différentes.  Bref, il a tous les outils pour cerner le problème et prescrire le « remède » approprié.

La suite des choses maintenant ?  Pour l’instant, je ne suis inscrit à aucune course. Toutefois, mon retrait du Vermont a un double impact sur les « monuments » auxquels j’aimerais prendre part. Tout d’abord, il y a évidemment l’UTMB, pour lequel je dois amasser 3 petits points cette année pour assurer mon inscription l’an prochain. Je comptais sur le Vermont pour aller en chercher 6. Il y a toujours Bromont qui demeure toujours dans ma ligne de mire, mais comme il n’est pas encore accrédité officiellement (Gilles ?), j’aurais préféré être fixé plus rapidement.

Autre inconvénient: le Vermont était la seule course qualificative pour le Western States que j’avais prévu faire cette année. Oups.

Ha, ce n’est pas la fin du monde, c’est juste une course… Mais dans un autre sens, je trouverais pas mal cool de me faire les deux courses en sentier les plus célèbres. Je suis donc allé voir la liste des courses qualificatives, au cas où il y en aurait pas trop loin en automne.

Et sur quoi suis-je tombé ?  Sur le Harricana 125. Début septembre, une organisation extraordinaire que je connais bien, franchement pas loin de la maison… En plus, cette course donne 5 points UTMB. Comment passer à côté ?

Bref, histoire à suivre. Si la guérison se déroule bien…

Marathon d’Ottawa: l’art de se rendre inutile

Je me faisais une idée plus « glorieuse » de mon premier abandon en course. Je m’imaginais un arrêt provoqué par des conditions apocalyptiques durant un ultra, conditions qui m’auraient amené à l’hypothermie après une vingtaine d’heures passées sous le déluge.  Ou alors, suite à une bonne plonge et une marboulette pétée sur une roche, j’aurais à être évacué en hélicoptère. Et pourquoi pas un abandon dans le cadre d’une participation au Barkley ? Tant qu’à abandonner… Bref, quelque chose d’épique, de spectaculaire.

Vous allez me dire que techniquement, j’avais déjà un DNF suite à la Petite Trotte de l’an passé (d’ailleurs, pas que je veux en rajouter car on en a déjà trop parlé, mais ne trouvez-vous pas un tantinet ironique que ma binette se retrouve sur la page d’inscription de l’épreuve ?  Au nombre de photos qui ont été prises au fil des années, me semble que… À moins que la « nouvelle administration ait levé la sanction ?  Enfin…). Mais pour moi, un DNF dans une épreuve non chronométrée et sans classement, en plus qu’on s’était tout de même rendus jusqu’au bout, mettons que ce n’est pas vraiment un DNF.

Tout ça tourne dans ma tête alors que je retourne en marchant en sens inverse, la queue entre les jambes (au sens figuré, je n’ai pas de prétention autre), en direction du départ de ce Marathon d’Ottawa.

J’étais là pour accompagner ma sœur pour son premier marathon. Nous allions vivre cette expérience ensemble, j’avais tellement hâte. En plus, cette course allait servir de rampe de lancement pour ma saison, je pouvais enfin mettre ma déchirure à l’ischio derrière moi. J’avais monté le volume d’entraînement progressivement, j’avais suivi tous les principes de base. Je faisais moins de sorties en intensité et quand j’en faisais, le feeling était encore meilleur.

C’était jusqu’à la mi-mai. 6 jours avant le marathon, alors que j’étais au milieu  d’une sortie facile de 11 km, j’ai senti quelque chose de bizarre dans mon mollet droit. Hum… Petit massage et on repart. Deux kilomètres plus loin, même chose. Ben voyons… Re-reprise de la course, encore plus lentement. Quelques enjambées plus loin, j’ai senti une décharge dans mon mollet, au point où j’en ai presque perdu l’équilibre. Instantanément, plus capable de courir. Même la marche était pénible. Verdict du gars qui en a vu d’autres: contracture. Dans le meilleur des cas.

À ce moment, les paroles si sages de mon ami Pierre ont résonné à mes oreilles : « C’est quand on commence à  pousser un peu trop dans le volume que les bobos se mettent sortir… ». Lui qui se limite à 65-75 kilomètres par semaine, j’en étais rendu à 90-95. La veille, je m’en étais farci 36 au mont St-Bruno et l’avant-veille, j’avais fait ma sortie la plus rapide depuis une éternité. Sans compter des sorties assez intenses au mont Royal les mardi et jeudi précédents. J’en étais à ma sixième en 7 jours, ce que je ne fais pour ainsi dire jamais. Ben oui, je me sentais fort, plus besoin de faire attention. Du con.

Vous dire que j’étais d’une humeur massacrante ce jour-là serait un euphémisme. Allais-je pouvoir faire un marathon moins d’une semaine plus tard ?

J’ai pris toutes les précautions. Visite en ostéo dès le lendemain. Pas de course et presque pas de marche les jours suivants. Comme le vélo n’occasionnait pas de douleur, Marie-Ève m’a encouragé à poursuivre, me soulignant que l’afflux supplémentaire de sang ne pouvait qu’aider à la guérison. Je sentais toutefois qu’elle éprouvait un certain pessimisme (pour ne pas dire un pessimisme certain) quant aux chances que je puisse faire un marathon dans un délai aussi court. Même à une cadence 60 à 90 secondes plus lente au kilomètre qu’à mon habitude.

Au fil des jours, la douleur s’estompait peu à peu. Je me disais que finalement, j’allais probablement avoir à endurer un certain inconfort, sans plus. Mais lorsque mon vieux chum Steph m’a fait remarquer que je boitais l’avant-veille de la course, puis que Barbara a passé un commentaire semblable sur ma démarche le lendemain, le doute s’est vraiment installé. Avec le recul, dans mon for intérieur, je savais.

Avant la course, je me suis astreint à une longue séance d’échauffement. Rien. J’étais même tenté de me faire un petit bout à « ma » vitesse, question de voir. Je me suis retenu. Quand nous avons pris place dans le peloton, j’avais confiance.

Le grand frère et sa petite soeur tout sourires avant le départ.

C’était jusqu’aux premières foulées en course. Tout de suite, le « point de contraction » s’est fait sentir. Un inconfort qui pouvait très bien s’endurer. Mais si tôt en course ?

Nous sommes passés devant nos parents et mon beau-frère Christian autour du deuxième kilomètre. Celui-ci, qui traîne des problèmes à un genou depuis des lunes et qui sait c’est quoi être blessé, m’a demandé comment ça allait. Pas si pire, pas si pire.

Ça ne s’est cependant pas amélioré, bien au contraire. À chaque contact avec le sol, je sentais le muscle se contracter un peu plus. L’inconfort se transformait progressivement en sensation de crampe. Après même pas 4 kilomètres, sentant que ça allait encore péter si je m’entêtais, j’ai annoncé la mort dans l’âme à ma chère petite sœur que je n’allais pas faire la run. On s’est donné un gros câlin, elle m’a remercié et a poursuivi son marathon.

Je ne peux plus compter les regards médusés des coureurs que je croise. Ils semblent se demander comment un e échalote vêtue d’une veste d’hydratation puisse abandonner si tôt. Je suis blessé. ENCORE blessé, calvaire !!!

Une fois le peloton passé, je me retrouve seul, sur les bords du canal Rideau. Étonnamment, je n’ai pas trop mal à l’âme. Je ne peux même pas dire que je suis serein avec ma décision, je n’avais pas d’autre choix: ma jambe ne me permet tout simplement pas de faire un marathon  aujourd’hui. Point.

Je croise un trio de bénévoles. « Are you lost ? ». Ben oui Chose, se perdre sur un parcours urbain, vraiment ?  Eastern States la nuit, tu connais ?  Il me vient l’idée de faire une blague et de jouer au gars perdu, mais comme mon humour « différent » tombe toujours à plat avec la communauté anglophone, je leur explique tout simplement que je suis blessé. Oui madame, injured. Fucking injured.

Alors que je me dirige vers le point du parcours où les coureurs passeront deux fois (aux 27e et 38e kilomètres), un détail me frappe: le soleil est déjà chaud et il est à peine 7h30 le matin. Aïe.

Aussitôt, je tombe en mode « inquiétude ». Je ne serai pas là pour lui rappeler de boire, le fera-t-elle ?  En marathon, ça peut être tellement sournois, la déshydratation… Et mes amis coureurs ?  Tout comme au Vermont l’an passé, je commence à me faire de la bile pour eux. Louis, Pat, Sylvain… Mais c’est surtout pour ma sœur que je m’en fais. Elle a beau être rendue à 40 ans, elle sera toujours ma petite sœur et je serai toujours protecteur envers elle. Je suis fait de même.

Arrivé au 27e kilomètre, pas de trace de notre famille. Vrai que je leur ai dit de ne pas nous attendre là avant 9h30. Pas grave, je me trouve un endroit à l’ombre, à l’intérieur d’une courbe à la sortie du pont Alexandria et commence à attendre. Pour la première fois de ma vie, j’assisterai au passage des coureurs de l’élite. Au moins un avantage à avoir dû renoncer.

Comme ces gars-là courent à 3 minutes au kilomètre (le contingent de coureurs d’élite à Ottawa est assez relevé merci), un petit calcul mental prédit un passage autour de 8h20 – 8h22. Et comme de fait, j’entends assez rapidement les motos de sécurité, puis aperçois la voiture-chrono. À leur suite, une demi-douzaine d’Est-Africains (Kenyans, Éthiopiens, etc.) galopant au pas cadencé au presque. À l’avant du petit peloton, l’un d’eux porte un dossard jaune. C’est leur « lapin de cadence ». Il est affiché qu’il court à un rythme de 2h07. Wow.

À les voir approcher, je ne trouve pas qu’ils semblent aller si vite. C’est quand je les regarde s’éloigner que je me rends compte du rythme époustouflant qu’ils tiennent sans effort apparent. Du grand art.

J’assiste ensuite à ce que je surnommerais « l’évolution » des coureurs. Passent les coureurs d’élite « de développement ». Coureurs très rapides, au style sans faille, mais dont le niveau se situe une coche en-dessous des meilleurs. Parmi eux, le premier Canadien, Nicholas Berrouard, mon « co-équipier » chez Skechers.

Arrivent également les premières femmes, qui partent en même temps que tout le monde ici, contrairement aux grands marathons où leur départ est donné plusieurs minutes avant, question d’éviter qu’elles se fassent pacer par des hommes. Ici, pas de gêne, elles s’accrochent aux messieurs. D’ailleurs, un gars qui pace une femme me fait même un clin d’œil en passant.

Je surveille alors l’arrivée d’Arianne, une autre co-équipière Skechers. Sans trop tarder, je la vois approcher et lui lance un encouragement au passage. Elle ne bronche pas, demeurant dans sa bulle. Dire que cette fille-là se concentrait sur le 800 mètres à l’université…

Ok, Louis maintenant. Il fait chaud, comment va-t-il ?  En plus, il s’est tapé un 100 km récemment, sans compter les 50 miles de Bear Mountain il y a seulement deux semaines de cela. Sachant qu’il est déjà descendu sous les 3 heures, la vue du lapin de 3h05 ne me rassure pas. Puis, tout juste devant le lapin de 3h10, je reconnais sa bouille sympathique qui me donne l’indice que tout va bien. Je lui crie un encouragement. « Hé Freeeeed !!! Ça va bien ? ». Pas vraiment, non. Il se retourne en entendant ma réponse, la face en point d’interrogation. Pas fort de lui avoir dit ça là, comme ça. Je lui fais signe le pouce levé. Il poursuit, ne semblant pas trop comprendre.

De plus en plus de coureurs peinent. Moi aussi d’ailleurs, pour une autre raison. J’ai aperçu notre famille de l’autre côté et quand j’entreprends de traverser le chemin pour aller les rejoindre, j’ai la jambe en bois. Décidément que je ne suis pas près de reprendre la course, moi…

« Qu’est-ce que tu fais là ?!? ». Bon, contrairement à Massanutten l’an passé, mettons que la question est de mise. Je leur raconte mes mésaventures et leur fais part de mes craintes par rapport à la chaleur. Et ce n’est pas le nombre de coureurs qui marchent, suent abondamment et s’arrêtent qui va me rassurer. Au point où ma mère se fait un devoir de se foutre de ma gueule :  « Tu comprends pourquoi je suis toujours inquiète quand tu fais tes courses de fous maintenant ? ». Oui maman, je comprends.

Lapin de 3h30, Pat n’est pas encore passé, lui qui visait 3h23-3h25. Merdeu… Il se pointe peu après. Ça n’a pas l’air facile, mais il est souriant. « Ta sœur ne court pas ? ». Elle oui, c’est moi qui ne cours plus. « T’as bloqué ? ». Tu l’as dit ti-deli-dit. Exactement. J’ai bloqué. Fucking bloqué.

Pour une raison que j’ignore, je ne verrai jamais passer mon ami Sylvain. Je dois être trop obsédé par le défilement de ceux qui peinent. Ho que ça a l’air difficile. En plus, la grande majorité d’entre eux prennent la courbe à l’extérieur, au gros soleil !  Pensez-vous que les meilleurs ont fait un tel détour ? Le parcours est assez long de même, vous savez…

Lapin de 4h15, c’est là qu’on va savoir. Mon cœur bat la chamade. Si on ne la voit pas d’ici 5 minutes…

Au loin, un t-shirt rose foncé et une casquette grise apparaissent. Sa foulée semble légère, comme au début… En nous apercevant, son visage s’éclaire. Elle nous donne des high fives sans même ralentir, l’air fraîche comme une rose.

Passage au 27e kilomètre, fraîche comme une rose…

Ha ben bout de viarge !  Je m’en faisais pour absolument rien. À cet instant, je sais. Non seulement elle va finir, mais elle va le faire avec le sourire. Des problèmes peuvent toujours survenir, ça demeure un marathon, mais ce ne sera définitivement rien de majeur. Soulagé, vous dites ?

C’est en étant beaucoup plus calme que j’attendrai son passage au 38e kilomètre. En l’attendant, je ne manque pas d’encourager Pat quand il se pointe. « Ça tire, man ! ». Ha un foutu marathon, on a beau faire des ultras, ce sera toujours difficile…

Je rate encore mon ami Sylvain. Comment ça peut arriver deux fois, donc ?  Enfin… Au moins, je réussis à « attraper » mon collègue Yvon, qui marche. « Hey, Fred, t’as fini ? ». Non, c’est ma jambe qui est finie. Je marche un bout avec lui, j’ai peine à le suivre. Notre placottage semble lui avoir donné un petit boost et il repart à la course.

Quand ma sœur se pointe, peu après le lapin de 4h20, elle semble plus fatiguée (évidemment), mais elle en a encore dans le réservoir. Je lui fais remarquer qu’il ne lui reste que l’équivalent de ce que nous avons fait ensemble en début de course. C’est pas long, hein ?  Elle me dira plus tard que ça l’a vraiment encouragée.

La configuration de l’arrivée à Ottawa est malheureusement très mauvaise pour les spectateurs, alors nous ne pouvons pas la voir franchir la ligne. Si j’avais été capable de faire la run, aussi…

C’est une femme radieuse qui nous rejoint dans l’aire des retrouvailles. Wow, qu’elle est belle à voir !  Que c’est beau, quelqu’un qui finit son premier marathon !

Le câlin d’arrivée… Non mais, est-ce l’image du bonheur ou ce ne l’est pas ?

Bravo Élise, ton grand frère est si fier de toi !