Des fourmis dans les jambes

Arrivé à Ottawa depuis hier. Le « pick-up » de la trousse s’est bien déroulé, l’organisation étant vraiment bien rodée ici. Premier irritant toutefois: la giga-boutique Running Room montée pour l’occasion n’avait pas ma saveur de gel préférée: le « Honey Stinger » au chocolat. Ils l’avaient, mais en gauffre. En « gauffre » ?  Dois-je manger ça avec du sirop d’érable, tant qu’à faire ?  Un peu plus et je me mettais à enguirlander sur le champ John Stanton, qui jasait tranquillement avec un dame, tout près. Mais non, j’exagère… Je vais me contenter de mes GU à l’expresso et au chocolat.

Deuxième irritant: une belle contravention qui m’attendait à mon retour à l’auto. Un merveilleux 50$ à verser dans les coffres de la ville, gracieuseté du nono qui a laissé son cerveau à la maison. Pourtant, les pancartes de stationnement ne sont pas plus compliquées à comprendre qu’à Montréal. Enfin…

Bon, ce matin, j’ai un problème: des fourmis dans les jambes. Pour la première fois en marathon, je ne me taperai pas une petite sortie de « mise en jambes » la veille d’une course. Pourquoi ?  Tout simplement parce que j’ai essayé ça deux fois cette année et les deux fois, j’ai pété le feu en course le lendemain, avec deux « PB » à la clé. Alors, je me dis: jamais deux sans trois. Mais ça me démange…  Pourquoi pas un petit 3-4 km ?  Non Fred, patience, patience… Aujourd’hui, tu bois, tu pisses et tu te reposes (quoi que je vais certainement donner un coup de main à mon vieux chum Steph, qui a l’immense bonté de m’héberger malgré mes millions de petites de manies pré-marathon) !  Je vais aussi aller prendre une marche tantôt, question de dépenser un peu d’énergie.

Dernier (me semble !) coup d’oeil à la météo: 12 degrés cette nuit, 14 demain matin avec quelques nuages. Un max de 21-22. Pas parfait (je préfère entre 5 et 10 degrés, bien que à la fin mai, il ne faut pas trop en demander), mais si je me plante, je vais devoir trouver d’autres excuses !

Advertisements

3 avis sur « Des fourmis dans les jambes »

    • « PB », dans le langage des coureurs, c’est pour « personal best », donc un record personnel. Demain, je vise un « PB » et aussi, un « BQ », soit un « Boston qualified ».

      Il y a certainement d’autres acronymes, mais je ne les connais pas…

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s