Les réseaux sociaux

Aujourd’hui, j’aurais bien envie de chiâler contre la neige, mais je vais me retenir… pour le moment !  😉   Je vais plutôt parler d’un phénomène avec lequel nous avons parfois une drôle de relation: les réseaux sociaux.

Je vais commencer par un petit retour en arrière. Cet automne, une tragédie a frappé les Chiefs de Kansas City, de la NFL (National Football League). Un de leurs joueurs, le secondeur de ligne Jovan Belcher, a assassiné sa conjointe avant de se diriger vers le site où l’équipe tient ses entraînements pour s’enlever la vie une fois rendu sur place, sous les yeux de son entraîneur et du directeur général de l’équipe qui ont tenté en vain de le convaincre de ne pas appuyer sur la gâchette. Le couple avait un bébé de 3 mois.

Suite aux événements, le quart-arrière de l’équipe, Brady Quinn, a eu ce commentaire qui en disait long: “Nous vivons dans un monde de réseaux sociaux, avec des pages Twitter et Facebook, et c’est correct. Mais dans nos interactions avec nos collègues, notre famille, nos amis, on dirait que la moitié du temps, nous sommes plus préoccupés par notre téléphone et tout le reste que par la personne qui est tout près de nous”.

J’aime bien le football, mais ne suis pas un fan fini. Toutefois, cette tragédie m’a ébranlé. À mon humble avis, le fait que les joueurs passent leur temps à fouiner sur leur cellulaire n’a pas changé grand chose. Jovan Belcher serait fort probablement passé aux actes s’il s’était senti de la même façon il y a 10 ans. Mais le commentaire du quart-arrière m’a fait tout de même réfléchir.

Je ne suis pas un adepte des réseaux que l’on dit “sociaux”. Je pense toutefois que la mission originale de Facebook, qui consiste à reprendre et garder contact avec des vieilles connaissances est géniale. L’an passé, nous avons eu une soirée de retrouvailles des finissants du secondaire et sans Facebook, il aurait été impossible d’organiser le tout. Je le sais, ma tendre moitié faisait partie du comité d’organisation. Ceci dit, non, je n’ai pas de compte Facebook.

À mon avis, comme dans bien des situations de la vie, c’est l’utilisation que font les gens des réseaux sociaux qui est problématique, pas les réseaux sociaux en tant que tels. Ils en deviennent complètement accrocs et ne sont tout simplement plus capables de se séparer de leur cellulaire. J’ai un collègue au bureau qui a toujours le nez rivé sur son téléphone, même quand on est en réunion. On dirait que ce petit gadget électronique est rendu plus important que les personnes qui l’entourent. Et j’observe ce phénomène partout. Ce qui m’attriste le plus, c’est de voir un couple au restaurant qui ne se parle pas, chacun étant trop occupé à regarder ses courriels, mettre à jour son compte Twitter ou aller voir ce qui se passe sur Facebook. Le comble pour moi ?  La personne qui photographie son repas et le publie sur les réseaux sociaux. Et l’être humain devant soi, on en fait quoi ?  La personne avec qui on est sorti, elle n’est pas plus importante ?

Le rapport avec la course ?  Oui oui, il y en a un. J’ai lu beaucoup de récits sur des courses, beaucoup d’histoires inspirantes de gens qui ont surmonté des grandes difficultés soit pour faire des compétitions, soit pour compléter une dure épreuve. Bien évidemment, mes lectures sont la plupart du temps orientées vers les ultras, mais le raisonnement s’applique aussi pour les courses sur route. Car quel est le fil conducteur de toutes ces histoires ?  Les contacts entre les gens, les émotions partagées, peu importe la distance parcourue.

À prime abord, ça pourrait paraitre étonnant. La course, c’est avant tout un sport individuel. On passe des heures et des heures seul à s’entrainer. Certains le font en groupe, mais d’autres, comme moi, préfèrent la solitude. Et pourtant, quand on lit les récits, et les miens font partie du lot, tous les coureurs parlent des gens qu’ils ont côtoyés avant, pendant et après la course. Ils parlent d’émotions vécues, mais surtout, partagées. Ils ont tous de bons mots pour les bénévoles, l’organisation, leur équipe de support, leur pacer.

Ha, le pacer… À première vue, il n’y a aucune raison pour laquelle quelqu’un serait prêt à se taper cette job-là. Attendre longtemps, parfois des heures, avant que le coureur arrive. Puis l’accompagner sur de longues distances, souvent plus longues qu’un marathon, par toutes sortes de conditions. Il doit toujours garder l’oeil ouvert, surveiller “son” coureur, être son ange-gardien, en quelque sorte. Certains sont même prêts à le faire pour des gens qu’ils ne connaissent pas. Et pourquoi le fait-il ?  Pour le simple plaisir d’aider, de donner à l’autre. Pour l’accolade qu’il recevra à la fin, pour la joie et la reconnaissance qu’il verra dans les yeux de celui qui se sera rendu au bout de ses limites, au bout de ses rêves.

D’après vous, dans ces moments-là, le cellulaire et les réseaux sociaux, ils sont où dans les priorités des gens ?  Là où ils devraient toujours être quand on est avec quelqu’un: loin, très loin.

Bon ça y est, j’entends d’ici ma fan numéro 1 me dire que de toute façon, les cellulaires sont tout simplement incapables de capter le moindre signal dans les endroits perdus où sont organisés les ultras. Bla bla bla…  😉

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s