Longue sortie au lac George

Depuis le temps que j’en parle, mes fidèles lecteurs sont déjà au courant: depuis que j’ai découvert les sentiers, il m’est maintenant difficile de faire des longues sortie sur route. Disons que je trouve ça moins… intéressant.  Il est même fort probable qu’une fois le Vermont 50 passé, je vais continuer à faire mes longues sorties en prévision de Philadelphie en sentiers, question de ne pas déprimer. Parce que juste à penser devoir encore une fois me taper la voie maritime ou des tours et des tours du parc Jean-Drapeau, je ne sais pas, on dirait que…

Par contre, à part le vélo qui est légèrement plus efficace, est-ce qu’il existe une meilleure façon d’explorer un nouvel endroit que de le faire à la course ?  Hier matin donc, cap vers le lac George, à 3 km du camping, puis après, pure découverte.  Une route totalement inconnue pour moi longe le lac du côté est. Une route me rappelant étrangement celle qui fait le tour du lac Brome avec ses enchaînements montées/descentes à répétition et quelques beaux points de vue.

Après 12.5 km, j’ai pris un petit chemin menant à une jolie petit bourgade: Cleverdale. À un moment donné, je pouvais apercevoir le lac des deux côtés de la route, je me sentais dans un autre monde.

Gros désavantage de courir dans un coin inconnu: difficile de faire une boucle. Vaut mieux faire un aller-retour, question de ne pas trop s’égarer et surtout, éviter de transformer une course de 33 km en 45-50 (surtout quand on a du Gatorade seulement pour 33…).

Je venais donc d’amorcer mon retour, sur le beau petit chemin tranquille, quand un beau tata s’est fait un devoir de me démontrer que nos voisins du sud ne sont pas tous courtois avec les animaux à deux pattes. Le bonhomme, au volant de sa Volvo, sortait de son driveway. Il s’est arrêté pour laisser passer une auto et est parti purement et simplement dans ma face tout de suite après !  J’ai bien évidemment laissé sortir un chapelet de jurons bien québécois et lui ai ajouté toutes sortes d’insultes dans la langue de… heu… Elvis Graton ?  Je sais très bien que ça ne donne rien, mais ça fait tellement du bien…  Non mais, le gars vit à la campagne, à une dizaine de kilomètres du village de Lake George, était-il si pressé, bout de v… ?

Pour le reste, rien à signaler. Les côtes ont bien passé, même si je les ai faites en courant (les côtes sur route par rapport aux côtes en sentiers, ce sont simplement deux choses différentes). Il y a juste les trois derniers kilomètres, faits totalement en montant, dont mes vieilles jambes se seraient peut-être passé…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s