La transition de la route aux sentiers: première partie

Un gentil lecteur m’a récemment proposé de parler d’un sujet que je n’avais pas encore vraiment abordé, soit le « passage » de la course sur route à la course en sentiers. Il aimerait savoir à quoi s’attendre, qu’est-ce que je savais, qu’est-ce que j’aurais aimé savoir, etc.

Comme je ne peux (presque) rien refuser à un lecteur, je me suis lancé à fond la caisse dans le sujet. Ce qui fait que, même si j’avais l’impression de seulement effleurer quelques aspects, j’étais parti pour écrire une encyclopédie. J’ai donc décidé de rendre la bouchée moins difficile à avaler en morcelant le tout. Première partie aujourd’hui, la(les ?) suite(s ?) très bientôt.

Tout d’abord, je voudrais vous dire que vu que je n’ai à peu près pas d’expérience dans les courses en sentiers plus courtes (je n’en ai seulement fait qu’une, le 28 kilomètres à Harricana), ces billets seront orientés vers les ultramarathons en général. Également, vous reconnaitrez probablement certains aspects qui sont particuliers aux très longues courses (100 miles, genre).

Ok, la première chose que j’ai apprise, c’est qu’il faut regarder où on va. Ça peut sembler une évidence, mais quand ça fait des années qu’on court sur la route en demeurant dans sa bulle, on peut être déstabilisé au début. En sentiers, si on ne porte pas attention aux petits obstacles, eh bien on s’enfarge (souvent) et on se retrouve (parfois) face contre terre. Ça m’arrive encore. Régulièrement. D’ailleurs, suivant les conseils de mon ami Pierre, je me suis même mis à courir avec des gants de vélo, question de prévenir les blessures dites « défensives » qui se produisent quand on essaie (souvent en vain) d’amortir sa chute avec les mains.

Aussi, dans un cadre plus large, si on n’est pas assez attentif, on rate des virages et on peut se retrouver à perdre la trace du parcours. Eh oui, ça aussi ça arrive. Dans le bois, il n’y a pas de barrières, pas de spectateurs, pas de ligne bleue tracée à même le sol pour nous indiquer le chemin à suivre. Il y a seulement des petits rubans et parfois, des pancartes. C’est tout. On doit donc être toujours aux aguets et croyez-moi, ce n’est pas jojo d’avoir à revenir sur ses pas parce qu’on avait la tête ailleurs !  La quantité d’insultes qu’on peut se balancer chemin faisant…

La deuxième chose que j’ai apprise (et que je n’ai pas encore tout à fait assimilée, je dois l’avouer), c’est que la cadence, en sentiers, ça ne veut pas dire grand-chose. On peut aller très vite même si on ne va qu’à 8:00/km et on peut être lent à 4:00/km. Pourquoi ?  Tout simplement parce que non seulement le relief est très variable, mais le sol sur lequel on avance l’est tout autant. Courir dans un chemin de terre ou un beau sentier lisse, ça se fait bien, mais quand il y a un enchevêtrement infini de racines et de roches, hou la la…

Bizarrement, ce fut seulement à mon deuxième ultra que cette « dure » réalité m’a frappé. J’avais commencé ça smooth avec le Vermont 50, qui est constitué d’enchainements de très beaux sentiers et de chemins de terre. Mais quand je suis arrivé à St-Donat, ouch !  La pluie avait rendu presque impraticables des sentiers déjà très difficiles. En fait, je ne sais même pas si le terme « sentiers » pouvait encore s’appliquer. J’ai passé plus de 8 heures à sacrer et ai juré qu’on ne m’y reprendrait plus.

Vous connaissez la suite : j’y suis retourné trois fois. Car ça aussi, je ne le savais pas quand je me suis lancé là-dedans : on passe son temps à se faire des promesses qu’on ne tient pas.

Ceci dit, même dans les cas où les sentiers sont relativement faciles à courir, on peut se retrouver à ne pas avancer à cause des nombreux virages très serrés (qu’on appelle switchbacks dans notre jargon). Sur la route, on ne ralentit pas vraiment quand ça tourne, mais dans les bois…

Ça, je l’ai bien vu au Vermont jadis. Mais ce que j’ai surtout vu cette fois-là, ce sont des côtes que je considérais comme monstrueuses. Je me souviens encore de m’être mis à rire à gorge déployée à la vue d’une autre montée en face de cochon en quittant une station d’aide. Je ne pouvais pas croire que le parcours réussissait à nous en sortir encore ! Donc, si vous décidez de tenter l’expérience d’un ultra, attendez-vous à une chose : monter et descendre. Longtemps. Souvent.

Plusieurs font grand état du très accidenté parcours du Marathon de Boston. Il l’est, effectivement… pour une course sur route. Mais il est pour ainsi dire plat comme une crêpe si on le compare à ce qu’on voit dans les monde des ultras. Pour vous donner une idée, vous savez, les gens qui vont « monter une montagne » par une belle journée d’automne ?  Ils font leur randonnée, pique-niquent au sommet, redescendent en souriant et retournent à la maison satisfaits de leur journée. Et avec raison.

Eh bien dans le cadre d’un ultra, vous allez la monter et le descendre à plusieurs reprises, ladite montagne. S’il y a un centre de ski alpin dans les environs, ne vous inquiétez surtout pas, les organisateurs vont s’arranger pour vous le faire visiter. Par tous ses versants si possible. Et pas seulement au début de la course, ce serait trop facile.

Il faut donc savoir grimper sans dépenser trop d’énergie. Pour l’immense majorité d’entre nous, ça veut dire marcher. Car pour la différence de vitesse que le fait de courir amène, le gain ne vaut vraiment pas la dépense supplémentaire d’énergie requise. De plus, une fois arrivé en haut, on peut reprendre une cadence de course normale plus rapidement si on ne s’est pas mis à bout de souffle dans la montée.

Pour ma part, étant relativement léger, je me débrouille fort bien dans les parties ascendantes. Mais dans l’autre sens… Mes lecteurs en savent quelque chose.

C’est fou le temps qu’un bon descendeur peut réussir à gagner par rapport à un mauvais (lire: pathétique) comme moi. Mais bon, descendre, c’est un art. On aura beau peindre et peindre pendant des années, n’est pas van Gogh qui veut. Ça prend un talent, talent que je ne possède pas. Mais on peut devenir un descendeur potable avec de la pratique. À ce qu’il parait…

Ceci dit, je ne suis pas si pire car tout coureur en sentiers vous le dira: la plupart des coureurs sur route ne savent tout simplement pas descendre. Pourquoi je dis ça ?  Parce qu’ils freinent !  Sur une belle descente, à 6-7%, sur l’asphalte, on les voit avoir peur de perdre le contrôle. Ils feraient quoi dans des sentiers très techniques ?  Dans des pentes bordées par des arbres dépassant les 15% ?

Par contre, trop se laisser aller dans les descentes peut avoir un effet pervers: la « destruction » des quadriceps. J’y reviendrai très bientôt.

Advertisements

2 avis sur « La transition de la route aux sentiers: première partie »

  1. Merci très intéressant. En parle de pace, comment établir le pace pour ne pas partir trop lentement ou trop rapidement. En route c’est relativement facile. En trail, chaque course est différente et même la même course change selon météo .. comment établissez vous votre pace/ objectif ? Base sur votre expérience ? Temps année ultérieure pour coureur de votre calibre, ajustement constant durant la course ?

    • Ha le pace, pas facile…
      Je sais que certains se basent sur leur fréquence cardiaque, mais personnellement, je n’ai jamais utilisé ça. J’y vais complètement au feeling, tâchant le plus possible de demeurer « en dedans », comme on dit. Donc, marcher les montées dès le début, même si elles sont « courables »; laisser aller ceux qui sont plus « énervés » même si c’est dur de le faire car on sent qu’on a l’Énergie pour les suivre. Il faut se rappeler qu’un ultra, c’est très long… et je n’ai jamais entendu quelqu’un dire qu’il aurait dû partir plus vite !
      Les temps de passage de coureurs de calibre équivalent peuvent effectivement être un bon indicateur, il m’arrive de m’en servir. Mais ces données ne sont pas toujours disponibles.
      Bref, selon moi, il faut être à l’écoute de son corps et accepter que les mathématiques auxquelles on est habitué ne s’appliquent plus vraiment. Ça fait la beauté de la chose. 🙂

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s