Ultimate XC: avant le Vietnam

Tel que mon compagnon dans l’autobus me l’avait dit, la course commence en single track ou à peu près. Ce n’est pas l’idéal avec le troupeau au départ, mais 58 km, c’est long, alors pas de quoi s’énerver.

Déjà, la boue commence à faire son apparition. De grandes flaques, parfois remplies d’eau, parfois tout simplement… de la boue. Merde, ça s’annonce mal pour la suite. Si c’est comme ça tout le long, on risque d’avoir bien du plaisir… Plusieurs, dont moi, hésitent, essaient de trouver une trajectoire leur permettant de garder les pieds au sec. Une fille se met à chiâler: « On va se les mouiller de toute façon ! ». Bon point, mais c’est dit sur un ton qui vient me chercher. Je ne sais pas pourquoi, mais sur le moment, je lui souhaite de s’étendre à plat ventre dans la prochaine mare, question de me faire plaisir un peu.

Bon, du calme, ça ne donne rien de se fâcher si tôt. Tel que prévu, je fais les premiers hectomètres derrière Pat et Rachel Paquette, une fille de Victo que je sais très forte. Sauf que dès qu’on frappe la première montée (qui arrive assez rapidement merci), je décide de passer. Le peloton commence vraiment à s’étirer et j’en profite pour dépasser pas mal de monde. Ha, l’avantage d’être bâti sur un frame de chat…

Suit ensuite la première vraie montée. Elle est longue celle-là, trèèèèès longue. Je continue à dépasser du monde, puis je me mets à les distancer, au point de me retrouver fin seul, comme à l’entrainement. Wow, je me demande bien où je suis rendu dans les positions… Mais c’est évidemment beaucoup trop tôt pour penser à ça. Je poursuis mon ascension, dans la boue et les roches.

Arrive la descente: infernale. Ça descend comme dans la face d’un cochon, au point où je dois parfois m’asseoir pour passer d’une roche à une autre. Les fougères cachent les obstacles, rendant le tout encore plus périlleux. J’avance tellement lentement que je finis évidemment par me faire rattraper. Merde, ce que je donnerais pour être moins peureux !

Dans la transition nous amenant à la Montagne Grise, la boue reprend de plus belle. Et quand ce n’est pas la boue, ce sont les roches qui rendent ma progression laborieuse. Je ne compte déjà plus les fois où je me suis enfargé. Arrive (enfin) la montée de ladite Montagne Grise. J’avance à un relativement bon rythme, au point de réussir à recoller ceux qui m’avaient dépassé dans la descente. l’un d’eux me fait signe de passer, mais connaissant mes talents de descendeur, je décide de demeurer derrière.

Bien m’en fait: dans la descente, presque aussi folle que la précédente, je perds rapidement de vue mes compagnons. Et sans surprise, je me fais encore rejoindre par d’autres. Comme je me fais shifter, je glisse au gars: « Je suis tellement pourri dans les descentes ! », ce à quoi il répond: « L’important, c’est arriver vivant… ». Ouais, sage réflexion, le jeune. Je ne suis tout de même pas pour me tuer ici, hein ?

J’arrive à la station Nordet (10.5 km). Ça semble être un refuge pour les randonneurs ou quelque chose du genre. Je joue au gars habitué: j’avale 2-3 morceaux de bananes, cale deux verres d’eau  en vitesse et repars en lançant: « on se revoit à la prochaine descente ! » aux deux qui venaient de me dépasser et semblaient vouloir prendre leur temps à la station.

Hé, j’en ai oublié mon malaise à la jambe droite !  Je m’étais dit qu’après 10 km, je serais fixé. Bonne nouvelle: tout est parfait de ce côté.

Nouvelle section de boue. Je sens un gars qui me suit, on progresse à la même vitesse. Puis dans une descente, il arrive ce qui est rapidement devenu une habitude: il passe devant moi. S’ensuit un bout plus vallonné et miracle, c’est sec !  Je suis mon partenaire à distance, quand il applique les freins, se retourne et me dit: « Je pense qu’on a passé tout droit ! ». Shit, j’ai fait exactement ce que le directeur de course avait dit de ne pas faire: suivre l’autre. On regarde tout autour, pas le moindre ruban rose. Double shit !  Nous rebroussons chemin et j’aperçois assez rapidement où nous avons manqué le virage. Deux coureurs arrivent sur les entre-faits et nous les avertissons: ils s’apprêtaient à faire la même erreur. C’est donc à quatre que nous poursuivrons notre chemin.

Ok, pas trop de dommages, on a vu à temps. Je discute bouette avec les autres à mesure que nous avançons. Elle est vraiment omniprésente, au point de nous empêcher de courir les sections qui devraient être roulantes. Les deux de devant semblent habitués et ont décidé d’y aller « conservateur » en partant. Je demeure donc avec eux, même en montée, question de me ménager un peu moi aussi.

Comme la station suivante (l’Appel, km 17) est située sur les bords d’un lac, après une descente, j’arrive un peu après eux. Mais ce n’est vraiment pas grave. Une surprise nous attend toutefois: les bénévoles assignés à la station sont couverts des pieds à la tête pour se protéger des insectes. Ils portent même le « full face ». Il y a des bibittes, ha oui ?

Pendant que je porte une certaine attention à la table des victuailles (il n’y a pas de patates, juste des chips, bout de v… !), lesdites bibittes se font un devoir de me rappeler qu’en effet, elles sont bien présentes. Sales bestioles !  Dans le genre motivation pour ne pas niaiser sur place… J’avale donc encore des bananes et de l’eau, puis c’est un nouveau départ.

Avant de quitter la station, je demande aux bénévoles s’il y a moins de boue devant. Un coureur qui me précède me dit de m’attendre à pire. Et vlan dans les dents pour le moral !

À la sortie de la station, une pancarte nous dit qu’il nous reste 41 petits kilomètres à faire. Ça fait presque deux heures et demi que nous sommes partis et il reste encore un marathon à faire dans cette schnoutte ?  Ho la la…

Je ne sais pas si j’ai fait 50 pas quand je me retrouve dans le lac de l’Appel, de l’eau jusqu’aux mollets. Le gars derrière moi me dit que l’an passé, on pouvait presque passer à sec. Ça va être beau dans le Vietnam tantôt. Arrive ensuite quoi ? De la boue. L’autre avait raison: c’est encore pire que tantôt. Tout ce qui me vient en tête, c’est l’annonce de KIA d’il y a plusieurs années: « Welcome to the swamp !  Ha hiiiiiii! ». Je ris tout seul, ne cessant de me répéter « Ha hiiiii !!! ». Ça y est, je viens de perdre la raison…

Comme c’est une partie descendante, je me retrouve encore seul. Dans la boue. Ha hiiii !!!  Puis arrive la montée de la Montagne Noire. Rapidement, j’entends des voix devant moi. Ho yeah, des gens à rattraper !  Je monte à rythme constant et me rends compte que c’est une femme qui est devant moi: c’est une concurrente du 38 km. Déception. Je poursuis mon chemin, à l’affût des autres voix, devant. Deux autres concurrentes du 38 km. Je les double et continue à monter, pour finalement arriver dans le derrière d’un gars du 58 km (enfin) qui avance avec deux filles du 38 km. Ils semblent avoir beaucoup de plaisir, alors je demeure avec eux. Je pourrais bien demander le passage, mais je préfère relaxer un peu.

On échange des blagues, genre « Quelqu’un fait le 5 km cross-country avec moi l’an prochain ? » ou « Vous connaissez un bon psy ? ». Une coureuse parle du fait que nous sommes des « coureurs des boues ». Bref, l’atmosphère est plutôt détendue.

Finalement, j’aurais peut-être dû passer… Je finis par le faire peu de temps avant le sommet, puis arrive à la station d’aide bien nommée (Montagne Noire, km 24.4), le point le plus haut du parcours. La vue doit être magnifique… quand il fait beau. Mais pas trop le temps pour ça. J’enlève ma veste d’hydratation pour vérifier le niveau de GU Brew qu’il me reste. J’ai bien fait: c’est presque vide. Je demande alors l’aide d’un bénévole pour l’emplir d’eau, ce qu’il fait de bonne grâce (ils sont extrêmement gentils et serviables, ça en est gênant). Arrive maintenant le moment fatidique: je dois transvider la poudre que je traine avec moi dans le réservoir pour faire mon super-mélange. Sauf que la foutue poudre est dans un petit pot de pilules. Vous savez, les petits pots à l’épreuve des enfants… Mes deux mains étant déjà pas mal occupées à tenir le réservoir à la verticale, disons qu’enligner les petites flèches en même temps, ça tient de l’exploit. Ma femme fait de l’arthrite et nous n’avons pas d’enfant, il n’y aurait pas moyen d’avoir des petits pots faciles à ouvrir ?!?

Je dois donc encore quémander de l’aide, mais il y a d’autres coureurs… Et pendant que j’essaie de me débrouiller, Rachel et deux autres compétiteurs arrivent à la station. Finalement, le bénévole se libère à nouveau et vient me sauver. Je vois alors les autres repartir. Merde, je suis maintenant derrière la première femme…

Une femme du 38 km arrive et annonce aux bénévoles que sa journée est terminée. Elle est souffrante (sa voix indique un bon mal de gorge) et espérait que peut-être… Mais non, ça ne fonctionne pas, alors elle abandonne. Je l’envierais presque… si ce n’était du fait qu’elle doit demeurer sur place, exposée aux bibittes, jusqu’à ce que les derniers soient passés.

Bon, retour à mes affaires, ce n’est pas le moment de se laisser aller. Une fois l’opération remplissage terminée, je remercie le bon samaritain, prends une gorgée d’eau et me voilà reparti. Le groupe n’est pas tellement loin devant, je devrais être en mesure de les rejoindre.

Dès les premières enjambées de cette nouvelle section, encore de la boue. Épaisse, profonde, impossible à éviter. Je n’entends plus les voix du groupe devant, mon moral commence à descendre. Puis, en extirpant pour la xième fois mon pied de la boue, crampe dans l’ischio gauche. Pas foudroyante, mais assez pour faire mal. Cramper à 33 km de l’arrivée, il ne manquait plus que ça !  Merde, merde, merde !!!

Je m’arrête (déjà que je n’avançais pas vraiment de toute façon) et me masse la cuisse, question de faire passer le tout. Mon cerveau tourne à toute vitesse: qu’ai-je fait ou plutôt que n’ai-je pas fait ?  Première évidence: dans mon empressement, j’ai carrément oublié de prendre des bananes à la dernière station. Il est possible que mon niveau en électrolytes soit bas et ça n’a certainement pas aidé. Et deuxièmement, je n’ai pas encore uriné depuis le départ, donc mon hydratation n’est pas à point non plus.

Que faire ?  J’envisage de retourner à la station pour prendre des bananes, puis rejette l’idée. Me reste une chose: boire mon GU Brew, qui est à la fois source d’eau et d’électrolytes. À partir de maintenant, je ne cesserai de me répéter: « Bois, bois, bois, bois… ». J’avale un gel expresso full caféine et espère pour le mieux.

Je poursuis lentement du mieux que je peux en prenant soin de faire des petits pas et de protéger ma jambe gauche. Et je bois. Ça semble fonctionner un peu.  Arrive l’intersection Lac Lézard, l’endroit où les parcours du 38 et du 58 km se séparent temporairement. Un bénévole y est posté, question de nous diriger vers le bon chemin. Je fais mine de prendre le 38 km, question de couper court et je ne sais pas si c’est par gentillesse, mais il semble trouver ça drôle.

Après quelques répliques côté crampes, je sens les sensations revenir peu à peu. Aussi, je suis dans une section un petit peu plus roulante: il y a moins de boue et les dénivelés sont somme toute acceptables.

Puis un miracle se produit: j’aperçois Rachel et ses compagnons au loin. YES !!!  En peu de temps, je suis sur eux. Je les suis un petit bout, puis elle me dit que je peux passer, ce à quoi je réponds: « Je ne dépasserai certainement pas une fille de Victo ! ». Sa réponse: « Hein, comment ça se fait que tu sais ça ?!? ».

Commence alors la conversation. Je me présente, lui apprends que j’ai été élevé à deux rues de chez elle (mais à quelques années de différence), que c’est par ma mère que j’ai appris qu’une fille de mon patelin natal faisait des ultras, etc. C’est fou à quel point on peut jaser quand on passe des heures dans le bois comme ça. Ce n’est pas dans un 10 km sur route qu’on pourrait faire de même !

Au bout d’un certain temps, je remarque une chose: je suis légèrement plus rapide qu’eux. Probablement à cause du fait que nous sommes dans une partie moins technique et moi le gars qui court sur route… En tout cas, je finis par passer. Tout juste avant, nous croisons des randonneurs, un couple dans la cinquantaine. Faire de la randonnée dans de telles conditions, faut le faire !  Finalement, pas certain que c’est moi qui ai besoin d’un psy…

Les crampes semblent être chose du passé, la bonne affaire. Tout juste avant d’arriver à la station Inter-Centre (km 36.3), une montée. Une belle « petite », qui me rappelle beaucoup celle de l’antenne de télécommunication du mont St-Bruno que je me suis tapée si souvent. Je vois quelqu’un qui me précède, j’espère bien le reprendre, mais finalement, la côte n’est pas assez longue et nous arrivons à la station presque en même temps.

Sur place, un coureur est bien installé sur une chaise. Il n’a vraiment pas l’air pressé de repartir. Coup d’oeil à la bouffe offerte: à peu près rien. Chips, bananes, bretzels. Je demande s’il n’y aurait pas des patates à un moment donné, le bénévole me répond qu’il n’y en a pas cette année. Bon, va falloir faire avec… Je prends ce que je peux, avale 2-3 verres d’eau, autant de Gatorade. Coup d’oeil au chrono: un peu plus de 5 heures depuis le départ, il est donc midi.

À la sortie de la station, une pancarte nous indique qu’il nous reste 21.7 km à faire. Bah, la distance d’un demi-marathon, piece of cake. 1h30 et c’est fini !  😉  Il semblerait que je ne suis pas le premier à la sortir, celle-là… Sans blague, je crois que les 8 heures sont encore possibles, malgré les conditions.

Devant moi, en bas de la côte, le fameux Vietnam. À nous deux !

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s