Le 28 km XC Harricana: du départ jusqu’à la montagne Noire

Barbara et moi (et Charlotte !) arrivons au mont Grand-Fonds très tôt samedi matin, en partance de notre petit chalet que nous avons loué avec Maryse. En fait, il est si tôt que notre amie a préféré embarquer avec d’autres amis qui logent eux aussi dans un des chalets Bellevue et qui vont partir un peu plus tard, soit à une heure raisonnable.

La raison de cette arrivée si hâtive ?  À part le fait que je suis maladivement ponctuel (c’est fou le temps que je peux perdre dans ma vie parce que je ne veux jamais arriver en retard), je redoutais des difficultés pour récupérer le chèque qui m’est dû, par rapport à mon changement d’épreuve. Donc, aussitôt arrivés, nous nous dirigeons vers le chalet de ski où se tient la remise les dossards. Déjà, ça grouille car plusieurs concurrents ont choisi l’option de camper sur place. Quelques VR sont stationnés, des dizaines de tentes sont installées dans le stationnement et, pour faire vraiment coureur des bois, un gars (je suppose que c’est un gars) a poussé le minimalisme à l’extrême: nous apercevons un hamac attaché entre deux arbres et recouvert d’un abri de fortune. Wow, ça c’est un vrai !

Arrivé aux dossards, petite frousse: j’ai oublié mon portefeuille au chalet (en fait, il est dans l’auto, mais je l’ignore). Oups. Quand la préposée me demande une pièce d’identité, je me mets à patiner. Ce que je dois avoir l’air du gars qui invente des histoires, moi là…  En tout cas, à sa place, je ne me croirais pas !  Heureusement, j’ai deux courriels: un confirmant mon inscription, l’autre pour le chèque. Ça semble lui suffire. Ouf, pas besoin de retourner au chalet… Non mais, m’auriez-vous vu retourner au chalet pour un portefeuille qui était dans l’auto ? Je prends possession du précieux dossard et des quelques cossins fournis avec. Mais pas de t-shirt pour moi, je n’ai pas payé pour.

Au tour du chèque maintenant. Connaissant le côté un peu broche-à-foin des courses en sentiers, je m’attends à avoir à tout expliquer, encore et encore. En plus, sans pièce d’identité…  Hé bien non. J’ai juste à présenter le courriel à la gentille bénévole pour qu’elle se mette à fouiller dans une enveloppe où il y a une pile de chèques. Et miracle, il y en a un à mon nom !  C’est mon jour de chance, je devrais peut-être acheter un billet de loterie après la course…

Finalement, nous avons évidemment du temps à la tonne à tuer. Après avoir fait un peu le tour de la place, jasé avec quelques personnes (Charlotte a le don d’attirer les gens), nous retournons à l’auto. Tiens, Maryse et ses amis sont arrivés et leur voiture est stationnée tout près. Le non-verbal est assez clair: les filles, qui font le 10 km, sont relaxes et de bonne humeur. Les gars, qui font le 28 km et pour qui il s’agit de LA grande course de leur vie, transpirent la nervosité.

Je les observe et ne peux réprimer un petit sourire. Je me sens comme le vieux lion qui voit les jeunes arriver. Disons que j’en ai vu d’autres, mais eux… Pendant que je relaxe, confortablement assis à mâchouiller un bagel, eux restent debout sur place, tournent en rond, sautillent. Il n’y a pas meilleure façon de vous fatiguer les jambes avant de commencer, les boys !   Je fais la remarque à Maryse, qui se dépêche de la relayer à Seb. Celui-ci me regarde et tasse rapidement mon conseil du revers de la main. Ok,  on verra bien tantôt… Mais bon, ils sont jeunes. Seb n’a probablement pas 35 ans et JF le très jeunot, en a 22. Shit, il pourrait être mon fils (théoriquement du moins: il fait 6’3 » et 240 livres; on pourrait assez difficilement passer pour père et fils) !  À leur âge, je ne courais même pas.

Après une éternité, l’heure du départ approche. Nous nous dirigeons tranquillement vers la ligne de départ/arrivée. Petit réchauffement, je monte et redescends une partie de la montagne en trottinant. Pour l’occasion, j’ai choisi mes Salomon, que je connais beaucoup mieux que mes Montrail. Comme la première montée semble être sur du gazon mouillé, je préfère y aller « safe », quitte à être moins confortable.

8h55, c’est le moment de nous aligner pour le grand moment. Baiser à Barbara, caresse à Charlotte, petit câlin à Maryse en lui souhaitant bonne chance, high fives à Marie-Claude et Julie, puis je me place place tout juste devant Seb et JF, dans le milieu du peloton d’environ 150 coureurs. Le directeur de course nous donne un petit briefing, nous rappelant les règles et nous avisant de bien suivre les rubans roses (ça semble être la couleur-fétiche des trails au Québec). Il nous avertit également que les 16 derniers kilomètres se feront sur le même parcours que le 65 km, alors de ne pas nous en faire avec le changement de couleur des pancartes (hé oui, une course en sentiers marquée à chaque kilomètre, cool hein ?).

Finalement, le briefing s’allonge et on doit attendre 3 minutes pour partir à 9h05 juste. 3 minutes qui semblent bien trop longues pour mes compagnons. Nerveux les gars ?  Seb fait « oui » de la tête en sautillant. J’essaie de leur dire de prendre cette course comme un entrainement, mais ça ne marche pas tellement.

Le départ est donné. Première section de notre parcours: la montée du mont Grand-Fonds. Au complet. Tout le monde court dans la première petite montée, alors je suis la cadence. Après un petit faux-plat, la vraie montée se dresse devant nous et rapidement, je me mets en mode power-hiking, beaucoup moins difficile sur le cardio pour une vitesse presque équivalente. D’ailleurs, je suis en mesure de demeurer avec ceux qui courent encore, alors…

Passe à côté de moi un gars que j’ai croisé à St-Donat et avec qui j’avais fait 7-8 km avant qu’il me laisse sur place dans les parties techniques. Je me mets donc en frais de le suivre. Tout le monde est maintenant à la marche, mis à part deux freaks à l’avant. Le peloton s’étire, s’étire. On entend les souffles courts tout autour. Ça monte en ta…

Pour le plaisir, coup d’oeil à la cadence moyenne: 9:39/km !  À la blague, je fais l’annonce aux autres, leur disant qu’on est pourris en ta… Réponse: rien. Pas un son. *Criquets, criquets…* Moi et mon humour « différent »… Puis, quand je me retourne pour admirer le paysage, spectaculaire malgré les nuages bas, même réaction quand je lâche un « Wow ! ». Décidément… Vous manquez quelque chose, les gars, c’est vraiment beau !

À l’approche du sommet, je m’aperçois que je suis assurément dans les 10 premiers car je suis dans le premier peloton et il y a seulement 3-4 gars devant nous. Pas mal pour un convalescent, hein ?  🙂  Ok, je l’admets: c’est pratique de n’avoir que 150 livres à trainer. Un gars demande combien de temps a pris l’ascension: 16 minutes. C’est définitivement plus haut de la côte de l’enfer à St-Donat, qui m’avait pris 13 minutes à gravir après 48 km dans la bouette.

En fait, ça fait presque 2 kilomètres de montée car peu de temps après avoir atteint le sommet, nous passons la pancarte nous annonçant qu’il reste 26 km à franchir. Une fois en haut, je me dis que maintenant, pas le choix, ça va descendre. Déjà que je suis pourri d’avance dans les descentes, si on ajoute le manque de pratique et le fait que je doive demeurer prudent à cause de mes genoux, je suis cuit. Je m’attends donc à perdre de vue mes compagnons de montée et à me faire shifter à tour de bras.

Mais, agréable surprise, c’est plutôt une section de chemin pour quatre-roues qui nous attend. Suffisamment large, vallonnée, assez technique avec de la roche. Je perds évidemment du terrain quand ça descend et me fais également rattraper, mais je ne me fais pas larguer. Ok, si j’étais seul, il y a bien quelques montées que je ferais en marchant, mais orgueil oblige… Je demeure avec mes 5-6 compagnons sans trop forcer.

Les kilomètres passent alors assez rapidement, notre cadence avoisinant les 5:00/km. Puis, autour du 7e kilomètre, la vraie descente se pointe. Dans un chemin de terre carrossable. Je tâche de faire des petits pas, d’y aller relaxe pour ne pas taxer mon genou. Et comme c’est assez abrupt, les autres ne se laissent pas aller complètement non plus.

Mais merde, c’est bien long comme descente !  Ça ne finit plus…  Ce que ça peut être gossant, faire attention comme ça ! Arrive enfin un bout moins abrupt et autour du 9e kilomètre, la première station d’aide. J’y avale un verre d’eau (pour faire changement du GU Brew que je transporte dans ma super-veste), puis repars.

Section technique maintenant. Très technique. C’est étroit, des roches, des racines, ce n’est jamais plat. Je suis toujours en train d’essayer de relancer, mais rien à faire, mon jeu de pied ne suit tout simplement pas. On dirait que je choisis toujours la mauvaise roche, qu’il y a toujours un pied qui coince à quelque part. Manque de pratique, encore une fois. Dire qu’à Lake Placid, il y avait un sentier très semblable à ça et je me faisais un devoir de l’éviter. Du con.

Je laisse passer deux gars qui me suivent de près. Puis un autre qui me remercie en m’appelant « Monsieur ». Comment ça, « Monsieur » ?!?  Bout de viarge, j’ai 43 ans, pas 83 !  C’est quoi la prochaine affaire ?  « J’espère être aussi rapide que vous quand j’aurai votre âge » ?  Ou pourquoi pas un « Vraiment bon pour un membre de la FADOQ ! » ?  Je vais t’en faire un « Monsieur », jeune perdu !  Mais que voulez-vous, je suis dans l’incapacité totale de le suivre. De toute façon, j’entends déjà deux autres gars qui arrivent derrière moi… en jasant. Je sens qu’ils gagnent du terrain juste à entendre leurs voix. Merde, ils me rattrapent en placottant !  Je suis vraiment nul quand ça devient technique, il n’y a pas à dire !  D’autres passeront aussi avant la fin de la section. J’ai l’impression qu’une quinzaine de gars m’ont dépassé, je m’attends à voir Seb et JF arriver. Allez, un gel au miel pour s’encourager !

Finalement, plus personne dans le derrière. Ça y est, je suis dernier (je niaise, évidemment, la première femme ne m’ayant pas rejoint). Heureusement pour moi, il y en a un gars devant, presque aussi nul que moi. Nous rencontrons des randonneurs juste avant de retrouver un semblant de civilisation: un autre chemin pour quatre-roues qui nous mènera à la deuxième station d’aide, au 13e kilomètre.

Cette station est carrément bordélique car les gens du 10 km y arrivent en même temps que nous. Je crie mon numéro de dossard en arrivant, mais je ne suis pas certain que la bénévole, qui semble dépassée, l’ait entendu. On s’en fout, je n’ai pas l’intention de me perdre dans le bois, moi… J’avale deux morceaux de banane et part dans le sentier menant à la montagne Noire. En espérant que ce ne sera pas trop technique.

Advertisements

3 avis sur « Le 28 km XC Harricana: du départ jusqu’à la montagne Noire »

  1. Pendant que tu courais dans Charlevoix, j’assistais au Festival western de Saint-Tite. Alors qu’un coureur t’a appelé monsieur, j’ai eu le même genre de choc en me faisant aborder par un jeune cowboy d’une vingtaine d’années. « Ah! Madame, vous êtes jolie! J’aimerais ça que ma mère soit belle comme vous! » Au secours!!!

    Par ailleurs, la Classique du parc Lafontaine est-elle la première course à laquelle tu as participé? Des collègues m’ont demandé si je voulais m’inscrire au 10 km. Mais pour le moment, j’apprécie mes sorties en solo, de plus en plus fréquentes, avec une progression lente, mais constante. Je ne me sens pas encore prête pour m’inscrire à une vraie course. Peut-être l’an prochain?

    • LOL !!! 🙂 Tu parles d’une affaire à dire à une femme, toi ! Et sais-tu c’est quoi le pire ? Que ce soit arrivé à ma petite sœur qui est 6 ans plus jeune que moi…
      Oui, le 10 km de la Classique du parc Lafontaine a été ma première course, jadis, en 2006. Je venais à peine de commencer à courir, je me souviens encore d’avoir fait la course avec un sous-vêtement technique à manches longues, un t-shirt en coton par dessus et une bouteille dans les mains. Dans le temps, le chronométrage n’était même pas électronique !
      C’est une belle course, bien organisée, dans une ambiance festive et relaxe. Je la recommande fortement. Tu sais, tu peux faire le 5 km si tu trouves que 10, c’est un peu trop. Quelqu’un de sociable comme toi, je pense que tu aimerais beaucoup ! 🙂

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s