J’aurais donc dû…

J’en ai déjà glissé un mot, je commençais à en avoir vraiment marre de faire mes longues sorties du dimanche matin dans les petites rues pour « déjouer » le vent. Tanné de voir les mêmes quartiers résidentiels, fatigué de faire des interminables allers-retours nord-sud et/ou est-ouest en changeant de rue pour tenter de tromper l’ennui. Au bout de quelques semaines, ça ne marchait plus.

L’hiver québécois a beau s’éterniser, je l’ai envoyé paître hier soir: j’ai décidé que j’allais faire ma longue sortie dans mon terrain de jeux, au Mont St-Bruno. Les pistes de raquettes et de randonnée pédestre étaient probablement encore durcies par le froid et il y a toujours le sentier Seigneurial qui fait 7 km de long et qui est accessible. Je pourrais certainement me débrouiller là-dedans.

Dès les premiers kilomètres, la phrase m’est venue à l’esprit: « J’aurais donc dû… » comme dans « J’aurais donc dû revenir ici avant ! ».  Après ma petite virée au mont Royal jeudi, je retrouvais pour la deuxième fois cette semaine le plaisir de la course en sentiers. Les enchainements montée-descentes, la tranquillité de la course en forêt, l’air pur, le silence brisé seulement par le bruit de mes pas sur le sol. Ha, le bonheur…

Tout en courant, je pensais à Pierre, Pat (qui n’y est finalement pas allé, victime d’une grippe) et Denis qui tournaient en rond quelque part à Vaudreuil, à mon « record » qui était probablement en train de tomber et j’étais plus que convaincu d’avoir pris la bonne décision, soit celle de ne faire qu’une seule course intérieure cet hiver. Car j’étais bien, aux oiseaux même. Quoi que ceux sur place n’ont pas tellement apprécié que je m’arrête pour les observer, une mésange se permettant un avertissement à 2-3 pouces de mon nez. Baveux pour sa grosseur, celui-là !

Au final, 34 km et beaucoup de travail en montée (par contre, les descentes en hiver, bof…). Boston ne me surprendra pas deux fois.

Advertisements

2 avis sur « J’aurais donc dû… »

    • Comme tu dis: vivement la fin de l’hiver ! Mais ce n’est pas encore pour bientôt: il faisait -18 degrés avec un facteur éolien de -27 quand je suis parti à la course ce matin ! Même pour le Québec, c’est exceptionnel à ce temps-ci.
      Vous ne pourriez pas nous prêter une partie de votre hiver clément ? 😉

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s