Le moment présent

Il faisait un soleil radieux. Tout autour, c’était le calme plat. Le seul bruit que j’entendais, c’était les « crunch-crunch » répétés de mes pas sur la neige qui recouvrait la route ondulée. Après avoir eu à composer avec des blessures à répétition, après avoir même craint que je n’allais plus jamais pouvoir courir, je retrouvais enfin cette paix intérieure, cette sérénité. Ha, c’était encore loin d’être parfait mon affaire, le fessier encore récalcitrant me rappelant d’y aller mollo. Mais je progressais. Enfin.

La charrue m’a sorti de mes pensées. Je me faisais déjà une joie de voir la tête du chauffeur se demandant ce que je pouvais bien foutre là, à quelques kilomètres du campement Sakami, seul endroit où on peut trouver âme qui vive à proximité de la centrale LG3.

En arrivant près de moi, il ralentit et baissa sa vitre.

– Tu feras attention, y’avait un loup icitte tantôt…

– Je le sais, j’ai vu des traces.

– Ha ok c’est beau. Bonne course !

Et il est reparti.

Ben oui Chose. Maintenant que j’avais vu des traces, tout était beau, il n’y avait plus de danger…

En fait, j’avais trouvé lesdites traces plutôt petites pour appartenir à un loup et comme les chiens de poche ne sont pas légion sur la Transtaïga (oui, c’est le nom de la route qui traverse la Baie James, est-ce que ça fait assez « Grand Nord » à votre goût ?) et autres petites routes connexes, je me disais qu’elles devaient appartenir à un renard. Faut croire que non.

J’avoue avoir couru les fesses un tantinet serrées pendant quelques minutes avant de retomber dans mes rêveries. C’est alors que j’ai eu l’illumination.

Enjoy the moment.

Cette simple petite phrase, Bono l’avait glissée doucement à l’oreille d’une admiratrice lors du dernier concert du groupe auquel nous avons assisté. Il venait de faire monter une cinquantaine de personnes sur la scène et une jeune femme tentait de prendre un selfie avec le charismatique chanteur. Sauf que dans l’énervement (elle tremblait comme une feuille), elle n’arrivait pas à faire fonctionner son téléphone pour prendre ladite photo et après une deuxième tentative infructueuse, Bono a souri et lui a gentiment suggéré de profiter de l’instant présent avant de poser un baiser sur sa joue.

Je suis comme ça: je ne suis pas du type « photo », préférant profiter du moment présent (ou peut-être suis-je paresseux ?). J’ai déjà passé 6 semaines au Japon pour le travail. Combien de photos que ai-je prises ?  Un gros « 36 poses » (oui, ça fait longtemps). Et lors d’une assignation de 10 jours en Chine ?  12 photos.

Que dire de mes sorties matinales dans des endroits « exotiques » ?  Combien de photos prises au total lors de ces courses matinales quand nous sommes en voyage, vous pensez ?  Un gros zéro.

J’avoue que j’aimerais avoir des souvenirs plus concrets du Bois-de-Boulogne, de la place St-Pierre vide, du Colisée illuminé par le soleil levant, de Florence au petit matin, des moutons dans la campagne anglaise, etc. Je dois me contenter de mes souvenirs parce que traîner un appareil, ça ne me vient jamais à l’idée. Il faut croire que je préfère me fier à ma mémoire, ce qui est borderline inconscient de ma part, vues les nombreuses défaillances qu’elle présente. Heureusement que ce n’est pas tout le monde qui est comme moi…

Or donc, ça faisait un bout de temps que j’y songeais, j’ai pris ma décision là, sur un chemin de terre couvert de neige dans le bouclier canadien: je ne renouvellerais pas mon association avec Skechers pour 2018.

Le rapport, vous me demandez ?  La compagnie est bien de son temps, donc très « photo » et « réseaux sociaux ». À chaque mois, elle nous demandait un rapport (250 mots maximum) de nos activités « avec au moins 5 photos » que nous avions mises sur les réseaux sociaux. Lors de la réunion des ambassadeurs, la représentante nous avait montré le genre de photos que la compagnie recherchait. Ce n’était pas compliqué: ils voulaient nous voir portant du Skechers tout en ayant « du fun » à faire ce qu’on fait (soit courir, pédaler, nager, etc.).

Des mots, je peux vous en pondre à la tonne (duh !), mais les photos, comme je viens d’en parler, ce n’est pas mon truc. Disons que je ne ne vois pas le jour où j’aurai un compte Instagram. Alors disons qu’ils n’en ont pas reçu beaucoup de ma part.

Ajoutez à ça qu’avec les blessures, je n’ai pas pu remplir mes engagements contractuels concernant ma présence dans le cadre de compétitions. Je déteste signer un contrat et ne pas le respecter. En même temps, les blessures ont eu un rôle à jouer dans ma décision. Et si les souliers en étaient la cause ?  Honnêtement, j’en doute beaucoup. Mais si ?  Jamais de ma vie je n’ai été blessé comme ça…

Dernier point : en 2016, j’avais l’impression de faire partie d’un projet. Quand le modèle original du Gotrail est sorti en milieu d’année, Arnaud, le représentant d’alors, m’en a tout de suite fait parvenir une paire pour avoir mon avis. J’avais l’impression que mon opinion comptait un tant soit peu.

Cette année, quand les nouveaux Gotrail ont été disponibles, j’en ai demandé une paire pour les tester. Réponse ?  J’avais déjà reçu le nombre de paires prévu à mon contrat pour l’année. C’était vrai. Je n’avais pas vraiment prévu me blesser en début d’année et comme le nouveau modèle tardait à arriver, je m’étais lancé dans les Gotrail Ultra et sur deux modèles de route. Sauf que ledit contrat prévoyait un nombre minimal de paires, il n’y avait pas de maximum. La compagnie ne s’en était d’ailleurs pas formalisée l’an passé. Pas cette année on dirait. Voulait-on vraiment mon avis sur les souliers de route ? Il y a plein de marathoniens et de thiathlètes dans l’équipe pour ça…

Une fois la décision prise, c’est le coeur léger que j’ai regagné les résidences. S’il n’avait pas été si tôt (il était 8 heures le matin, l’autobus nous amenant à l’aéroport partait une heure plus tard), je pense bien que j’aurais invité mon patron à fêter ce nouveau départ à l’Hygloo. Mais bon, on y avait déjà passé quelques heures la veille au soir, alors c’est un peu comme si j’avais déjà fêté en avance… 😉

Je tiens à remercier Arnaud et Laurent (anciennement) de chez Skechers pour m’avoir permis de faire partie d’une équipe d’ambassadeurs, chose que je n’aurais jamais envisagée comme possible avant que ça se concrétise. Et un gros merci à Éric pour m’avoir présenté à eux.

Je compte bien user les produits de la compagnie jusqu’à la corde, particulièrement les casquettes, le coupe-vent et les pantalons de course, pour la simple et bonne raison que c’est du maudit bon stock. Quant aux souliers, je vais m’en éloigner progressivement pour le moment, question de voir s’ils n’ont pas un lien avec ma condition. Ils demeureront toutefois dans mon armoire à souliers, car il n’est pas dit que je n’y reviendrai pas. C’est qu’ils sont foutrement confortables…

Advertisements

« J’aurais dû mettre mes Skechers »

Au début, j’avoue que j’étais mal à l’aise. Tout d’abord, je me demandais comment Skechers pouvait bien s’intéresser à moi. Je suis (étais ?) un coureur relativement rapide, oui, mais pas plus que bien d’autres. En effet, combien de Québécois vont à Boston à chaque année ? Certainement plus d’une centaine. J’avais bien terminé deuxième de mon premier 100 miles, mais bon, tout était tombé en place pour moi ce jour-là: des coureurs plus rapides avaient abandonné, mes amis Pierre et Louis avaient légèrement abusé du vin la veille et oui, comble de chance, j’étais dans une foutue bonne journée.

Mais à part ça ?  Bof… La 9e place à Washington l’an passé ?  Le contingent de coureurs y était bigrement faible. Les 23e et 26e places à Massanutten et au Vermont étaient pas mal plus dans mon « rang ». Est-ce qu’on commandite un gars qui finit ainsi dans l’anonymat ?  Il me semble que non.

Mais ce qui me chicotait le plus, c’était ce blogue. Ha, c’est juste un simple blogue, j’en conviens. Mais si j’acceptais de devenir ambassadeur, allais-je perdre ma crédibilité ?  C’est vrai, moi qui ne parle à peu près jamais d’équipement, si je me mettais à le faire à répétition, c’est assez évident que mes lecteurs finiraient par dire: « On sait ben, il est commandité… »

Si l’équipement qui m’était fourni ne valait pas de la schnoutte, je ferais quoi ?  J’en parlerais en bien quand même ?  Et les selfies ?  Et les posts sur Facebook bourrés de hashtags incompréhensibles ?  Pas vraiment le genre de la maison…

Bref, je vivais avec ce dilemme quand, par un beau jeudi matin froid (je sais, il se passe bien des choses les jeudis matins !) il y a quelques semaines, j’avais à peine tourné deux coins de rue que je me suis dit: « J’aurais dû mettre mes Skechers ».

C’est que voyez-vous, je portais une veille paire de souliers de route car j’étais certain que les rues et pistes cyclables seraient sur le bitume ce matin-là. Conditions idéales pour achever les vieilles godasses. Sauf que j’avais mal évalué mes affaires et il y avait de la neige à plusieurs endroits. Et depuis le début de l’hiver, j’avais remarqué que les GORun Ultra R étaient pas mal efficaces dans la neige.

Évidemment, il n’y a pas de miracle. Sur la glace vive, dans la « cassonade » ou la neige très molle, il n’y a rien à faire, peu importe ce qu’on a dans les pieds. Mais quand il fait plus froid, on réussit parfois à avoir une bonne traction. Et ces souliers-là, ils offrent une très bonne traction dans de telles conditions.

Il m’arrive souvent de me faire demander ce que je porte pour courir l’hiver. Je ne savais jamais trop quoi répondre parce que ça dépend tellement des conditions.

Mais là maintenant que je les ai découverts, je ne m’en priverais plus en hiver. Et si un jour, pour une raison quelconque, je ne faisais plus partie de l’équipe, hé bien je m’en paierais une paire.

Oui, je les aime à ce point-là.

Jeudi matin d’hiver

Maudit que c’est plate !

Je pourrais dire que seulement le bruit de mes pas m’accompagne, mais ce ne serait pas tout à fait vrai. Pour être plus juste, seul mon pied gauche fait du bruit quand il frappe le sol, le droit demeurant silencieux. Je travaille à faire taire le gauche. De toute façon, c’est la seule chose à faire ici…

J’ai commencé à travailler au centre-ville à l’été 2004. Depuis ce temps, j’essaie de franchir le plus souvent possible la distance entre la maison et le bureau à vélo et, depuis quelques années, parfois à la course. Au début, je trouvais ça vraiment cool de pouvoir disposer d’une longue bande asphaltée libre de toute circulation pour me rendre en ville. Imaginez : une piste cyclable, assez large pour accommoder des voitures, tracée en plein milieu du fleuve. Que demander de plus ?

Hé bien, après l’avoir utilisée des centaines et des centaines de fois, je commence à la trouver un tantinet monotone et longuette, particulièrement les quelque 10 kilomètres entre Ste-Catherine et le pont Champlain.

C’est justement là où je me trouve. Je viens à peine de passer la pancarte indiquant le 10e mille de la voie maritime. La piste étant officiellement fermée, je sais que je ne verrai personne ce matin. Il fait encore nuit, ma lampe frontale fixe l’horizon. Au loin, le début de la grande courbe. Je sais c’est là que se trouve la pancarte du 9e mille. Mais ce sont des milles nautiques, pas des milles (miles) terrestres. 1.852 kilomètre dans un mille nautique. Maudit que c’est long !

J’ai mes repères : les usines de Candiac, puis un peu plus loin, l’église de Laprairie qui m’indique la mi-chemin de ces interminables 10 kilomètres. Ensuite, peu après le mille 7, la piste devient une belle ligne droite et devant moi, le pont Champlain. Je sais qu’il est encore loin, mais au moins, j’ai un objectif en point de mire.

Ouais, c’est la dernière fois que je me tape ça à la course, c’est trop emmerdant. Je passe le petit écriteau à la mémoire d’un gars qui a disparu ici en 1977 (je me demande bien où il s’est ramassé, d’ailleurs), puis la pancarte du 6e mille. Le pont se rapproche.

Une éternité plus tard, j’arrive à la roulotte du chantier de réfection de l’estacade. Le gars qui s’apprête à pénétrer à l’intérieur prend une pause à la vue du maigrichon à la frontale qui arrive. Puis il entre, sans dire un mot. Bon, au moins, je ne me fais pas revirer de bord. S’il avait fallu que je doive retourner sur mes pas, je me serais mis en petite boule et aurais appelé ma maman…

Un peu plus loin, le chantier du nouveau pont bat son plein. Bientôt, nous ne pourrons probablement plus passer ici.

Direction pont Victoria. Je ne sais pas pourquoi, je trouve cette petite partie pas mal plus intéressante. Pourtant, ça demeure un long bout de chemin où il ne se passe rien. En fait, presque rien, parce qu’aujourd’hui, c’est une véritable patinoire. 3 kilomètres à chercher la trajectoire idéale (ce qui signifie parfois passer dans la neige), à essayer de demeurer debout, à se demander si le spot plus foncé devant est de la terre ou de la glace, ça tient occupé !  Et ça fait changement de se faire déféquer sur la tête par un goéland (car oui, ça m’est déjà arrivé).

À Victoria, la section menant au circuit Gilles-Villeneuve n’est pas déblayée. Certains fous comme moi sont déjà passés au cours des jours précédents, j’essaie de suivre leurs traces. Sans grand succès.

Première clôture à sauter. Souplesse digne d’une enclume oblige, l’opération est pénible, mais ne manque pas de me faire sourire. Ce que j’aurais l’air con dans une course de style Spartan… Après une autre centaine de mètres à sautiller dans la neige, deuxième clôture, plus basse celle-là. L’opération n’est pas plus élégante. C’est bizarre, quand j’étais jeune, ce n’était pas l’idée que je me faisais des « vieux » qui se rendaient au bureau le matin… Il est où, mon habit-cravate ?  Et ma mallette ?  Des accessoires qui ne font (heureusement) pas partie de ma vie, même si maintenant, c’est moi, le « vieux ».

Ha, le circuit, le retour à la civilisation… Hé non, je dois me farcir une autre patinoire pour m’y rendre. Non mais, c’est-tu moi où c’est plus glissant que tantôt ?

Finalement, du bitume. Je dois tout de même manœuvrer à travers quelques plaques de glace, mais ça va mieux. Passage devant le pavillon du Canada, un employé arrive à son bureau. Il me regarde passer. Un autre qui semble se demander ce que je fais là et/ou d’où je viens.

L’ennui s’est évaporé depuis belle lurette et a été remplacé par l’idée que la destination finale se profile à l’horizon. Sur le pont de la Concorde, le vent est comme d’habitude : à écorner un boeuf. Contrairement à l’été, je suis seul à courir ce matin (pour les fin-fins qui pensent à Joan, sachez qu’il passe plus tard, bon !) et il n’y a évidemment pas de vélo. Je suis seul et me sens… comment dirais-je ?  Privilégié. Oui, c’est ça, privilégié. Les autres sont pris dans la circulation ou dans le transport en commun, mais MOI, je suis dehors et je fais la même chose qu’eux : je m’en vais travailler.

L’autoroute Bonaventure, l’usine Five Roses, il n’y a pas grand-chose de plus laid, on s’entend. Mais je suis DEHORS, alors je peux m’accommoder de quelques horreurs.

Ha le Vieux… J’enchaîne sur les pavés, passe devant la basilique Notre-Dame et c’est la dernière descente avant d’arriver au quartier chinois, à deux pas du saint-siège.

Voilà, rendu. J’ai déjà hâte à la semaine prochaine.

Petites vites du début janvier

Gros mois de janvier côté course. Côté travail aussi, mais ça, c’est une autre histoire… Je vous présente aujourd’hui un petit résumé de ce qu’il a l’air jusqu’à maintenant.

« Faites attention, c’est dangereux ! » – Dimanche le 4. Un système de basse pression s’est installé sur le sud de la Belle Province (d’ailleurs, d’où vient ce pompeux surnom ?  Ceux qui le lui ont donné ne l’ont certainement pas vue à Montréal en hiver !). Le mercure oscillant autour du point de congélation, c’est sous forme de pluie verglaçante que les abondantes précipitations s’abattaient sur ses habitants.

Qu’à cela ne tienne, comme pour prouver l’adage « You Quebecers are fucking tough !», j’ai enfilé mes souliers de course et mes crampons pour ensuite m’élancer dans les rues de ma petite banlieue, rues transformées en véritables patinoires.

Les rares piétons que je croisais avançaient à pas de pingouins. Les autres qui avaient osé mettre le nez à l’extérieur essayaient soit d’arranger leur entrée de cour afin de la rendre praticable, soit de déglacer leur voiture. Sans grand succès dans les deux cas, d’ailleurs. En me voyant passer certains me souriaient, d’autres m’envoyaient la main. J’ai aussi eu droit à quelques signes « pouces levé », ce qui ne faisait que m’encourager à poursuivre.

Un monsieur, les yeux exorbités, s’est mis à alterner frénétiquement la direction de son regard entre le sol et moi. Puis il m’a lancé, complètement affolé : « Faites attention, c’est DANGEREUX !!! ». Et moi de lui répondre en riant : « Je ne suis même pas encore tombé ! ». Ça faisait 17 kilomètres que je courais là-dessus, j’avais une légère idée à quel point c’était glissant, mettons. Je pense que j’ai ri pendant 10 minutes. Et je ne me suis jamais retrouvé sur mon postérieur.

Le tapis (bis) – Dans les heures qui ont suivi, le mercure est tombé en chute libre, perdant une vingtaine de degrés au passage. Comme pour ajouter à mon « malheur » de coureur, j’ai dû me rendre à Baie-Comeau pour le travail. Durant la journée, alors que nous étions en installation, il faisait un beau soleil et le temps était sec. Froid, très froid même, mais sec.

Le soir venu toutefois, le vent s’est mis à souffler. -24 degrés, -35 de refroidissement éolien, tout ça aggravé par une merveilleuse humidité provenant du fleuve. Aller courir le soir, dans une ville que je ne connais pas, dans telles conditions ?  Ça a beau être contre mes principes, mais quand j’ai vu que l’hôtel avait un petit gym (c’est en fait une ancienne chambre dans laquelle ils ont pitché 3-4 appareils de torture autant mentale que physique), je me suis dit que ça ferait l’affaire. Une fois n’est pas coutume.

Comme je déteste les tapis roulants, je ne me faisais pas trop d’illusions. Mais au final, je me suis tapé quelques intervalles, ce que je n’aurais pas pu faire dehors. Sauf que maudit que c’est plate, courir sur un tapis !  Ce n’est pas normal d’avoir besoin d’une télé pour se distraire quand on fait du sport.  À tous ceux qui s’astreignent à cette tâche régulièrement, chapeau bien bas.

Le Grand défi – Souper avec un couple d’amis et leurs enfants samedi le 10. Nathalie, enseignante au secondaire, m’avait averti : « Je vais avoir un grand service à te demander. »  Je me demandais bien ce que je pourrais faire pour elle.

Toujours impliquée dans son école, elle et un de ses collègues se sont lancés dans l’aventure de motiver et d’entrainer un groupe d’élèves en vue du Grand Défi Pierre Lavoie – la course au secondaire, course qui consiste à courir pendant 30 heures à relais, sans arrêt.

En début de projet, ils discutaient ensemble et mon « cas » est venu sur le sujet, Nathalie me présentant comme le parrain de sa fille, un gars qui « court beaucoup », glissant au passage une course que j’avais faite dans les sentiers à Bromont. Son collègue, qui avait pris part à la course de 12 km cette fin de semaine-là, de demander : « Frédéric Giguère ?  Tu connais Frédéric Giguère ?!? ». Hein, il y a quelqu’un qui me connaît ?!?  Je veux dire, à part dans le milieu des freaks en mon genre, il y a vraiment du monde normal qui me connaît ?  Le pire, c’est que mon amie, bien qu’on se connaisse depuis une vingtaine d’années, n’était même pas certaine de mon nom de famille !  🙂

Arrive le service qu’elle voulait me demander. Serais-je disponible pour les aider ?  Bien sûr. Pour faire quoi au juste ?  Parler aux étudiants, les motiver, courir avec eux…

Bon, pour ce qui est de parler, surtout si c’est devant un groupe de façon formelle, je vais laisser ça à quelqu’un qui est meilleur que moi là-dedans… comme dans la course d’ailleurs (Joan, c’est de toi que je parle; si tu n’as pas été contacté par un certain Éric, ça ne saurait tarder). Mais courir avec eux pour les motiver les soirs de semaine ou les samedis ?  N’importe quand !

J’attends donc la suite des choses. Contribuer à faire bouger nos jeunes, ce ne sera pas qu’un plaisir, ce sera un honneur. Et tant qu’à y être, les accompagner lors du défi ?  Je ne dis certainement pas non.

Les deux ordis – Dimanche le 11, 18h50. Dans à peine 10 minutes allaient ouvrir la deuxième vague d’inscriptions en vue du Vermont 100, le seul grand 100 miles de l’est du continent. Ignorant combien de places étaient disponibles suite à la première vague à laquelle je n’avais pas accès, j’étais prêt: non seulement l’Internet Explorer de mon ordinateur personnel était déjà à la bonne page, celui de mon ordinateur de bureau y était également, au cas où mon débile léger choisisse ce moment précis pour faire des siennes. Je ne voulais pas prendre de chance.

Après avoir cliqué à répétition sur le bouton « Rafraîchir » à l’approche de l’heure H, j’ai remarqué un changement sur la page d’inscriptions. Enfin !

Déception : les inscriptions n’étaient ouvertes que pour la liste d’attente. Ils avaient rempli le contingent de coureurs juste avec les privilégiés de la première vague ?  Shit…

C’est donc à contrecœur que je me suis mis à remplir le formulaire, question d’au moins inscrire mon nom en haut de la liste d’attente. Puis, avant de confirmer le tout (je ne sais pas pourquoi j’ai fait ça), je me suis tourné vers l’autre ordi pour faire un autre « Rafraîchir ». Et miracle, les inscriptions pour la course étaient ouvertes !!!

Ne comprenant pas trop de quoi il en retournait, je me suis empressé de remplir les petites cases. Mon cœur battait la chamade  et sur le coup, je me suis vraiment senti niaiseux de m’énerver autant juste à l’idée de participer à une course. C’est que j’y tenais vraiment. Mais bout de viarge, c’était juste une course !

Puis, quand j’ai fait « Checkout », c’était confirmé : j’étais inscrit.

Pour la petite histoire, il y a eu un problème avec le système à l’heure où les inscriptions ont été ouvertes, ce qui explique les bizarreries du début. L’organisation s’en est d’ailleurs excusée. Mais le plus important est qu’à 4 heures du matin le 18 juillet prochain, je serai quelque part dans un trou perdu du Vermont, avec 300 de mes congénères. Et jamais je ne souhaiterai être ailleurs à ce moment-là.

Le Dow Jones – Ça fait des années que je ne suis plus la bourse. Mais lundi le 12, j’ai fait une exception. La raison ?  Ma participation à un autre 100 miles prestigieux, le Massanutten Mountain Trails 100, en dépendait.

Quel rapport vous demandez ?  C’est que le processus de sélection du contingent de coureurs pouvant participer à cette épreuve est assez particulier. Ne voulant pas soumettre ces pauvres petites bêtes au stress d’une inscription de type « premier arrivé – premier servi » comme le Vermont 100, l’organisation utilise le principe d’une loterie.

Sauf qu’au lieu de piger les noms des 208 chanceux en faisant un tirage classique, ils procèdent autrement. Ainsi, les fêlés comme moi qui désirent prendre part à cette épreuve ont quelques jours en début janvier pour signifier leur intention. Quand ils le font, ils reçoivent un numéro à 3 chiffres généré aléatoirement, numéro qui sera utilisé pour décider s’ils sont « gagnants » à la loterie ou pas.

Et comment se fait le « tirage » ?   En se basant sur les trois derniers chiffres de l’indice Dow Jones à la clôture des marchés, le 12 janvier. Ce numéro donnait le point de départ où on commençait à sélectionner les participants à partir de la liste des inscrits. En se basant sur d’autres variables, comme si lesdits 3 derniers chiffres ont été attribués ou pas et si le marché était à la hausse ou la baisse, l’organisation sélectionnait les 208 personnes autorisées à s’inscrire officiellement. Les autres se retrouvaient sur la liste d’attente, selon un autre système de priorités.

Compliqué ?  Un peu. Si vous voulez les détails, ils sont expliqués ici. Mais au final, j’ai eu le bonheur de constater que je fais partie de la liste des heureux élus, tout comme mes compagnons Joan, Pierre, Pat et Denis. Et je compte bien me prévaloir de ce privilège le 1er février prochain, lors de l’inscription officielle.

J’ai donc deux 100 miles officiellement inscrits à mon calendrier, moi qui doutais de mes capacités à en faire un il n’y a même pas un an de ça. Va falloir que je me mette à faire un petit peu de dénivelés d’ici là, je pense… 🙂

Quarante-quatre

Quarante-quatre. C’est le nombre de fois que la terre a fait le tour du soleil depuis ma naissance. Le chiffre me semble énorme. C’est deux fois 22. Il y a 22 ans, j’étais à l’université, époque qui ne me semble pourtant pas si lointaine… Le jour de ses 44 ans, Bourassa n’était même plus premier minstre du Québec (pour la première fois en tout cas). Quant à Kennedy, il était déjà à la Maison-Blanche. Wow, ce que je peux être vieux…

Karnazes avait cet âge quand il a fait son 50-50-50, alors inspiré par lui, je me suis dit que j’allais célébrer ça en grande: 44 kilomètres au mont St-Bruno. Au diable les programmes d’entrainement du marathon qui nous limitent à 32 (programmes que je ne suis plus depuis belle lurette de toute façon) !  Il faisait froid ?  Il ventait ?  So fucking what ?  Ça fait plus que trois mois qu’il fait froid et qu’il vente, je n’allais pas me laisser arrêter par ce léger détail.

Comme on dit, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Après quelques hectomètres, j’ai dû me rendre à l’évidence: la surface n’était peut-être pas adéquate pour y courir plus qu’un marathon. Les températures plus douces des jours précédents avaient transformé la neige tombée mercredi-jeudi en belle slush qui s’était empressée de se métamorphoser en glace lors du retour des froids polaires (bon, j’exagère, je sais…). De la glace très raboteuse et bien dure. J’avais beau porter mes crampons, c’était plutôt casse-gueule. En plus, les chevilles, les genoux et les hanches étaient sollicités comme jamais ils ne le sont sur la route ou même, en sentiers.

Je ne cessais de me répéter la maxime de Seb: “Il faut accepter d’aller moins vite”. En fait, ce n’était pas si difficile si je voulais éviter de me péter la marboulette dans les descentes ou même sur le plat. Je réussissais tout de même à faire monter le compteur. J’étais rendu à 22 quand un préposé du parc m’a arrêté pour une vérification de “titre de transport”.

Non, ce n’était pas mon super conducteur de pick-up préféré… Heu, tu me niaises, Chose ?  Il ne me niaisait pas. Je l’ai, ma petite carte, mais elle est loin, dans ma veste d’hydratation, seul accessoire qui m’accompagne en tout temps quand je viens ici. Sauf que par grand froid, j’enfile ladite veste sous mon coupe-vent, question d’éviter que le tube gèle.

Rien à faire, fallait que je lui montre ma petite carte. Je devais avoir l’air du gars qui essayait d’étirer le temps dans l’espoir que le préposé le croit sur parole… Commence par enlever la Garmin, puis enlève le coupe-vent. Garroche le coupe-vent par terre, entends la Garmin qui démarre. Cherche la Garmin pour l’arrêter. Trouve la Garmin. L’arrête. Enlève la veste d’hydratation (parce que bien sûr, la petite maudite carte n’était pas dans les poches avant, ça aurait été trop simple !). Commentaire du préposé: “C’est vrai qu’elle est loin…”. Ouais et moi je suis trempé de sueurs et en train de congeler au vent parce que je suis en train de me foutre à poil. Criss d’hiver !

Finalement, le Saint Graal était là où je pensais (j’ai douté quelques instants). 15 secondes plus tard, la vérification était faite et on me la remettait. Tout ça pour ça ?  Tabar… !

Mais bon, je ne me suis pas laissé démonter par cet incident et ai poursuivi mon chemin. Oui, il faisait froid et c’était venteux, mais le soleil de mars faisait son oeuvre. En fait, c’était une foutue belle journée !  Autour du 33e, mon genou gauche s’est mis à se lamenter un peu et j’ai décidé d’être sage. Mes jambes avaient assez travaillé pour la journée. Une petite boucle supplémentaire et j’allais plier bagage.

Au début de mon 37e et dernier kilomètre, je courais sur la piste de raquettes, en plein milieu d’un champ. Je sais que ce genre “d’illumination” m’arrive souvent et que je vous ai déjà fait part à plusieurs reprises sur ce blogue, mais ça m’a encore foudroyé: c’était fou à quel point je me sentais bien. Aucune âme qui vive en vue, le silence brisé par le seul bruit de mes pas sur le sol glacé, le soleil printanier qui réchauffait mon visage (après ça, le monde se demande pourquoi je suis bronzé à longueur d’année; duh !). Ça faisait plus de 3 heures que je courais et j’en aurais pris encore. J’ai écarté les bras et fermé les yeux, savourant ces moments magiques. Je n’existais pas, je vivais.

Certains ne voient pas d’autre façon que se saouler la gueule pour souligner le jour de leur anniversaire. D’autres choisissent d’aller se faire dorloter au spa. Pour ma part, je n’arrive vraiment pas à trouver comment j’aurais pu faire quelque chose d’autre qui m’aurait fait autant de bien et m’aurait donné autant de plaisir.

J’aurais donc dû…

J’en ai déjà glissé un mot, je commençais à en avoir vraiment marre de faire mes longues sorties du dimanche matin dans les petites rues pour « déjouer » le vent. Tanné de voir les mêmes quartiers résidentiels, fatigué de faire des interminables allers-retours nord-sud et/ou est-ouest en changeant de rue pour tenter de tromper l’ennui. Au bout de quelques semaines, ça ne marchait plus.

L’hiver québécois a beau s’éterniser, je l’ai envoyé paître hier soir: j’ai décidé que j’allais faire ma longue sortie dans mon terrain de jeux, au Mont St-Bruno. Les pistes de raquettes et de randonnée pédestre étaient probablement encore durcies par le froid et il y a toujours le sentier Seigneurial qui fait 7 km de long et qui est accessible. Je pourrais certainement me débrouiller là-dedans.

Dès les premiers kilomètres, la phrase m’est venue à l’esprit: « J’aurais donc dû… » comme dans « J’aurais donc dû revenir ici avant ! ».  Après ma petite virée au mont Royal jeudi, je retrouvais pour la deuxième fois cette semaine le plaisir de la course en sentiers. Les enchainements montée-descentes, la tranquillité de la course en forêt, l’air pur, le silence brisé seulement par le bruit de mes pas sur le sol. Ha, le bonheur…

Tout en courant, je pensais à Pierre, Pat (qui n’y est finalement pas allé, victime d’une grippe) et Denis qui tournaient en rond quelque part à Vaudreuil, à mon « record » qui était probablement en train de tomber et j’étais plus que convaincu d’avoir pris la bonne décision, soit celle de ne faire qu’une seule course intérieure cet hiver. Car j’étais bien, aux oiseaux même. Quoi que ceux sur place n’ont pas tellement apprécié que je m’arrête pour les observer, une mésange se permettant un avertissement à 2-3 pouces de mon nez. Baveux pour sa grosseur, celui-là !

Au final, 34 km et beaucoup de travail en montée (par contre, les descentes en hiver, bof…). Boston ne me surprendra pas deux fois.

Une sagesse qui va rapporter ?

En fin de semaine, ma douce moitié m’a laissé entendre que je n’écrivais plus aussi souvent qu’avant. Bon, Madame me réclame maintenant !  😉  Je lui ai fait comprendre qu’en février, il ne se passait pas grand chose côté course/entrainement et que je risquerais de me mettre à radoter si je devais encore une fois aborder le sujet de la course hivernale, même si ça demeure une source intarissable de chiâlage de ma part.

Petite anecdote cependant. Ma belle-maman a un peu freaké en lisant le blogue de Pat, se demandant si j’ambitionnais moi aussi de faire l’UTMB un jour. Ben, heu… oui, pourquoi pas ?  L’UTMB, c’est le Marathon de Boston de la course en sentiers, ce serait cool de pouvoir dire que j’ai fait les deux, non ?  Mais bon, une étape à la fois. Tout d’abord, une bonne base d’ultras plus courts (ok, moins longs): 60k, 80k (50M), 100k, etc. Puis des 100 milles, pour voir si je suis capable, si j’ai bien appris et si j’aime ça (je sais que je vais aimer, je suis nono de même). Chaque chose en son temps.

En attendant, ça fait 2-3 semaines que je traine un malaise à la hanche gauche. Rien de bien grave, pas assez pour m’empêcher de courir en tout cas. Je commence à boitiller dans les heures qui suivent la course, puis ça se replace tranquillement… pour revenir après la sortie suivante. Quand je cours, je ne ressens rien.

Sauf dimanche, où ça a pris un bon 7-8 kilomètres avant que ça se réchauffe assez pour que je n’y pense plus. Des intervalles la veille d’une longue sortie, ce n’est peut-être pas l’idée du siècle, je l’accorde. J’ai commencé à me rendre compte que ma foulée en était affectée. Préoccupant. Ajoutez à ça un tendon extérieur du genou gauche qui s’est mis à émettre des plaintes lui aussi autour du 30e kilomètre de ma sortie dans les rues de ma petite ville (en passant, je commence à vraiment en avoir ras le pompon de virailler dans les rues; je suis tanné de l’hiver, vous en avais-je déjà parlé ?)

Bref, j’ai eu un éclair de sagesse et ai pensé laisser à ma vieille carcasse la chance de récupérer un peu: j’ai décidé hier de “sauter” ma sortie de vitesse prévue aujourd’hui. Décision qui n’a pas été facile à maintenir car la hanche ne dit presque plus rien et le genou jase encore moins. J’essaie de voir ce repos pas tellement forcé comme un investissement.

J’espère qu’il être payant…