Marathon de Magog: une bien belle journée

Octobre 2007. Suite à des contacts initiés un peu par hasard, 5 grands chums du secondaire, dont moi, se retrouvent pour une journée entre gars. Parmi eux, mon ami d’enfance Sylvain que je n’ai pas vu depuis presque 10 ans. Il n’a pas changé d’un poil sauf… son tour de taille. Il dépasse maintenant les 200 livres et sa forme physique laisse à désirer… Ça fait bizarre de le voir gras, lui qui était aussi mince que moi dans le temps.

Octobre 2012. Cinq années ont passé et les grands chums se voient maintenant assez régulièrement. Aujourd’hui le 28, journée spéciale: Sylvain, qui est peut-être dans la meilleure forme de sa vie, en est à sa premère course officielle. Il fera le demi-marathon dans le cadre du Marathon de Magog. Pour l’occasion, Louis et moi l’accompagnerons.

L’arrivée sur le site se fait rondement. Le stationnement est spacieux et le service de navettes est efficace. Sur les lieux, nous rencontrons  Christian, un collègue de travail à moi. L’ambiance est relaxe, la température, parfaite: frais et vent nul. Louis, nouvellement papa, n’est pas tellement confiant: il s’est blessé en s’entrainant et lors des deux autres courses qu’il a faites par le passé, la même blessure l’avait ralenti. Et comme on dit, jamais deux sans trois…

Guylaine, une amie de Louis qui fêtera ses 40 ans demain se joint à nous pour un petit brin de jasette. Elle aussi fera le demi et si je comprends bien, ce sera aussi une première pour elle. Le monde de la course accueille des adeptes à chaque jour, on dirait !  🙂

C’est la première fois qu’une telle épreuve est organisée ici et je dois dire que c’est plutôt réussi. Une tente pour le dépôt de sacs, une tente pour la remise de dossards, beaucoup de toilettes. De plus, il semblerait que les douches de l’école juste à côté seront disponibles après la course. Oui, vraiment bien pour une première.

Les trois amigos (Fred, Louis et Sylvain) avec Guylaine avant le départ

Après une certaine attente, nous nous dirigeons vers le lieu de notre départ, qui est situé dans la rue, pas très loin. Mais avant nous, ce seront les marathoniens qui s’élanceront. Comme il était spécifié à l’origine que le marathon consistait en deux fois le parcours du demi et que les deux courses partaient en même temps, j’avais envisagé de faire un premier demi avec Sylvain, puis d’en faire un deuxième seul. Heureusement que j’ai changé d’idée, car non seulement le départ n’est plus en même temps, mais les parcours diffèrent également légèrement. Aussi bien dire que je n’aurais pas vu mes chums de la journée.

Départ du marathon. J’aperçois les coureurs qui s’approchent et qui vois-je aux avant-postes ?  Sébatien Roulier, celui-là même qui a terminé deuxième au Vermont 50 !  Et comme ils sont 2 ou 3 avec lui, ça veut dire qu’il y a tout de même de très forts coureurs dans cette course. Moi qui me disais que j’aurais probablement pu bien me classer, vu le faible nombre de participants…

Bon, notre tour maintenant. Sylvain ne semble pas trop nerveux. Louis et Guylaine, le semblent toutefois un peu plus. C’est parti !  Et ça commence en montant. Ouin, ils sont raides, les organisateurs… Je suis Sylvain à la trace, prenant bien soin de ne pas dicter le rythme. Je ne suis pas là pour lui imposer une cadence, mais plutôt pour l’accompagner.

Le premier kilomètre parcouru en 5:30 se fait en majorité en montant. Sylvain avance bien, semble détendu. Suit par après une longue descente et nous prenons de la vitesse, si bien qu’après 2 kilomètres, notre moyenne est descendue sous les 5:00/km. Une chose m’a frappée dès le début: maudit que c’est beau ici !  La vue sur la montagne, le lac derrière nous… Je n’ose pas imaginer ce que ce serait si les arbres étaient encore de toutes les couleurs !  J’en glisse un mot à Sylvain, mais il ne semble pas vouloir trop jaser. Je comprends ça.

Tiens, Louis ne suit plus. Merde, s’est-il déjà blessé ?  Nous avons perdu Guylaine aussi. Nous sommes sur le plat ou à peu près et Sylvain tient la cadence. Je lui fais la remarque, mais sans plus: pas trop vite, la course est longue… Arrive une montée et qui revoilà ?  Louis qui s’était préservé dans la descente et qui nous a recollés dans la montée. Il nous annonce une grande nouvelle: il porte des bas de compression, mais ses mollets sont tellement minces qu’ils ont… « ravalé » pour parler en bon Québécois ! Méchante compression !  On la rit ensemble.

La montée commence à faire sortir Sylvain de sa zone de confort. Oups… Merde, déjà ?  Après 5 kilomètres, une belle descente comme je les aime s’offre à nous: longue et juste assez raide. Je demeure avec mes compagnons quelque temps, puis m’excuse, c’est trop tentant: je me lance dedans comme un enfant. Ha que je m’amuse !  Mais bon, je ne suis pas là pour ça et après quelques centaines de mètres, j’attends mes amis en trottinant.

Au bas de la descente nous attend une piste cyclable et on peut dire que le fun commence pour vrai. Parfois en terre, parfois en asphalte, parfois dans le bois, parfois sur le bord du chemin, elle est très changeante sauf sur un point: son relief est accidenté.  Certaines côtes, bien que pas tellement longues, sont très abruptes. Après deux ou trois, j’entends le moral de Sylvain tomber dans ses talons. Autour du 8e ou 9e kilomètre, je lui fais remarquer que ce n’est pas interdit de marcher. Disons qu’il comprend assez vite le message…

Mais je commence à m’inquiéter. Notre cadence moyenne est maintenant autour de 5:10/km (ce qu’il visait, mais aurait aimé faire 5:00…) et je sens qu’il se fatigue. Que puis-je faire ?  J’essaie de le distraire en lui parlant des filles autour (il y en a des vraiment jolies), mais ça ne marche pas tellement. Puis on se retrouve sur le chemin d’un monsieur qui court vraiment bizarrement. Je l’ai déjà vu quelque part, une telle façon de courir… Il se tient le corps tout raide et avance un peu comme s’il était un moulin à poivre ou peut-être la réincarnation d’Axl Rose: en faisant des rotations horizontales des jambes et du haut du corps. C’est inoubliable, un tel style. Au bout d’un certain temps, j’allume: Marathon de Montréal 2007, mon premier marathon, groupe de 3h45. Il n’y a pas à dire…

Je raconte tout ça à Sylvain, mais il est dans sa bulle. Depuis le début, il a eu un point entre les omoplates et maintenant, il commence à avoir des reflux gastriques. Merde, que faire ? Les côtes vont l’achever si ça continue. Je lui offre ma barre énergétique, des gels, au cas où. Mais avec raison, il refuse, ne sachant pas comment son système va réagir. À un point d’eau (il y en a vraiment beaucoup, c’est très impressionnant), je prends des bretzels et lui en fais part, question de lui suggérer, par la bande, genre…

À partir du 13e kilomètre, je commence à lui dire que la fin est proche, mais on dirait qu’elle ne l’est pas assez à son goût. Shit, c’est quoi l’idée que j’ai eue de lui faire faire ça ?  Le parcours est vraiment difficile, plus difficile que le lac Brome. Rien à voir avec le Vermont 50, mais quand même…

Dans la partie qui longe l’autoroute, on frappe une autre montée et Sylvain appelle une pause-marche. Je m’arrête et presque aussitôt, un gars passe tout près de moi et me demande de me tasser sur le côté. Je ne sais pas si ce sont les paroles ou le ton ou le fait que sa face ne me revient pas (bien que je ne lui vois pas la face, alors ça ne doit pas être ça…), mais le sang ne me fait qu’un seul tour. Ha ben sacrament, es-tu en train de me dire que je ne sais pas courir, du con ?

Je m’excuse (encore) auprès de Sylvain et pars après le gars que je rattrape en deux temps trois mouvements. Non mais, j’ai fait 50 milles dans le bois avec des vélos autour de moi et personne ne m’a dit que j’étais dans le chemin, ce n’est pas un gars qui souffle à faire du 5:30/km ici qui va me dire comment courir, bout de viarge !  Je commence donc mon manège totalement, mais totalement immature (ce qu’on peut être niaiseux les gars quand on s’y met): je le dépasse en le collant bien comme il faut, puis ralentis pour le laisser passer. Puis je recommence. Passe à gauche, puis à droite. J’envisage même une poussée et quelques insultes, me disant qu’il a beau être plus costaud que moi, il est fatigué alors que moi, je me promène. Au pire, je le sèmerai à la course… Oui, un vrai de vrai comportement mâle: moi plus fort que toi, moi courir plus vite que toi, moi pisser plus loin que toi. Pathétique. Je me rends compte de la stupidité de mes actions, retrouve mon calme et mon ami. Mais pourquoi je fais ça, donc ?

Si ça a distrait Sylvain, il ne m’en glisse pas un mot et nous poursuivons notre chemin. C’est toutefois avec un certain bonheur que nous dépassons ma face à claques préférée définitivement au 16e kilomètre. Peu avant de repasser au-dessus de l’autoroute, Sylvain prend un gel. J’espère que ça va l’aider. Un peu plus loin, nouvelle montée… et nouvelle pause. Je continue en marchant, l’incitant à toujours avancer. Surtout ne pas arrêter. J’essaie de l’encourager: moins de 5 km, on y est presque !  Pas certain que ça porte fruit. En tout cas, le gel n’a pas fait exploser son énergie…  Un tata sur le bord du chemin me regarde droit dans les yeux et me dit de ne pas lâcher, qu’on achève. Heu, le langage non-verbal, ça te dit quelque chose ?  C’est mon chum que tu dois encourager !

Juste avant une descente dans un sentier, je me lance dans le bois pour une pause-pipi. Pas besoin de dire à Sylvain de continuer, il a définitivement décidé de ne pas m’attendre. Good. Quand je reprends ma route, je ne le vois pas au loin. Je m’élance donc dans la descente à bonne vitesse, passant plusieurs personnes qui doivent bien se demander d’où je sors. Finalement, je rejoins Sylvain qui ne réagit pas à mon retour. Ouais, je pense que la course a changé mon vieux chum qui a l’habitude d’être légèrement plus expressif…

Nous arrivons à un point d’eau où Louis nous attend. Il avait décidé de prendre de l’avance sur nous dans les montées, question de pouvoir faire les descentes plus lentement. Nous repartons à trois dans un sentier qui me rappelle le mont St-Bruno, puis aboutissons sur une passerelle en bois: c’est ce qu’ils appellent le marais. Wow, vraiment chouette !  Un gros sentiment de jalousie s’empare de moi: il y a du monde qui ont un tel parcours pour s’entraîner… tout près de chez eux ?  Bande de chanceux !!!

Je cours derrière Sylvain quand je remarque qu’il se tient dangereusement sur les bords de la passerelle. Je lui fais remarquer de faire attention, que lorsqu’on est fatigué, il arrive qu’on soit moins vigilant… Sa réponse: « Comment ça, fatigué ?  Veux-tu dire que je suis fatigué ?!? ».  Ha, mon chum est revenu !  🙂

Mais oui, il est fatigué. Même si tout est plat ici, il doit s’arrêter pour marcher un peu à deux rerises. Allez Sylvain, 3 km. Dans 15 minutes, tout sera terminé !  Ça lui donne un petit boost et on repart. Nous sortons du marais et arrivons au stationnement où nous avons laissé l’auto. Sylvain blague qu’il veut reprendre la navette. C’est bon signe. Kilomètre 19, plus que deux. Mais il reste la dernière butte à monter et celle-là est comme un coup de poignard. Sylvain s’arrête à nouveau. Louis lui demande ce qu’il a. Réponse: plus d’énergie. Shit, j’aurais dû lui donner un gel full caféine tantôt… Allez, un petit coup de coeur, on est avec toi !

Comme il n’est vraiment pas du genre à lâcher, nous reprenons la course. Peu avant le 20e kilomètre, un monsieur nous crie qu’il n’en reste plus que deux. Hé là, donne-lui donc un coup de bat de baseball dans les jambes, tant qu’à faire !  Nous la rions plus qu’autre chose et poursuivons la montée. Un peu plus loin, un concert de casseroles nous attend. Les jokes sur les carrés rouges et Pauline Marois commencent à sortir. En passant devant eux, Louis les avertit de se tenir sur leurs gardes:  la matricule 728 s’en vient. Comme durant notre jeunesse, il a ce don pour le timing…

Une fois rendus en haut de la dernière côte, Sylvain a vraiment hâte que ça finisse. Plus que 400 mètres, 2 minutes… Il commence à avoir pas mal de spectateurs, je cherche Marie-Josée, sa copine et les enfants du regard, au cas où… Quand on aperçoit l’école, je commence à lancer des encouragements à Sylvain, comme j’avais fait pour Maryse au Lac Brome l’an passé. Je ne sais pas si c’est ça ou la simple vue de l’arrivée, mais on dirait que le feu lui prend au derrière. Il accélère subitement, tellement que j’ai de la difficulté à le rejoindre. M’entendant à ses côtés, il accélère de plus belle et ça prend tout mon petit change pour revenir à sa hauteur. Je ne peux arrêter de rire: mais d’où ça vient, cette énergie-là ?  C’est avec un grand sourire que je franchis l’arrivée. Chrono: 1:56:50, 5 minutes de plus que ma prédiction. Mais on s’en fout, il a réussi !

Ensemble à l’arrivée

Ha l’arrivée, quel endroit merveilleux !  🙂  On se félicite mutuellement, heureux d’avoir vécu ça ensemble. À peine avons-nous nos médailles autour du cou que j’aperçois Marie-Josée. Le merveilleux sourire de sa blonde: priceless !  Marie-Pierre et Audrey serrent leur papa contre elles, Jonathan, le fils de Marie-Josée, se joint à eux. Quelques photos pour immortaliser le tout: le plus beau moment de la journée !  🙂

Tu as de quoi être fier: toutes mes félicitations Sylvain !

Le tout s’est terminé par un dîner chez Louis où on a pu voir la binette de la petite Léa. Je ne sais pas pourquoi, mais Sylvain n’a pas eu de difficulté à avaler sa lasagne…  😉

Et puis les boys, on remet ça l’an prochain ?  Au Scotia Bank ?  C’est un petit peu moins accidenté…

Advertisements

3 avis sur « Marathon de Magog: une bien belle journée »

  1. Toutes mes excuses, si je n’ai pas été bavard durant la course, ce n’est pas par manque d’intérêt à votre égard. Je ne sais pas quelle mouche m’avait piqué dans les derniers 100 m mais si elle m’avait plus tôt, je l’aurait eu mon 5:10 /km. Je ne dis pas non pour une reprise l’an prochain… on verra !!
    Sylvain
    😉

    • Hé Sylvain, tu n’as vraiment pas à t’excuser ! Je sais c’est quoi, ne pas être au top durant une course et dans ce temps-là, la dernière chose dont on a envie est une petite jasette. J’espère juste que je n’ai pas été trop achalant…

  2. Ping : En direction du parc Lafontaine | Le dernier kilomètre

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s