« Salut monsieur. Vous allez bien ? »

J’étais étendu sur le sol, dans un endroit isolé de la station de métro Longueuil. J’avais un pied posé sur une colonne de soutien et l’autre en position d’étirement pour mon fessier. Des dames d’âge mûr venaient de passer tout près et m’avaient regardé avec un drôle d’air avant d’aller parler au gentil gardien de sécurité. Celui-ci était tout suite venu vérifier auprès de moi.

Une niaiserie m’a (évidemment) brûlé les lèvres, du genre « Si vous considérez que courir 25 km avant d’aller travailler, c’est bien aller, alors oui, je vais bien » ou « Physiquement, je pense que ça va, c’est mon mental qui m’inquiète », mais j’ai décidé de laisser faire. S’il avait fallu qu’il me prenne au premier degré…

« Oui oui, ça va très bien. Je fais seulement mes étirements. »  Il m’a souri et est reparti faire sa ronde. Je ne suis pas certain qu’il ait compris ce que je faisais, mais l’important pour lui, c’était que je sois correct. Le reste… C’était sympa de sa part d’être venu s’enquérir de mon état de santé.

Ceci dit, je me pose parfois, en fait, souvent la question: suis-je sain d’esprit ? J’ai beau aimer courir, mais au point de décoller de la maison alors qu’il n’est même pas 6 heures, qu’il fait noir et par un froid de canard (ce n’était pas le cas ce matin-là, mais bon…) ?  Je regardais passer la foule, les milliers de personnes qui venaient de descendre des autobus et se dirigeaient vers le métro et je me disais que je n’étais pas normal, que je devais certainement avoir quelque chose de dérangé. Pourquoi donc ne suis-je pas comme eux ?

Puis je me suis dit que si un médecin pouvait se taper le mont Orford à la noirceur en plein hiver ou qu’un développeur informatique faisait quotidiennement l’aller-retour Longueuil-centre-ville à la course hiver comme été, je pouvais bien me rendre au métro en courant une fois par semaine avant d’aller travailler, non ?  Et tant qu’à faire, pourquoi pas deux fois ?  😉

En fait, je ne crois pas être dérangé. Différent ?  Oui, peut-être. Mais à regarder autour de moi, on dirait bien que je ne suis pas seul…  🙂

 

Publicités