Aux puits ou au garage ?

En langage de hockey, on dirait que je suis « blessé au bas du corps ». J’ai reçu les premiers signes samedi le 6, une semaine après l’Ultimate, pendant que je courais à vive allure dans les sentiers sur le bord du fleuve. C’était comme un pincement derrière le genou. Je n’en ai pas fait de cas, le genre de petit bobo qui arrive souvent.

Le lendemain, au Mont St-Bruno, j’avais un 30 km au programme. Le pincement est revenu dans la descente vers St-Basile. Constatant que ça continuait à “chatouiller” surtout dans les descentes, j’ai décidé de ne pas faire les côtes de l’antenne de télécommunications et du centre de ski. Et j’ai terminé par le sentier rustique, plus plat.

Je me disais qu’avec une journée de repos, tout irait pour le mieux le mardi. Erreur. Dès les premières enjambées, c’est revenu. Au bout de 10-12 km, je sentais clairement la douleur provenant de ce que je pense être un tendon (mais c’est peut-être un ligament, je suis nul en anatomie). Et dès que j’arrêtais, la douleur s’estompait. Bizarre.

J’ai décidé de “sauter” ma sortie du jeudi et reprendre le tout samedi. Je pensais bien qu’un petit 10 km à bonne allure, suivi d’un autre plus tranquille avec mon amie Maryse, ce serait bien correct pour tester le genou. Au début, ça allait bien, mais après 5 km, c’est revenu, au point que j’ai dû arrêter. Dans une descente, évidemment. Après quelques petits massages, j’ai fini par reprendre et terminer ma tournée. Le tour avec Maryse s’est bien déroulé, mais je faisais très attention dans les descentes (nous avons rencontré Pierre Lequient, un ultrarunner qui était en préparation pour le VT100; je ne sais pas si un jour je vais en croiser un qui n’est pas sympathique…).

Puis hier, c’était le Mont Royal. Avec la chaleur, je voulais prendre ça vraiment relaxe de toute façon, alors je me suis mis à courir à petits pas et à un rythme modéré. Après 10 km, toujours rien, je me croyais sorti d’affaire. Puis c’est revenu progressivement, jusqu’à faire très mal dans une descente, bien évidemment. J’avais 14-15 km de faits, j’étais au sommet et ma voiture… en bas. J’ai dû emprunter le chemin Olmsted (sacrilège !) et descendre en marchant ou trottinant, pendant que je me faisais dépasser à tour de bras par des coureurs infiniment moins rapides. Frustrant vous dites ?

J’ai contacté ma super-chiro qui croit bien savoir quel est mon problème et pense pouvoir régler ça assez facilement. Sauf un petit détail: le prochain trou dans son horaire est le 30 juillet !  Shit…

En attendant, je fais quoi ?  Suis-je simplement arrêté aux puits pour des ennuis mineurs ou dois-je entrer au garage ? Au moins, je ne ressens aucune douleur sur le vélo, alors je n’ai pas à me taper le train de banlieue par cette chaleur. Pour le reste, je vais procéder à un autre essai cette semaine, en courant doucement, avec un bandage autour du genou. On verra bien si ça fonctionne. La prochaine compétition est dans plus de 7 semaines, j’ai encore du temps devant moi.

Je me console en me disant que j’aurais pu être inscrit au Vermont 100 qui a lieu ce week-end. Si ça avait été le cas, je pense que j’en aurais pleuré…

Advertisements

2 avis sur « Aux puits ou au garage ? »

    • Je soupçonne également une tendinite. Je sais que je dois me tenir tranquille, mais c’est tellement difficile… J’ai la bougeotte. Au moins, il fait chaud, alors c’est un petit peu moins tentant de « tricher ». 🙂

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s