Matin de semaine

Lu sur l’enseigne extérieure: « Boot camp urbain ». C’est quoi quoi ça, un boot camp urbain ?

Je viens de dévaler de la Gauchetière en sautillant. La neige qui couvrait les rues de notre petite banlieue ce matin n’est pas tombée en ville et il n’y en a plus vraiment qui reste de l’hiver qui s’achève. Mais cette rue, entre Beaver Hall et le quartier chinois est une véritable zone de guerre, alors je la cours comme un sentier. Tout juste avant Bleury, il y a ça. Le boot camp urbain.

Au travers la vitrine, j’observe la demi-douzaine de coureurs qui se tapent des intervalles sur des tapis roulants, les coups de sifflet d’un coach signalant les changements de cadence. Tout près d’eux, d’autres braves s’échinent sur des appareils qu’on retrouve typiquement dans un gym. Il n’est même pas 7 heures, le soleil commence à peine à montrer ses lueurs. Le slogan d’une pub de mon enfance me revient en tête : « Viens jouer dehors ! ». Dire que j’ai envisagé m’abonner à un gym cet hiver pour ménager mon fessier…

Ce matin-là, le thermomètre indiquait -2 degrés. 2 petits centimètres de neige étaient tombés durant la nuit. Pas de quoi fouetter un chat.

Après avoir complété mon échauffement (le seul que je ferai dans la journée, mea culpa)  et enfilé mon coupe-vent orangé-hyper-flashant de Boston 2014, j’ai pris ma frontale dont je n’avais pas vraiment besoin et un brassard réfléchissant. Le but: me faire voir dans la nuit. Une fois le sac Salomon (acheté originalement en vue de l’UTMB, il doit maintenant s’adapter à une autre « carrière ») contenant mon lunch du midi ainsi que quelques trucs utilitaires attaché sur mon dos, j’étais prêt à partir.

Bonne journée mon amour !  Pas de réponse. Elle s’était rendormie. Petit sourire en coin, j’ai éteint la lumière et suis sorti dans la nuit.

Tiens, vent du nord-est ce matin. J’allais l’avoir dans le dos. Premières enjambées un peu raides, mais ça allait mieux que la veille vu que je n’étais pas en lendemain « d’intervalles » (façon de parler). À peine 300-400 mètres franchis, premier obstacle en vue. C’est une situation que j’ai vécue mille fois. À une intersection, un véhicule est arrivé en trombe sur ma gauche. Sa vitesse et son angle d’approche ne laissaient aucun doute : le chauffeur allait à peine ralentir à l’arrêt obligatoire, jeter un œil rapide à sa gauche et s’il n’y avait rien, allait tourner à droite sans regarder. C’est précisément là où je me trouvais.

Déjà que nos rues sont conçues pour être utilisées seulement par des automobiles, quand les automobilistes agissent comme s’ils en étaient les seuls usagers…

Faut croire que je n’étais pas assez voyant. J’ai ralenti, attendu qu’il passe en lâchant quelques jurons, puis repris ma route. Prudemment. Parce que voyez-vous, il s’agissait de ma première sortie sur la neige depuis ma désormais fameuse débarque et comme je trouvais que ça semblait être luisant à certains endroits…

Coin Brébeuf, un pick-up est arrivé en même temps que moi à l’intersection. Lui, il ne pouvait pas me manquer, j’avais la voie libre pour poursuivre sans ralentir.

Erreur. Il est reparti aussitôt. Ben voyons, ne viens pas me dire que tu ne m’as pas vu, du con ! Heille le redneck, c’est-tu si forçant de garder le pied sur le break 2 petites maudites secondes ?!?   Vraiment pas mon matin. Enfin…

Sur la piste multifonctionnelle de la rue St-Laurent, j’ai retrouvé une certaine quiétude et ré-apprivoisé progressivement la surface. Devant, le petit tracteur de la ville poussait la neige. La piste serait dégagée… jusqu’au garage municipal. Après ?  Arrange-toi !

Ben non, ce n’était pas si pire, il n’y avait presque rien. De toute façon, je devais mettre le cap vers le sud et donc reprendre la rue. J’ai croisé un poids lourd qui lui, a remarqué ma présence et dévié sa trajectoire pour me laisser de l’espace. Je l’ai remercié en lui envoyant la main. J’ai pour mon dire que si on montre notre appréciation de leur comportement aux conducteurs, ils vont poursuivre dans la même veine et à long terme, le partage de la route se fera de manière plus harmonieuse. En tout cas, ça ne coûte pas cher d’essayer.

Après un petit arrêt pour cause de feu de circulation (faut bien traverser la route 132 à quelque part), c’était le faux-plat ascendant (quand on s’éloigne du fleuve, c’est normal que ça monte) dans les petites rues de St-Constant. Arrivé à l’école située à 500 mètres de la gare, vérification de l’heure.

5h47, 19 minutes avant le passage du train. J’ai prévu plusieurs parcours alternatifs selon l’heure de passage à ce point, définitivement que ça allait être un des plus longs ce matin…

Après plusieurs spaghettis dans le quartier résidentiel autour, je me suis retrouvé dans le stationnement de la gare avec 2 minutes d’avance. Le temps de marcher pour faire un petit cool down, le train se présentait.

Je prends toujours la première voiture et demeure debout, près de la porte. Mon objectif est double : éviter de trop figer et aussi, être le premier à sortir. Sans compter que je veux éviter de détremper les sièges…

Coup d’œil autour. L’être humain est un être d’habitudes: toujours à peu près les mêmes personnes, assises à peu près aux mêmes places. Ça fait quelque temps que je n’ai pas vu (et entendu) le moulin à paroles qui racontait les détails ennuyants de sa vie à tue-tête et je ne m’en plains pas. Il y a des gens comme ça qui ont le don de faire connaître à qui veut bien (et à qui ne veut pas) l’entendre les menus détails de leur quotidien. Tu sais, Chose, on s’en fout un peu de l’heure à laquelle tu te lèves ou ce que ton boss t’a dit/pas dit/redit hier…

Au bout d’une trentaine de minutes, tout près du terminus, comme à tous les matins, les plus pressés se sont précipités vers la sortie bien avant que le train s’immobilise. Ce qui fait que j’ai eu à contourner 3-4 personnes une fois descendu sur le quai. Le jour où ils en auront marre de se faire frôler par l’illuminé qui court à proximité des trains, peut-être finiront-ils par le laisser sortir en premier ?

Pas bol ce matin, un autre train est arrivé tout juste avant le nôtre. J’ai donc eu à éviter quelques personnes supplémentaires à l’intérieur de la gare en passant devant l’énorme poster d’un Carey Price affichant un timide sourire. Quand j’étais petit, je rêvais un jour d’aller voir jouer le Canadien au vieux Forum. Aujourd’hui, je prends à tous les jours un train qui arrive au centre Bell et honnêtement, le Canadien, gagne ou perd, bof…

Donc, après être passé en courant devant quelques-uns des buildings les plus imposants au pays, je me retrouve le nez collé à une vitre à me demander ce qui peut bien motiver ces gens-là. Comment font-ils ?  Probablement qu’eux se posent la même question quand ils me voient passer. Comment fait-il ?  Le froid, la neige, le vent… Faut croire qu’il y en a pour tous les goûts.

Le feu tourne au vert, je reprends ma course qui se terminera pas tellement plus loin au complexe Guy-Favreau, tout juste après être passé près de l’arche annonçant l’entrée du quartier chinois. De là, je peux me rendre au Saint-Siège, via le fameux Montréal sous-terrain. L’entrée principale étant toujours verrouillée à cette heure matinale, ça demeure le chemin le plus efficace pour me rendre à mon bureau. J’en profite pour effectuer un deuxième cool down à la marche.

Il est 6h50 quand j’arrive à mon poste. Bon, que s’est-il passé dans nos centrales cette nuit ?

Advertisements

De la route aux sentiers: deuxième partie

Ce soir, deuxième partie sur le thème « ce que j’aurais aimé savoir quand j’ai commencé à courir des ultras en sentiers ».

Ok, chose essentielle qu’il faut développer pour bien réussir son ultra: sa facilité d’adaptation. Car entendons-nous bien, sur la route, les courses durent habituellement  moins de 4 heures. Les conditions sont connues au départ et changent peu durant le déroulement de l’épreuve. On peut donc choisir son équipement (c’est-à-dire, son habillement et c’est à peu près tout) en conséquence. En ultra ?  Les courses sont parfois tellement longues qu’on peut souffrir d’hyperthermie et d’hypothermie… durant la même épreuve !  Ce qui fait que des petits détails peuvent créer une énorme différence. Comme choisir un réservoir plus grand pour transporter du liquide. Ou avoir un imperméable avec soi quand la pluie se met à tomber. Car c’est bien beau être en mesure de garder sa chaleur en courant, si ça se met à tomber alors qu’on est dans une section lente…

Il faut dire que les conditions météo viennent jouer un rôle de premier plan en ultra, pas mal plus que sur la route en tout cas. Voyez-vous, en général, les courses sur route (et particulièrement les marathons) sont organisées à des moments de l’année où les conditions sont habituellement favorables à l’effort physique, soient le printemps et l’automne. Bien sûr, il arrive que Dame Nature ait des sursauts et amène des températures chaudes quand on ne s’y attend pas vraiment, mais règle générale, tout est mis en place afin maximiser les chances de bonnes performances de la part des athlètes.

En ultra ?  On dirait que les organisateurs se disent que si on est assez fous pour se taper plus d’un marathon sur nos deux jambes, aussi bien nous rendre ça plus difficile encore. Tant qu’à faire. Ce qui fait que plusieurs courses sont organisées… en plein été. Je me souviendrai toujours, au moment où je suis sorti de la voiture la veille de l’Eastern States,  m’être demandé comment je pourrais bien être en mesure de faire 100 (102.9, en fait) miles sur mes deux pattes alors qu’il faisait 35 degrés avec une humidité avoisinant les 100%. Ben oui, en Pennsylvanie au mois d’août, tu t’attendais à quoi, du con ?

L’adaptation, c’est aussi apprendre à poursuivre malgré certains bobos: ampoules, irritations cutanées causées par le frottement répété (petit conseil messieurs: quand ça atteint les parties intimes, n’essayez pas le Deep Relief), quads détruits par les descentes, problèmes gastriques… Toutes des choses que je ne connaissais pas du temps où je ne faisais que du bitume. J’ai donc dû apprendre, quand c’est possible, à traiter ces bobos avec les moyens du bord. Ou à les endurer. De toute façon, ce sont des épreuves d’endurance, non ?  Mais l’idéal, c’est de les prévenir. Par exemple, en tentant de diminuer la longueur des enjambées dans les descentes pour sauver les quads. Sauf qu’il y aura toujours quelque chose, quelque part qui ne fonctionnera pas comme on l’avait anticipé. Faut vivre avec.

Dans un autre créneau, un grand principe que j’essaie le plus possible d’appliquer : toujours, toujours avancer. Comme ils disent en anglais: keep moving forward. C’est que voyez-vous, contrairement à la route où on attrape un verre au vol en passant en coup de vent aux points d’eau, la tendance est à prendre ça plus relaxe lors des courses en sentiers. On s’arrête, on se change, on regarde le « menu », on rigole avec les copains, on jase avec l’équipe de support. Et on a parfois le don de niaiser, comme on dit en bon français.

J’essaie donc de ne pas perdre trop de temps, autant aux ravitos qu’ailleurs. Les selfies et les vidéos en course, ce n’est pas le genre de la maison. Bien évidemment, quand je dois remplir mon réservoir ou changer de vêtements/chaussures, je prends le temps qu’il faut, mais j’essaie le plus possible de ne pas m’attarder. Je dois manger ?  Je prends des choses avec moi et je mange le tout en marchant. 5 minutes d’arrêt à chaque poste de ravitaillement, s’il y a 20 postes sur le parcours, ça fait 100 minutes au final. Si je peux en sauver ici et là…

Pour ce faire, il faut savoir se préparer avant d’arriver à un ravito. Donc, quand j’approche, j’essaie de faire une liste mentale des choses que j’aurai à faire. Ai-je besoin d’un remplissage ?  Qu’est-ce que j’ai le goût de manger ?  Est-ce que je prends un coupe-vent ?  Ou mes lampes frontales ?  Le but étant de ne pas perdre de temps inutilement tout en prenant soin de ne rien oublier dans la précipitation.

Évidemment, ce n’est pas infaillible et il m’arrive encore (trop) souvent de zigonner devant une table à ne pas savoir quoi prendre, puis de repartir en oubliant des trucs. Ça arrive surtout la nuit, quand on est fatigué et que le cerveau commence à se laisser aller.

Ha, la nuit… La belle affaire !  Quand elle se présente à nous, on a habituellement entre 12 et 16 heures de course dans les jambes et ce, après avoir peu dormi la veille. Bref, la fatigue commence à nous envahir. Ce qui fait que le cerveau devient… moins fiable, disons.

À la lueur des lampes frontales, les arbres et plantes de la forêt prennent des allures bizarres et produisent des jeux d’ombres… étonnants, je dirais. On finit par s’y habituer, à savoir que ce qu’on voit n’est pas vraiment la réalité, mais on y porte tout de même attention. Et on n’avance pas, Dieu qu’on n’avance pas !  Sur les portions de route, ce n’est pas si mal, mais dans les sentiers, surtout s’ils sont le moindrement techniques…

Le manque de sommeil, vous demandez ?  Pour ma part, c’est très variable. À Bromont, les deux fois j’ai traversé mes nuits sans avoir à combattre. Mais il m’est aussi arrivé d’avancer comme un zombie, luttant de toutes mes forces pour demeurer réveillé. Le pire que j’ai vécu s’est produit à Eastern States où je me sentais comme dans un cours de philo jadis: ça m’a pris tout mon petit change pour ne pas littéralement tomber endormi en plein milieu du sentier.

Quant à la peur du noir, ça dépend des gens. Un ultramarathonien m’a déjà confié qu’il avait abandonné son premier 100 miles parce qu’il avait eu la peur de sa vie durant la nuit. Moi, on dirait que je redeviens un adolescent et suis inconscient du danger potentiel. Les ours ?  Bah, les autres devant les auront certainement fait partir !  Un serpent à sonnette ?  Il doit être parti avec les ours…  Une blessure en pleine nuit ?  On trouvera bien un moyen…

Certains se demandent comment on peut bien faire pour demeurer en course aussi longtemps. Avant de le vivre, je ne comprenais pas moi non plus. Je me souviens m’être levé un beau samedi matin et être allé voir comment mes amis se débrouillaient à Virgil Crest, qu’ils avaient débuté quelques heures plus tôt. Je suis allé faire ma course matinale et suis revenu. Mes amis couraient encore. J’ai fait mes étirements, dîné, vaqué à mes occupations. Ils couraient encore. Le souper, la petite marche avec le chien, la douche, le petit film avant d’aller se coucher. Hé oui, ils couraient encore ! Et quand je me suis levé le lendemain matin, ils venaient à peine de terminer. Je n’en revenais tout simplement pas.

Eh bien voilà ce que j’ai appris depuis : quand on est dedans, ce n’est vraiment pas si pire que ça. On trouve même ça « normal ». On a une « job » à faire, on la fait, c’est tout. Et quand on fait quelque chose qu’on aime, le temps passe tellement vite, c’est fou.

Ça ne doit pas être la même chose pour les équipes de support. Dans le cadre des courses sur route, nos proches viennent parfois assister à nos « exploits » en tant que spectateurs, rien de plus. Ha, il arrive qu’on leur laisse un cossin ou deux en passant, mais à part ça… Il en est tout autre quand on fait un ultra. En effet, pour ceux qui ont la chance d’en avoir une, l’équipe de support peut jouer un rôle déterminant dans le déroulement d’une épreuve. Car non seulement sa présence nous permet de découper mentalement le parcours en sections plus courtes, mais elle nous assure également qu’on pourra disposer de toutes nos affaires à plusieurs endroits prédéterminés. Ceci permet au coureur de profiter de sa saveur de boisson sportive préférée tout au long de l’épreuve ou que s’il se produit un pépin, il n’aura pas à faire trop long avant de pouvoir régler son problème. Et ça, c’est très rassurant.

Mais ce que ça doit être long… Il m’arrive de quitter un ravito et de dire à mon équipe qu’on devrait se revoir « dans trois heures ». C’est presque la durée d’un marathon !  Si on compte un maximum de 30 minutes pour trouver le ravito suivant, ça fait quand même 2 heures et demi à tuer… J’avoue que ça m’impressionne et ça me met un peu mal à l’aise. Mais à chaque fois, les membres de mon équipe m’ont assuré avoir adoré l’expérience et bon, si mon père a toujours été de la partie, je me dis qu’à quelque part, il doit aimer ça !

Et si on n’a pas d’équipe de support, on fait quoi ? On doit utiliser des sacs d’appoint ou drop bags. Ça, c’est la planification à l’état pur puisque non seulement on doit prévoir ce dont on aura besoin durant la course, mais on doit également prévoir où on en aura besoin. En effet, ces sacs sont laissés à des endroits pré-déterminés et ne « suivent » pas le coureur de ravito en ravito.

Personnellement, je ne m’en suis servi qu’une seule fois, lors de la Petite Trotte en juin, et ça s’est plutôt bien passé. Mais bon, les conditions de course ont été pas mal uniformes ce jour-là, alors…

Quant aux pacers, il semblerait qu’on les retrouve seulement de ce côté-ci de l’océan. Si j’ai déjà joué le rôle à deux reprises, je n’ai pas encore pu profiter de la présence de quelqu’un qui me changerait les idées durant les longues heures de fin de course. Comme je dis souvent à la blague quand on me demande en cours de route si j’aurai un pacer plus tard: je n’ai pas assez d’amis pour ça !  😉

Il faut dire qu’il est recommandé d’être accompagné par quelqu’un de proche et idéalement, de son calibre ou à peu près. Car à la fin d’une longue épreuve, on peut devenir un véritable trou du c… et perdre facilement patience pour des niaiseries. D’où l’idée que la personne accompagnatrice connaisse suffisamment son coureur pour ne pas lui en tenir rigueur.

J’ai entendu des histoires de coureurs qui s’engueulaient littéralement avec leur pacer, entrainant des « congédiements » et/ou « démissions » sur le champ. Je dois avouer que j’éprouverais probablement un plaisir coupable à assister à un tel spectacle… Non mais, deux zigotos qui s’enguirlandent en pleine nuit, dans le milieu de nulle part, ça doit être surréaliste.

Je reviendrai justement sur la partie plus « humaine » de notre sport très prochainement.

Bromont Ultra: la longue solitude

T’es blessé ? « Mes cuisses ont détruites. ».  En langage d’ultra, Thibault a les quads trashés. La descente lobotomie les a probablement achevés.

À ce moment précis, je suis déchiré. Autant je suis heureux (et abasourdi) d’être deuxième, autant je souhaiterais que ça ne se passe pas comme ça. J’aurais de loin préféré le rejoindre et le dépasser à la régulière. Mais en même temps, je me dis que c’est ça fait partie de la vie en ultra. Il arrive parfois que ce soit une course qui se fait par élimination. Thibault est jeune, il va rebondir. Je risque de le revoir (devant moi !) au cours des prochaines années.

Je prends des nouvelles de Joan, par principe. On m’apprend qu’il a dormi dans les sentiers, puis sur la table du dernier relais et qu’il a ensuite piqué un roupillon de 15 minutes ici. Il a quitté il y a maintenant 45 minutes de cela. Je lâche un petit « Pfff ! » un peu découragé. Il ne me vient pas en tête une seconde que s’il a dormi, c’est qu’il en avait réellement besoin, qu’il était au bord de l’épuisement. Que ce qui l’avait vraiment motivé à repartir, c’était l’idée qu’un « coureur inconnu qui avance bien » était à sa poursuite. Non, dans ma tête, Joan est tellement fort et son avance est telle qu’il a pu se permettre de dormir en chemin. Jamais je n’envisagerai me mettre à sa poursuite.

Sections 17 et 18 : Ironhill 2 (kilomètre 104) à Parking 7 2 (kilomètre 118)

Ok, pas de panique. T’es deuxième, mais il reste encore le tiers de la course à faire. Les autres ont le temps en masse pour te rattraper.

À la sortie du petit sentier qui fait le lien entre la propriété où se trouve le ravito et la route, une pancarte indique de prendre la droite. Je suis un peu perplexe. J’aurais plutôt dit que je devais aller à gauche. Bah, ce n’est pas la première fois que mon sens de l’orientation me joue des tours aujourd’hui…

Je cours donc à un bon rythme sur le chemin de campagne. Pas de fanions, pas de rubans. J’essaie de me rassurer en me disant qu’ils se font rares sur la route. Mais au bout d’une descente, je crois reconnaître le chemin qui menait au dernier ravito. Un coureur arrive sur ledit chemin et me crie : « C’est qui ? ». C’est Fred !  De toute façon, me connaît-il ?  Est-ce qu’il y a seulement quelqu’un ici qui me connaît ? « Je pense que tu t’es trompé de bord ! ». Je l’apprendrai plus tard, c’était Martin.

Je me rends à l’évidence : je dois rebrousser chemin. Calv… ! En arrivant à l’endroit où j’avais pris la mauvaise direction, je constate qu’un petit comique avait déplacé la pancarte qui m’a ainsi mal dirigé. Tabar… !  Je la replace donc comme il se doit, puis reprends la route en bougonnant. Non mais, c’est qui le cave qui s’amuse à faire des niaiseries comme celle-là ?

Courir sur une route de terre en pleine nuit, est-ce qu’il y a une autre activité dans ce bas monde qui est plus solitaire (bon bon, j’entends Mylène Paquette protester d’ici…) ? Je demeure toutefois aux aguets, à l’affût de chaque fanion, chaque ruban, chaque pancarte. Je ne veux plus faire des centaines de pas pour rien. À une intersection, je retourne même sur mes pas pour m’assurer que j’ai tourné du bon côté.

Après 16 heures de course, ma Garmin m’envoie un premier message : pile faible. Ok. 1 minute plus tard, le même message. J’ai comme compris, espèce de machin ! Veux-tu bien continuer de compter les kilomètres maintenant ? Niet. Comme j’appuie sur Enter, elle rend l’âme. Bah, tant pis. Ai-je vraiment besoin de savoir que je n’avance pas de toute façon, hein ?

Au relais du lac Bromont 2 (kilomètre 113), surprise : c’est maintenant un full ravito en bonne et due forme. Sur place m’attendent Patrick, le bénévole-qui-est-partout, et Mélanie, la conjointe de Joan (qui a manqué l’arrivée de son mari à ce ravito, ce qui me confirme qu’il a une énorme avance sur moi). Patrick m’accueille avec un bel enthousiasme, me fait l’inventaire de tout ce qui est offert et me dit qu’il va aller réveiller Barbara et mon père pour ne pas qu’ils me manquent. Wow, méchant service !

En attendant mon équipe, j’arrête mon choix sur un sandwich au beurre d’arachides. Mon père arrive derrière et se met à me frotter les épaules, comme pour me réchauffer. « Tu n’as pas froid ? ». Heu, non. Je ne dis pas que je crève de chaleur, mais je n’ai pas froid. Il n’en revient pas car lui, il est frigorifié. J’échange ma Garmin pour ma montre (dont j’avais démarré le chrono au départ) et en profite pour changer de frontale qui commence à faiblir. Je vais laisser le soin à mon équipe de soutien de changer les piles. Si j’ai une équipe, aussi bien l’utiliser, non ? Faut pas que ça s’ennuie, ce bon monde-là !  😉

Patrick m’accompagne à la sortie du relais et comme je quitte, il appelle le prochain ravito pour leur annoncer que je pars à l’instant et suis en route. Très, très professionnel. Je suis impressionné.

Bon, encore une section qui est plus difficile que dans mes souvenirs. La partie qui ressemble à St-Bruno passe bien, mais le technique… Et l’estomac qui recommence s’agiter après m’avoir laissé tranquille…  (Soupir)   C’est bizarre, mais l’intersection chemin des Irlandais et O’Connor n’a pas le même effet hilarant sur moi cette fois-ci.

Toujours est-il que j’apprendrai plus tard que seulement sur cette petite section de 5 kilomètres, j’aurais repris 15 minutes à Joan. J’ai peine à y croire Et je suis bien content de ne pas en avoir été averti car j’aurais poussé plus au lieu de la jouer plus safe pour préserver ma deuxième place.

Je sors du bois et arrive au ravito au son des applaudissements. Mon père s’étonne toujours de me voir toujours en forme et de si bonne humeur. « T’as mal nulle part ? ». Il y a bien la périostite qui s’énerve un peu, mais rien pour m’empêcher de continuer. Les quads font mal, mais sans plus. Je ne dis pas que je vais gambader demain, mais ça devrait aller.

Sections 19 et 20 : Parking 7 2 (kilomètre 118) à camp de base (kilomètre 135)

J’avise mon équipe en quittant : la prochaine section est extrêmement difficile, et sera encore pire de nuit. Elle pourrait bien me prendre 4 heures à parcourir. Oui, 4 heures pour faire 17 kilomètres. Je leur conseille donc de prendre un peu de repos, car ça pourrait prendre pas mal de temps avant qu’ils me revoient.

Ok, plus qu’un marathon à faire. 42 « petits » kilomètres et c’est fini. Piece of cake ! En fait, ce sont les 17 prochains qui seront les pires. Après, ça devrait bien se faire.

Tout de suite, j’attaque la première montée de la pente de ski. Je la fais à un bon rythme, question de distancer mes poursuivants. Mon attention ne se porte que sur une seule chose : le prochain fanion rose. C’est tout ce que l’éclairage restreint de ma frontale me permet de voir de toute façon.

Arrive une descente, pas si difficile de jour. Mais de nuit, je dois être prudent. Vaut mieux y aller plus mollo et rester debout que de planter face première avec personne autour pour m’aider à me sortir de là. Sauf que ce sont mes chevilles et mes quads qui prennent les coups. Heureusement, ma nouvelle frontale tient mieux les secousses que je lui impose avec mes enjambées saccadées. Pas certain que l’autre aurait survécu à l’accumulation de mes frustrations contre elle !

Après une succession de montées-descentes parsemées de secteurs vaseux, j’entame une autre montée. Je sens que c’est la dernière grosse, mais j’essaie de ne pas me faire d’illusion. Je monte, monte, monte. Il me semble que ça fait longtemps que je n’ai pas vu de petit fanion… Monte encore. Rien. Ils sont où les petits drapeaux ? Je veux voir un petit drapeau. J’EXIGE de voir un petit drapeau. Juste un, je n’en demande pas tant que ça… Malgré l’évidence, je m’entête : je vais finir par en trouver un. Nada. Calv… !  Encore trompé de chemin durant une montée. Manquer une indication quand on avance à 3-4 km/h, avouez qu’il faut le faire !

Preuve que je commence à être fatigué, je prends alors une décision totalement irrationnelle : pas question de descendre et me scraper les jambes en plus de risquer de me planter. No way. No fucking way ! Je vais continuer à monter et vais certainement retrouver mon chemin. Si je me perds, ben j’appelle au camp de base pour qu’on vienne me chercher. Je ne redescends pas, un point c’est tout !  C’est-tu assez clair ?

Derrière ce déraisonnement se cache quand même une certaine logique (oui oui, je le jure). Ça fait très longtemps que je monte, je devrais atteindre bientôt le sommet des pentes de ski. Et je sens qu’au sommet, je vais me retrouver. Des sommets, il n’y en a pas des centaines, bout de viarge !

Comble de bonheur, mon estomac recommence à se plaindre. Je décide sur le champ d’arrêter les sandwichs. Peut-être sont-ils en cause ?

Tout en haut, je finis par discerner la fin d’un remonte-pente. Il me semble reconnaitre cet endroit. Ce ne serait pas là qu’on s’est tous perdus durant la journée ? Hé oui !  Je finis par retrouver des petits fanions. Good, excellente nouvelle !  Finalement, j’ai emprunté la mauvaise piste, j’ai pris celle juste à côté. J’ai évolué en parallèle avec le parcours et ne me suis pas raccourci. Ma conscience est tranquille.

J’entame la première d’une série de descentes techniques. Au bout d’un certain temps, je sens quelque chose dans mon soulier, comme une petite roche. J’essaie de la faire déplacer en secouant mon pied, elle demeure en place. Je m’arrête donc pour vérifier le tout. Hola, plus moyen d’atteindre mes pieds en me penchant, je vais devoir m’asseoir. Pour ça, je dois trouver une roche ou un tronc d’arbre, parce que si je fais ça par terre, je risque de rester jammé là comme on dit.

Je trouve une grosse roche et m’installe. C’est alors que je me rends compte d’une chose : je suis debout depuis le départ ! J’ai combien de kilomètres de parcourus ?  120 ? 125 ?  Tout ça sans m’asseoir une seule fois. Moi qui passe tout mon temps au travail bien installé sur mon postérieur…

J’entreprends d’enlever mon soulier. Entreprise périlleuse s’il en est une. Un, il faut soutenir l’odeur. Et deux, il faut avoir le cœur solide car ce que je découvre n’est pas tellement joli: l’ongle de mon troisième orteil est noirci et est entouré d’une ampoule qui a un aspect très bizarre. Elle fait le tour de l’ongle et semble être d’une couleur d’un blanc laiteux. Jamais vu ça. Bref, ce n’était pas un petit caillou qui m’achalait.

Bon ben, va falloir faire avec. Je remballe le tout et reprends ma route. On traitera ça demain. Quand je parviens finalement au relais Deltaplane 2(kilomètre 128), c’est pour découvrir 3 cruches dont la disposition ne laisse que très peu de doute sur leur contenu : elles sont toutes les trois renversées sur le côté, donc probablement vides.

Après vérification, elles le sont effectivement. J’ai alors une pensée pour Joan qui compte seulement sur les ravitaillements (et les ruisseaux !) pour s’hydrater. Il devait être en petit crapaud quand il a vu ça. À moins que ce soit lui qui, dans un geste de frustration, les ait mis dans cet état ? D’ailleurs, j’avoue ne pas trop comprendre comment 15 gallons d’eau n’aient pas été suffisants pour fournir quoi, 30 coureurs ?  Des promeneurs se sont certainement servis au cours de la journée, je ne peux pas croire…

Depuis que j’ai quitté les pentes de ski, je suis moins concentré à la tâche. Ce sont  peut-être les heures de solitude qui m’amènent dans cet état. Tout comme Forrest Gump, je pense à mon monde. À Barbara, mon amour, qui subit mes manies et mes entrainements et qui aujourd’hui, malgré la foutue arthrite rhumatoïde qui l’accable, me suit avec un enthousiasme contagieux. Je pense à mon père, mon ami, mon fan numéro 1,  qui est là depuis le départ. À 68 ans, debout depuis presque 24 heures, le bras dans le plâtre, il est quand même toujours là à m’encourager.

Je pense à ma maman qui s’occupe de notre petite Charlotte à la maison (elle ne voulait pas voir son fils se maganer). Je pense à ma sœur qui dort actuellement, mais qui se lèvera pour venir assister à l’arrivée, par un beau dimanche matin.

Je pense à mon amie Maryse qui aurait bien aimé me pacer durant la dernière boucle, mais qui est partie à la chasse. Elle m’avait promis qu’elle m’enverrait des ondes positives, je peux confirmer que je les reçois !  Je pense à Katy, une amie du secondaire, coureuse elle aussi, mais qui est aux prises avec des problèmes de santé. Elle va revenir, c’est certain, mais quand ?  Je pense aussi aux deux sœurs Cloutier, Maggie et Caroline, que j’ai accompagnées à Ottawa et qui sont présentement à Chicago, à quelques heures de prendre le départ du célèbre marathon. Bonne chance les filles ! 🙂

(Pour ceux qui se demanderaient, oui, je pense surtout à des femmes. Ben là, en pleine nuit, tout seul dans le bois, suis-je pour gaspiller ce que mon cerveau peut me fournir en pensées pour des gars ?!? Duh !)

Bon, c’est quoi ça ? Des cochonneries sur mon gros orteil. Autre arrêt sur une autre roche. Autre pied,  même odeur insupportable. Je découvre que le dessus de l’orteil est au vif. Est-ce que je m’attendais vraiment à trouver des cochonneries-là ?   Ha, petit cerveau…

J’aboutis sur la route. Haaaa… Aussitôt, j’empoigne mon téléphone pour avertir Barbara de mon arrivée éventuelle. Il ne faudrait pas qu’elle dorme à points fermés lorsque je me présenterai pour la quatrième fois au camp de base. J’annonce mon arrivée pour dans 10-15 minutes.

Quand est-ce que ça va m’entrer dans la tête ? Dans mes souvenirs, à la sortie des sentiers, on est tout près du parc équestre. Bien sûr que non !  On a encore plein de détours, plusieurs combinaisons route-sentiers à faire. Ha, ça ne finit plus !

25 longues minutes plus tard, après avoir fait fuir un chevreuil, j’aperçois le camp de base. Barbara m’a averti que je dois me faire peser, qu’elle m’attendra là. Je m’y présente en prenant soin de garder mes deux frontales et mon coupe-vent pour monter sur la balance. Juste au cas où je serais un peu juste côté poids…

C’est avec stupeur que je vois 150 livres apparaître. Oups… Merde. J’aurais peut-être dû les enlever, les frontales. J’ai pris deux livres depuis le départ et surtout, quatre depuis le 73e kilomètre. « C’est normal, t’arrête pas de bouffer ! » me lance Barbara. Ouais, bien essayé. Mais surtout, ce ne sont pas des engins à haute précision, ces cossins-là. Ça n’a certainement pas été approuvé par Mesures Canada…

Mais dans le fond, ce qui m’inquiète, c’est que la prise de poids en course peut être un symptôme d’hyponatrémie, une condition médicale très dangereuse, beaucoup plus dangereuse que la déshydratation. Si j’en souffre, ma course est terminée et c’est direction l’hôpital. Pas de zigonnage.

Ma course est maintenant entre les mains de Guylaine, la grande responsable du côté médical. Elle me demande si je vais bien. Oui, parfaitement. Pas de nausées, mes jambes font mal, mais rien qui ne soit pas endurable. Des ampoules ?  Certainement, mais ça ne m’arrêtera pas.

Elle me demande d’enlever mon alliance. Celle-là, je la trouve bonne. L’alliance, c’est un running gag avec Barbara. Je lui dis toujours que je ne peux pas partir courir sans ça, sinon les femmes n’arrêtent pas de me courir après et à la longue, c’est tellement fatigant… Ça fait que je souris, sans trop réagir.

Constatant mon sourire épais, Barbara me réveille: « Elle est sérieuse, Fred. Enlève-la ! ». Oups. Si je voulais donner l’impression d’un gars qui a encore toute sa tête, c’est raté. J’essaie de l’enlever. Il y a bien un petit jeu, mais c’est tout de même coincé… « C’est correct » me dit Guylaine, « On voit que tes doigts ne sont pas trop enflés, ce qui est un symptôme d’hyponatrémie». Je prends soin d’ajouter que j’ai probablement uriné 50 fois depuis le début de la course (j’ai omis ce détail dans mon récit; mais disons que j’ai eu amplement l’occasion de tester ma technique pisse-en-avançant qui m’a probablement fait sauver 15 minutes en tout), ce qui est un bon indice que mes reins fonctionnent bien, non ?

Mon raisonnement semble la convaincre. Je pisse et mon esprit est (presque) clair, alors c’est avec le sourire qu’elle me donne le ok pour continuer. Je me sens comme un enfant à la fin des classes: tellement content que je l’embrasserais sur le champ !  Mais je m’abstiens, au cas où ça la ferait changer d’idée.

Barbara me dit que Joan vogue allègrement presque 2 heures devant moi. Cool, je vais peut-être le croiser en débutant la boucle du lac Gale.

Sections 21 et 22 : le tour du lac Gale 2 (kilomètres 135  à 151)

J’entame la partie plus « facile » du parcours dans la bonne humeur. Plus que 25 petits kilomètres, relativement (je dis bien, relativement) faciles. Si seulement je peux garder ma deuxième place, ce sera parfait. En plus, les chances sont bonnes pour que je termine la boucle à la clarté.

Dans la montée du chemin de terre, je vois deux coureurs s’approcher. Est-ce Joan ? Cool !  On va pouvoir mémérer un peu… Ils approchent à une bonne vitesse, assez pour que je me demande si un coureur qui a 150 kilomètres dans les jambes peut tenir un tel rythme. Joan ?  « Yes ! » que j’ai comme réponse et il passe en coup de vent, accompagné par un coureur sans dossard. A-t-il pris un pacer ?  Joan ?  Naaah !

Ouin bon, pour la jasette, on repassera. Il a probablement envie d’en finir au plus sacrant et il l’avait dit en conférence : dans le dernier tiers d’un 100 miles, il n’est pas le plus agréable des hommes à côtoyer. En plus, comment peut-il savoir que je suis celui qui le « suit » et que son avance est tout simplement insurmontable ?  Bref, je ne lui en tiens vraiment pas rigueur, on aura bien l’occasion de se reparler au cours de la journée.

Un peu plus loin, j’entends des pas derrière. Mais j’ai appris : ce ne sont pas des pas d’un coureur du 160k , il va beaucoup trop vite. Arrivé à ma hauteur, je reconnais Sébastien, l’homme derrière l’UT Harricana. « Sébastien ? ». Il ralentit et on fait un petit bout ensemble. Je me demande s’il sait qui je suis… Puis, après 2-3 minutes, comme ses jambes sont légèrement plus fraîches que les miennes, il s’envole littéralement. Sur le coup, mettons que je l’envie un petit peu… Mais quelle course il fait, donc ? C’est mêlant, leur histoire de courses à relais.

Tout juste avant d’arriver aux sentiers, j’aperçois une bonne dizaine de frontales dans les bois. C’est beau à voir. Les sentiers menant au Balnéa 2 (kilomètre 141) passent plutôt bien. Lentement, mais bien. Sur place, les bénévoles me reconnaissent : « Ça va toujours bien, on dirait ! ». Heu, on s’est déjà vus quelque part ? Moi qui dis toujours que j’ai la mémoire des visages… Je mets ça sur le compte de la fatigue (hum hum).

Soudain, je suis pris d’étourdissements. Bon, c’est quoi cette affaire-là ? Je secoue la tête et met ça (encore) sur le dos de la fatigue. Ok, il ne faut surtout pas que ça paraisse. J’ai besoin de caféine, on dirait que celle contenue dans les gels ne fait plus assez effet. Du café ?  Over my dead body !  Je réclame donc du Coke. On m’en sert… dans une petite maudite canette. C’est quoi, ces canettes-là ?  Est-ce que j’ai l’air d’un nain ?  D’un Lilliputien ?  Donnez-moi une vraie canette, je veux une vraie dose !

Ben non, je demeure poli. Ces gens-là se donnent corps et âme pour nous, ce n’est pas le moment de jouer à la prima dona. Je les remercie et sans plus attendre, je me lance à l’assaut des dernières grandes difficultés du parcours.

Il faut croire que j’ai fini par apprendre parce que cette fois-ci, je m’attends… à ce que mes attentes soient déçues. Encore une montée qui ne finit plus, encore un point de vue superbe qui semble ne plus jamais vouloir s’offrir à moi. Et quand, ça se produit, ce que je vois est plutôt… ordinaire. Je croyais qu’avec le soleil levant, les couleurs d’octobre, le lac, j’aurais droit à ce que la nature a de plus spectaculaire à offrir. Hé non. Avec la brume matinale, tout est gris. Bof… Ok, vivement qu’on en finisse !

Après plusieurs kilomètres en majeure partie descendants, je retrouve mon chemin de terre. J’ai le sourire aux lèvres quand je passe pour une dernière fois devant la maison où deux superbes labernois me regardent passer pour la quatrième fois, la face en point d’interrogation, ayant l’air de dire : « Qu’est-ce qu’il fout encore là, lui ? ».

Pour regagner le camp de base, j’emprunte le bon chemin cette fois-ci (l’indication était pourtant très claire, comment ai-je pu manquer ça tantôt ?). Sur place, Barbara m’annonce que Joan a terminé (ho surprise), mais surtout, que j’ai au moins 1h15 d’avance sur 3 coureurs qui évoluent ensemble en troisième position.

DSCN0284

Au petit jour, cinquième passage au camp de base… par le bon chemin cette fois !

C’est la première fois que je suis informé de l’avance que j’ai sur mes poursuivants. 1h15 ? 75 minutes ?!?  Non !?! J’ai alors une illumination : je peux me contenter de faire ce qui reste en marchant et jamais ils ne me rattraperont. À moins d’un pépin majeur, je vais terminer mon premier 100 miles en deuxième position. HOLY CRAP !!!

Mon père me dit qu’il a tenu ma mère au courant de mon évolution et qu’elle fait dire qu’elle est fière de moi.

Sections 23 et 24 : le mont Oak 2 (km 151 à 160)

En quittant, je demande à la blague à mon père s’il veut faire un petit bout avec moi. Il est étonné de me voir continuer ainsi sans faiblir (je faiblis, je le sens, c’est juste que je ne le montre pas). Il me prend au pied de la lettre et se met à me suivre ! Il est en très bonne forme, là n’est pas le problème, mais s’il fallait qu’il se plante et se fracture l’autre main… Je lui dis que je ne faisais que le niaiser et « accélère ».

En quittant le camp de base pour la dernière fois, on annonce que Joan va bientôt donner le départ de la course de 55 kilomètres. Ça veut donc dire qu’il est arrivé depuis un bout. A-t-il terminé avant le lever du soleil ?

Au bout de 300-400 mètres, le gueling-gueling de ma cloche parvient à se rendre à mon cerveau. Merde, j’ai laissé ma frontale en passant, mais j’ai oublié de me débarrasser de ma foutue cloche. C’est qu’elle m’énerve… Vais-je endurer ça 9 autres kilomètres, dans les interminables spaghettis ?  J’envisage de retourner pour la dropper. Ou de la garrocher au bout de mes bras. Puis je me dis que dans le fond, ça doit faire 12 heures que je l’endure, ce n’est pas pour 1 heure de plus que je vais mourir…

DSCN0286

À l’assaut de la dernière boucle, au son du gueling-gueling de ma cloche à ours

Dans les sentiers, je porte une attention particulière à la douleur que j’ai à la jambe droite. C’est que je traine une périostite depuis le début de l’été, alors je suis habitué à ne pas être confortable dans cette région. Sauf que là, on dirait que la douleur n’est pas vraiment au niveau du tibia, mais plus bas.

Je m’arrête et réussis tant bien que mal à me pencher pour tâter au niveau de la cheville. C’est un peu trop enflé à mon goût. Ça ne m’empêchera pas de terminer, mais je vais devoir prendre un break de course pour quelques jours, voire quelques semaines. Merde !  En automne, arrêter de courir, c’est inhumain. Oui oui, in-hu-main!

Au dernier ravito, j’y suis accueilli par deux très belles femmes (il y a également un monsieur sur place, mais mon esprit l’élimine naturellement, on dirait ;-)). Wow, ça me donne le goût de refaire cette boucle-là ! Vous étiez où durant la journée d’hier et la nuit ?  Problème cependant : après presque 24 heures dans les sentiers, mes manières ont un petit peu perdu de leur lustre. Et comme l’air dans mes intestins tient absolument à sortir, je me retrouve incapable de le retenir. Évidemment, il fallait que ça se fasse dans la version bruyante…

Les dames n’en font pas de cas et commencent à me faire l’inventaire de ce qu’il y a à ma disposition : eau, Gatorade, bouillon de poulet, bretzels, patates, chips… Du Coke, je vous en supplie, je veux du Coke !!! Aussitôt, une autre canette pour nains se retrouve dans mes mains. Je la cale d’un trait, puis commence à piger à deux mains dans le plat de chips (pas moyen d’en avoir au BBQ ? Au ketchup ?) avant d’enfouir le tout dans mes poches (quand je dis que mes manières laissent à désirer…) pour la route, comme on dit. Une des dames me prend aussitôt en pitié et m’offre un « petit » ziploc. En fait, il est tellement « petit » qu’il peut contenir l’équivalent d’un gros sac de chips !  Et je vais trainer ça comment, moi ?

Je ne m’attarde pas plus longtemps. Je sais que mon avance est insurmontable, mais je sens tout de même une certaine urgence à poursuivre. J’ai beau me dire qu’à trois, ils ne peuvent pas aller plus vite que le plus lent, que j’ai 1h15 d’avance, qu’ils ne peuvent pas me rejoindre, rien à faire, je ne peux pas relâcher mon attention. Comme si je savais que le travail n’est pas encore terminé.

Après des milliers de lacets, j’aboutis dans le champ qui me mènera à l’arrivée. Le soleil est radieux, le ciel est d’un bleu immaculé, les couleurs d’automne sont à leur apogée. Quelle superbe journée !

Je marche la partie ascendante, puis reprends la course au niveau des obstacles équestres. Je savoure pleinement ce dernier kilomètre de la plus belle course de mon existence. Des torches ont été plantées sur le bord du chemin de terre. Je dois résister à l’envie d’en prendre une pour terminer. Il me semble que ça ferait une superbe photo…

DSCN0290

J’approche de l’arrivée. L’aventure tire à sa fin.

arrivée 1

Plus qu’une centaine de mètres…

arrivée 2

Heureux, mais le visage porte les traces d’une looooongue journée

J’aperçois l’arche. Voilà c’est fini. Je m’attends à ce qu’on m’annonce, mais je n’entends rien. Bah, pas grave. C’est aussi ça, un ultra…

DSCN0292

Les derniers mètres

Après 24 heures, 20 minutes et 9 secondes, je franchis la ligne d’arrivée. Ça fait des mois, des années même que j’en parle. Je l’ai fait. J’ai couru 100 milles. 100 fucking miles américains. Et j’ai fini deuxième.

Je ne le réalise pas vraiment…

Bromont Ultra: la suite

Sections 9 et 10 (kilomètres 55 à 71 : le lac Gale)

Pierre a quitté le camp de base avant moi, son compagnon juste après. Celui-ci me rejoint dans le stationnement menant au chemin de terre que nous allons emprunter. En passant, je l’entends me murmurer : « On ne lâche pas le jeune ! ». De quessé ?  Hé, je ne me souviens pas la dernière fois où je me suis fait appeler comme ça… et je ne pensais bien que ça ne m’arriverait plus jamais ! 😉

La petite route est roulante, mais comme elle est en montée, je préfère la faire en marchant. Je vois les deux autres courir et s’éloigner. Je suis confortable avec ma décision: avec plus de 100 kilomètres encore à parcourir, je me dis que la route est encore longue. Très longue. Dans le meilleur des cas, je courrai quand je repasserai, dans quelques (ok, plusieurs) heures. Demain matin, en fait !  Hé oui, je vais encore courir demain matin.

Entrée dans les sentiers : ils sont larges, pas tellement techniques. J’adore. Dans une longue montée, je gagne du terrain sur Pierre, assez pour l’entendre raconter à des cyclistes de montagne que nous avons pris le départ à 9h ce matin. J’ai un peu perdu la notion du temps, mais à voir la réaction des gens et aussi et en y pensant le moindrement, je me rends bien compte que nous sommes en fin d’après-midi. Ces personnes achèvent probablement leur journée de vélo alors que nous n’avons pas encore franchi la moitié de notre parcours. C’est vraiment débile comme course.

Sur les bords du lac Gale, je suis frappé par la beauté des lieux. Après à peine un kilomètre à longer les berges du lac, nous arrivons au ravito Balnéa (kilomètre 62). Déjà ?  Mon Dieu, une petite étape facile !  Pierre me surprend en s’assoyant. Il faut dire que l’endroit est invitant: bien à l’abri, beaucoup de tables, de la bouffe en grandes quantités, des gens accueillants et de la musique au son de laquelle je m’amuse à « danser », au grand plaisir des bénévoles qui sont d’office. C’est certain que pour les gens dits normaux, ce ne devrait pas être l’air qu’on a après 60-65 kilomètres de course. Mais bon, c’est l’air que j’ai, alors…

Notre compagnon quitte le premier, Pierre et moi suivant pas tellement loin derrière. Sauf que mon « modèle » croise sa famille en chemin et s’arrête pour leur jaser un peu. Je poursuis donc seul, jusqu’à ce que j’arrive sur les traces de celui-dont-je-ne-saurai-jamais-le-nom. Son non-verbal indique clairement qu’il est dans un creux. Il n’offre aucune résistance quand je le dépasse. Je le perds de vue rapidement. Serait-il cuit ?

J’évolue donc maintenant complètement seul dans les beaux sentiers du secteur du lac Gale. Au bout de 2 ou 3 kilomètres, je croise un coureur qui ne fait pas partie de la course. Je lui dis bonjour, il me répond… que je suis en quatrième position !  Je cite alors Robert DeNiro : « C’est à moi que tu parles ? ». Car je trouve totalement incongru que je sois en quatrième position, surtout que je sais pertinemment que Joan et Thibault sont devant. Je ne peux pas croire qu’il n’y a seulement qu’un autre coureur devant moi.

« Tu es dans le 160 kilomètres solo, non ? ». Heu, oui… « Ben t’es en quatrième position, mon loup. ». Mon loup ?  C’est ma femme qui m’appelle comme ça, tu sauras !  Mon loup, franchement… Mais la nouvelle qu’il m’apporte est tellement bonne que je ne lui en tiens pas rigueur.

Je vogue donc, profitant de chaque instant de ce bonheur que je suppose passager. Très passager même, car j’entends maintenant des pas derrière. La cadence est rapide, je suis définitivement en train de me faire shifter. Au revoir quatrième position !

Je me retourne. Une fort jolie fille est effectivement en train de me rattraper. Mais j’ai à peine l’occasion de commencer à réfléchir qu’elle me dit qu’elle court le relais. Ouf !  N’empêche qu’elle court vite quand même !  En temps normal, je n’aurais pas de difficulté à la suivre, bien au contraire, mais on dirait que mon corps entier est conditionné à une seule et unique tâche : faire la distance. Je laisse donc partir l’inconnue.

Le sentier finit par se corser et devenir ma foi, très technique. Je ne m’attendais pas à ça. Monte, monte, monte encore. Mais tout en haut, je me rends compte que l’effort en valait la peine : la vue sur le lac est à couper le souffle. Pour la première fois de ma vie, j’ai envie de prendre un selfie. Mais mon téléphone est bien emballé dans un ziploc, il prend une éternité à allumer… Peut-être tantôt ?

Ouais, il commence à faire sombre dans le bois, vivement le camp de base. En descendant sur le chemin de terre qui m’y ramène, je vois une indication pour la course de 12 kilomètres. Mais moi, je fais le 160, dois-je passer par là ?  Je décide de ne pas prendre de chance et retourner au camp de base par le chemin où je suis passé plus tôt.

Il semblerait que ce n’était pas la chose à faire car j’arrive du mauvais côté de la tente où je dois faire prendre mon poids. Oups. L’important est que je ne me sois pas raccourci et il semblerait que non. Sous la tente, Allister. Aussitôt, je lui lance un gros : « I hate you !!! ». Voyant son hésitation quant à savoir si je suis sérieux ou pas, je me jette dans ses bras et lui fait l’accolade. « C’est vraiment un beau parcours que tu nous as fait » que je prends soin d’ajouter.

IMG_2478

Oups, j’arrive du mauvais bord…

Je reconnais ensuite ma gang qui m’attend avec un bel enthousiasme. Parmi eux, un intrus : Pat, qui porte des vêtements chauds et une tuque. Ha non, il a dû abandonner… Shit !  Mon expression doit trahir ce que je pense, car il s’empresse de me dire, sur un ton très calme : « C’est pas grave. C’est vraiment pas grave. On va se reprendre !»  Je lis la sérénité dans ses yeux, ce qui me rassure un peu. Il n’a pas l’air blessé, probablement qu’il a encore son exploit de l’UTMB dans le corps. Je suis quand même déçu pour lui. C’est un peu beaucoup grâce à lui si je suis ici aujourd’hui… Il nous raconte ce qui s’est passé ici. Oui, on va se reprendre Pat.

Ok, de retour à ce que je peux un tant soit peu contrôler : ma course. La pesée: 146 livres.  J’ai perdu 2 livres depuis le départ, c’est parfait. Juste pour satisfaire ma curiosité, je m’informe de ma position. Après vérification, on me confirme : je suis quatrième. Holy shit…

La section a été plus courte que prévu : 15 ou 16 kilomètres plutôt que les 18 annoncés. Ça ne me fera pas pleurer. Mais définitivement que je dois ajouter allonger mes vêtements et partir avec mes lampes frontales. Barbara me demande si je veux « ma » frontale. Je lui réponds que ça m’en prend deux en lui expliquant que c’est essentiel : en effet, si les piles deviennent faibles sur ma lampe, comment les changer si on n’a pas une autre source lumineuse ?  Comme pour appuyer mon argumentation, je demande confirmation à Pat qui répond : « Hé oui, toujours deux lampes ».

Ma douce, prévoyant toujours l’imprévisible, sort une deuxième frontale du sac qu’elle transporte. Elle est incroyable ! J’enfile donc mon t-shirt à manches longues jaune-flashant de Boston (autre idée de ma tendre moitié, question que je sois plus visible la nuit), place une lampe autour de ma taille et pendant que Patrick le super bénévole omniprésent (il est partout !) aide Barbara à remplir ma veste, j’enligne l’autre frontale à l’endroit où elle devrait être : sur mon front, bien évidemment ! Dernier accessoire : ma cloche à ours. Pas que ça me tente vraiment, mais bon, au cas où…

IMG_2479

Kilomètre 71, je commence à me déguiser en ultrarunner…

IMG_0146

Laissant Barbara et Patrick s’occuper des tâches nécessitant le moindrement d’habileté…

Plus que la petite boucle du mont Oak et j’aurai la moitié de parcourue.

IMG_2482

À l’assaut de la petite boucle du mont Oak

Sections 11 et 12 : (kilomètres 71 à 80, le mont Oak)

C’est au joyeux son des gueling-gueling de ma cloche que j’attaque le petit bout très roulant dans le champ menant aux sentiers. Je ne peux pas croire que je vais endurer ça toute la nuit… Je pénètre ensuite dans les sentiers du mont Oak, les premiers que j’ai faits à la course lors d’un séjour en camping dans la région il y a quelques années. Dans la forêt, l’obscurité se fait vite sentir et je vis une première : courir à la lueur de la frontale.

Cette section a été affublée de plusieurs surnoms : le labyrinthe et le jour de la marmotte en sont des exemples. Pour ma part, je dirais plutôt des spaghettis. On a l’impression de parcourir un enchevêtrement infini de sentiers constitués de dizaines de virages en épingle. À la longue, à l’obscurité, on finit par attraper le tournis. À maintes occasions, je me demande si je ne suis pas déjà passé par là et ne suis pas en train de refaire le même trajet, encore et encore.

C’est avec joie que j’aboutis sur un poste de ravitaillement (Canaël, kilomètre 77 supposément). Good, je ne me suis pas perdu. Je m’attendais à un petit relais cucul, mais non, c’est un full ravito, alors j’en profite pour m’empiffrer. Juste un peu là… C’est l’heure du souper, non ?

Un peu plus loin dans les dédales interminables, je crois reconnaître quelqu’un. En fait, c’est son manteau que je reconnais : c’est Pierre-Olivier !  Je suppose évidemment qu’il est derrière moi (c’est dire à quel point ces sentiers sont mêlants : on ne sait même pas si quelqu’un est devant ou derrière !) et me dis que finalement, il n’a pas eu trop de problèmes. Tant mieux pour lui. Menacerait-il ma super quatrième place ?

C’est quand je me rends compte quelques minutes plus tard qu’il est devant que je commence à sérieusement me poser des questions. Comment se fait-il qu’il est là ?  Je le rejoins, on échange quelques mots. Je vois bien qu’il ne me reconnaît pas, alors je lui plante carrément ma lampe dans la face, question d’être bien sûr que c’est lui (les bonnes manières finissent par se perdre avec les heures de course…).

« Fred ?  Qu’est-ce que tu fais derrière moi ? ». Je me demande plutôt ce que tu fais devant moi, chose !  Aussitôt, je lui demande s’il a fait les sentiers du lac Gale. « C’est quoi ça ? ». Tu n’as pas vu le lac ? Le sentier sur le bord, la vue d’en haut… « Non. ». Ha ben bout de viarge, il n’a pas fait la boucle du lac Gale !  J’ai au moins 15 kilomètres de plus que lui de parcourus !  Je lui demande s’il a un GPS, question de vérifier la distance parcourue. Négatif. Évidemment. Cout’ donc, qui est-ce qui court sans GPS de nos jours ?  En tout cas, j’en suis à peu près certain: les indications n’étaient pas assez claires au camp de base et il est parti sur la droite au lieu de prendre la gauche. Moi, je connais un peu la géographie du coin, mais ce n,est pas pareil pour tout le monde.

On se suit un petit bout, puis je le distance peu à peu. Après des milliers de zigzags, je sors finalement du bois et me retrouve dans un champ. Il fait maintenant vraiment très noir. La seule façon de me retrouver, c’est de suivre les petits fanions roses plantés à même le sol, un à un. Quand j’aperçois des obstacles fixes utilisés pour les concours équestres, je sais que je me rapproche du camp de base.

Finalement, la section ne faisait pas 7 kilomètres, mais plutôt 9, peut-être même 10 !  J’arrive à une table où il n’y a aucune victuaille d’offerte, ni même d’eau. De quessé ?  C’est l’endroit où on peut récupérer son drop bag. Ouais… Le bénévole, voyant que je cherche de l’eau, m’offre sa propre bouteille. Les bénévoles en ultra, c’est vraiment un monde à part.

IMG_0147

Le lieu de récupération des drop bags. Je n’ai pas vraiment d’affaire là…

Barbara me demande si je veux me changer. Non, je me sens correct pour continuer comme ça. « Tu ne vas pas partir de même ? » demande Marie-Claude. Heu… oui. Tu sais, je bouge un petit peu, genre. Pas certain que je vais faire la nuit comme ça, mais pour le moment, pourquoi m’encombrer ?

IMG_0148

La moitié du chemin de fait. Ça va bien, mais ça ne veut pas dire qu’on trouve ça facile…

Pierre et son compagnon arrivent comme je suis pour partir. Avec eux, Pierre-Olivier qui leur dit qu’il s’en va faire le lac Gale. Je ne peux qu’admirer cette honnêteté. Il aurait pu facilement « oublier » cette boucle-là et partir tout de suite pour un deuxième tour. Bon, l’organisation se serait peut-être rendu compte de quelque chose vu que nos numéros sont pris en note à chaque ravito, mais quand même…

Mes supporters vont maintenant quitter, me laissant aux bons soins de Barbara et de mon père. Je les remercie de leur présence. Ça fait tellement chaud au cœur de voir des gens se déplacer ainsi pour venir nous voir… J’avertis mon équipe qu’il se pourrait bien que ça me prenne 2 heures pour franchir les 13 prochains kilomètres. En effet, ils sont techniques par bouts et je n’ai aucune expérience en course la nuit, alors ça risque d’être encore plus long. Je préfère les avertir.

Avant de quitter, mon père me dit : « À partir de maintenant, c’est du bonus. Tu sais, tu n’as jamais couru aussi loin. Alors si ça ne va pas, il n’y a pas de mal à t’arrêter. Ce sera quand même le plus long que tu n’auras jamais fait. ».

C’est drôle, mais l’idée ne m’avait même pas effleuré l’esprit. Dans ma tête, je suis à mi-chemin. Abandonner ? Peut-être l’envisagerai-je plus tard, mais pour le moment, il n’en est même pas question.

Coup d’œil à la Garmin : 10h30 depuis le départ. Ok, on va oublier les 20 heures. Même 22 heures va être difficile. J’essaierai de faire 24 heures, mais à la base, ce que je veux, c’est terminer.

Sections 13 et 14 : camp de base (80k) à Versant du Lac 2 (93k)

Commence mon deuxième tour. Dans l’herbe mouillée, encore une fois. Bien content de ne pas avoir changé de souliers, ça aurait été une pure perte de temps. Une fois dans le sentier qui longe la route, Barbara me klaxonne au passage, je lui envoie la main. À tantôt mon amour !

Dans la partie technique, une belle surprise : elle me semble infiniment plus complexe que lors du premier tour. C’est fou la différence par rapport à mon premier passage ici. C’est comme… le jour et la nuit (duh !).

Suivant les conseils donnés par Joan, je cours avec les deux lampes allumées. Celle à mon front éclaire en permanence où mes yeux regardent alors que celle à ma taille se charge de me donner une bonne idée des petites variations dans le relief. Au fur et à mesure que je progresserai, je vais allumer cette dernière dans les sections techniques et l’éteindre dans les parties plus roulantes, question d’économiser les piles.

Je découvre rapidement un inconvénient majeur à ma frontale. En effet, on peut ajuster l’angle selon lequel on veut qu’elle éclaire. Sauf qu’à chaque fois où mon corps subit un coup le moindrement brusque (genre sauter en bas d’une petite butte), elle s’abaisse et éclaire mes pieds. Je le sais où ils sont mes pieds, espèce de frontale à la con ! Je t’ai achetée pour que tu éclaires devant, pas mes pieds, bout de sacrament.. Des heures durant, elle me fera damner et sortir tous les saints de l’église. Au final, la cloche à ours n’aura peut-être pas servi à grand-chose…  😉

Au relais Cercle des Cantons 2 (kilomètre 87), je m’apprête à faire un squat pour prendre de l’eau à même la champlure du 5 gallons, comme un peu plus tôt dans la journée. C’est à ce moment que je me rends compte que mes quads commencent à me demander grâce : impossible pour moi de faire cette manœuvre !  Oups. Ok, je peux me passer d’eau, mais s’il fallait que je sois obligé de soulager un numéro deux dans le bois… Je préfère ne pas y penser.

Bon, est-ce moi ou est-ce l’obscurité ?  On dirait vraiment qu’il y a plus de montées et de descentes que lors du premier tour. Peut-être que je m’en rends plus compte parce que plus tôt, j’avais de la compagnie, alors que maintenant, je suis seul. D’ailleurs, j’ai tellement l’impression de ne pas avancer que je m’attends à ce que Pierre et son comparse me rejoignent d’un moment à l’autre. Mais chaque fois que je me retourne, rien. Pas la moindre lumière. Ça en est presque louche.

J’arrive au ravito Versant du Lac 2 (kilomètre 93) 1h58 après avoir quitté le camp de base. Pas mal comme prévision, hein ?  Et surprise : le coureur qui me précède est là. C’est Martin, que je connais de nom, mais que je ne reconnais pas. Avoir su… C’est tout de même la première personne à avoir fait 100 miles à la course en sol québécois (c’était au Pandora 24 en juillet). Il part juste comme je me pointe le nez, mais c’est la première fois que je le vois. Alors que je pense que je perds du terrain, serais-je en train d’en gagner ?

IMG_2487

Mon accueil au 93e kilomètre. Pourquoi ai-je l’impression que madame est moins empressée que monsieur ? 😉

Mon équipe est là, fidèle au poste. Je décide de changer de vêtements : j’opte pour le combo t-shirt – coupe-vent, plus chaud pour la nuit et plus flexible aussi car je peux enlever les manches du coupe-vent. Je garderai toutefois les shorts, ne ressentant aucun inconfort à ce niveau (mise à part la foutue clé du RAV4 qui s’amuse à frotter sur mon monsieur).

IMG_0153

Un autre changement de costume

Le buffet maintenant. Qu’est-ce qu’on fait quand on a envie de tout bouffer ?  Car oui, mon estomac se porte super bien. Tiens, je vais essayer un sandwich gelée – beurre d’arachides. On va voir ce que ça donne. En tout cas, c’est bon en ta…

Ok, une grosse section devant. Je prévois 2h30, peut-être même 3 heures pour me rendre au garage du gentil monsieur, à peine 11 kilomètres plus loin. C’est dire à quel point j’ai du respect pour le parcours qu’Allister nous a concocté. J’en avertis mon équipe, au cas où ils voudraient dormir un peu. Mais ça ne semble pas être le cas, ils semblent tous les deux en super-forme.

Sections 15 et 16 : Versant du Lac 2 (kilomètre 93) à Ironhill  2 (kilomètre 104)

Je me disais que cette section serait difficile la nuit. Hé bien, je ne m’étais pas trompé !  Tout d’abord, premières protestations au niveau de mon estomac. Déjà ?  Merde, il me reste tout de même plus de 65 km à faire, est-ce que je vais être pogné à ne plus avoir le goût de rien avaler ?  Les paroles de Joan en début de course me reviennent en tête : « Les 50 derniers kilomètres sont toujours difficiles ». Comme dirait mon amie Maryse : ishhhhhh…

La première grosse montée (ce que j’avais appelé les « hors d’œuvre » durant la journée) passe plutôt bien, mais la descente qui suit est tout simplement infernale. Toujours sur les freins, toujours sur les talons. Et ma maudite frontale à la con qui s’amuse à éclairer mes pieds à la moindre secousse. GRRRRRR !!!

Toujours est-il que dans la partie plus roulante menant à la pièce de résistance, je vois quelqu’un à l’écart dans le bois, s’éclairant à la frontale et portant une veste réfléchissante. Appel de la nature. C’est loin d’être la manière la plus glorieuse de le faire, mais voilà, à cet instant précis, je monte virtuellement sur la troisième marche du podium. Je n’ose pas trop y croire. Il y a certainement quelque chose qui va se passer, l’ordre naturel des choses sera rétabli, ça ne se peut tout simplement pas.

J’entame tout de même la montée confiant de pouvoir creuser l’écart sur mes poursuivants. Les montées sont ma force, c’est le moment de l’exploiter. Je monte, monte, monte. Agrippe une racine qui, bien évidemment, s’arrache sous l’effort. Déséquilibré, j’évite la chute de justesse. Grrr !  Je pense à Julie qui aurait bien aimé faire de cette boucle de 55 km son premier ultra. Pas certain qu’elle aurait apprécié…

Je poursuis, allant d’un fanion/ruban rose à l’autre. Puis… plus rien. Je suis rendu dans des roches, des feuilles, des buissons. On dirait qu’il y a un sentier à droite. Je me dirige dans cette direction, tant bien que mal. Rien. MERDE. Je cherche, cherche, cherche. Toujours rien. Tout ce que ma frontale réussit à éclairer, ce sont des feuilles, des roches, des branches. Je ne sais même plus si j’arrive de la gauche ou de la droite, je n’ai plus aucun repère. Je dois me rendre à l’évidence : je suis perdu. Crissement perdu. Calv… !

Bon, je fais quoi là ?  Je me mets en boule et je pleure ?  Ce qu’il y a de plus intelligent à faire, c’est redescendre et espérer croiser le sentier. Je ne dois pas être bien loin, bout de sacrament !  Et puis, il y a bien du monde qui va finir par passer. Je n’aurai qu’à suivre la lumière des frontales pour retrouver mon chemin. Non mais, tu parles d’une manière loser de perdre la troisième place…  Est-ce que j’aurai bien d’autres chances de finir une course d’une telle importance à cette position ?

Justement, je vois une lumière qui s’agite un peu plus bas. Elle semble monter en se  dirigeant vers ma droite. Je regarde dans cette direction… J’aperçois un ruban autour d’un arbre. Eureka !!!

Sans plus attendre, je reprends l’ascension de plus belle. Elle est longue. À chaque fois que je pense qu’elle est terminée, elle trouve une autre façon de se poursuivre. Je n’ai jamais vu une montée faire preuve d’une telle imagination pour allonger le plaisir.

Finalement, la descente. Elle est dans toute sa splendeur lobotomique. De dangereuse le jour, elle passe à carrément suicidaire la nuit. Il y a plusieurs pitchs que je dois faire sur les fesses seulement pour rester en vie. À plusieurs reprises, je remercie le ciel d’avoir arrêté la pluie.

Je parviens sain et sauf au relais rue Knowlton 2 (kilomètre 98). Encore une fois, impossible de squatter pour prendre de l’eau, alors j’agrippe une canette de Coke vide laissée sur la table qui me servira de verre. Après presque 100 kilomètres, on est moins gesteux, mettons.

Cette section sur chemins de campagne se fait plutôt bien. Le bruit de mes pas est accompagné par le gueling-gueling incessant de ma cloche à ours, ce qui alerte à peu près tous les chiens du « voisinage ». Je n’ai pas peur de la gente canine, bien au contraire, mais à plusieurs reprises, je prie pour que les propriétaires de voix plutôt menaçantes soient attachés. Avec une chaine, de préférence.

Au ravito Ironhill 2 (kilomètre 104), une surprise m’atttend. Derrière les tables, dans le garage, qui vois-je assis confortablement sur une chaise, enveloppé dans une couverture, ses bâtons de marche à ses pieds ?  Thibault.

Au moment même où je le réalise, Barbara apparaît et me lance, cachant mal son enthousiasme : « T’es deuxième !!! ».